Le 21 juin marque la date à laquelle on célèbre la musique à travers le monde. Profitant de cette journée de la fête de la musique, les artistes musiciens et acteurs culturels du Sénégal ont tenu à sonner l’alerte et déverser leur colère sur la société des droits d’auteurs et droits voisins (Sodav). « Créée en 2016 par le Président Macky Sall par agrément pour 5 ans, la Sodav n’est plus légale depuis le 07 juin 2021 », révèlent les acteurs culturels et les musiciens regroupés au sein de l’Omart et Say Wi.
 
En conférence de presse hier, lundi 21 juin, pour commémorer la journée dédiée à la fête de la musique, l’Association des artistes et professionnels des arts et de la culture du Sénégal Say Wi (le Fagot) et l’Observatoire de la musique et des arts du Sénégal (Omart), sous la houlette de leurs présidents respectifs Idrissa Diop et Ablaye Guissé ont fait face à la presse pour fustiger la gestion nébuleuse de la Société des droits d’auteurs et droits voisins (Sodav). En effet, lors de cette rencontre qui les mettaient en face des médias, les acteurs culturels et musiciens n’ont pas manqué de conteste la gestion de la dame Ngoné Ndour à la tête de la Sodav.

D’après eux, les ayants droit de la Sodav sont les plus oubliés voire même considérés. « Les acteurs culturels et musiciens qui ont combattu pour la suppression du Bsda (Bureau sénégalais du droit d’auteur) en remplacement de la Sodav n’ont pas eu gain de cause aujourd’hui. Depuis sa mise en place en 2016, par agrément du président Macky Sall, pendant 5 ans personne ne s’est occupé de leur gestion mais, pendant 5 ans, ils (les membres de la Sodavndlr) vivent sur le dos des artistes avec des forfaitures sans l’aval des concernés », a laissé entendre l’artiste-compositeur Idrissa Diop. « En plus d’une mauvaise gestion, la Sodav organise une assemblée générale de simulation, le 24 juin prochain au Théâtre national Daniel Sorano.

C’est absurde et nous interpellons le président de la République et l’opinion internationale que cette assemblée n’aura pas lieu au prix de nos vies », ajoutera-t-il. En fin de compte, les acteurs culturels et artistes se sont dit déterminés à aller jusqu’à bout pour le combat pour lequel ils exigent sans concession l’audit de la gestion de l’actuelle patronne de la Sodav avant toute assemblée générale.

Du côté de la Sodav, c’est pour le moment motus et bouche cousue. Nos tentatives de faire réagir la concernée sont restées vaines. Pour l’instant !

A BARRY (STAGIAIRE
Previous post Amadou Moustapha Dieng lance «Le Cri de l’Ifanbondi» pour la paix
Next post Le maire liste des réalisations et des limites concrètes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *