0 0
Read Time:7 Minute, 44 Second

Estimée à plus de 16 millions en 2018, la population du Sénégal compte pas moins de 55% de jeunes de moins de 20 ans, avec un taux annuel de croissance de 3,8%. Un tel rythme bouleverse les cadres traditionnels, avec notamment le chômage des jeunes étroitement lié à celui de la scolarité, au désir de sécurité et de stabilité dans l’emploi, entre autres, face à des tenants du pouvoir à court d’alternatives. Face au malaise social, la jeune génération ne rate aucune occasion pour porter des critiques contre la gestion du pays. Qu’en est-il de leur engagement politique ?

Par Jean Michel DIATTA

***** LARGE FOSSE ENTRE LES JEUNES ET L’ENGAGEMENT POLITIQUE

Les transformations souhaitées en sursis

«Les conceptions que les leaders habituels se font de la politique n’ont pas vraiment changé, elles se perpétuent au gré du recyclage des hommes politiques de génération en génération sans réelle modification des pratiques qui plombent le système politique sénégalais. Les hommes politiques prônent en général le même discours puisé d’un registre peu ou prou amélioré mais, en réalité, très éloigné des attentes des citoyens confrontés à des conditions de vie rudes, avec maintenant les augmentations des produits de premières nécessités, ajoutées à la réévaluation des prix de l’électricité», avait déclaré l’Enseignant chercheur à l’Université Gaston Berger (Ugb) de Saint Louis, Moussa Diaw, dans une tribune accordée à Sud Quotidien, le 11 février 2020 et intitulée «Les maux de la démocratie sénégalaise».

Qu’est-ce qui est faite par la jeune génération pour inverser la tendance dans le but de répondre à leurs propres aspirations ? La réponse semble couler de source pour Hamidou Anne, co-auteur du livre “Politisez-vous : un phare dans le brouillard“, qui appelle à un engagement partisan, afin de proposer une révolution transformatrice de l’action publique en Afrique.

«On constate que les jeunes se plaignent beaucoup de la manière avec laquelle ils sont gouvernés par l’élite politique, par le système politique de façon globale», a laissé entendre l’un des dix auteurs dudit livre, lors d’un entretien téléphonique avec Sud Calame. Les questions liées au chômage, à la santé, à l’économie, à la sécurité, au devenir, au futur, etc. sont toutes des préoccupations ayant un rapport, selon lui, à la gouvernance, donc à la politique. Mais, à son avis, les jeunes semblent être dans l’expectative.

«Plutôt que de se mettre dans des positions à se plaindre, l’idée est de se dire que faisons-nous en tant que jeunes par rapport aux problématiques qui sont globales», a considéré Hamidou Anne.

Pour ce dernier, au lieu d’attendre des gouvernants des changements qualitatifs qui n’arrivent jamais en dépit des alternances successives, la jeunesse doit se battre pour que davantage de citoyens vertueux, conscients et compétents parviennent à des postes de responsabilités pour que les véritables transformations qualitatives dont l’Afrique a besoin deviennent réalité. Car, il reste convaincu que, comme l’a dit Thomas Sankara : «les problèmes de l’Afrique sont politiques, les solutions ne peuvent être que politiques».

« Se politiser » revient à « être conscient des enjeux sociologiques, économiques, culturels, etc. qui régissent un espace public », explique Hamidou Anne. Qui admet néanmoins que tout le monde ne peut pas être dans les partis politiques, lieu potentiel d’impulsion et de prise en charge des aspirations citoyennes à tous les niveaux. Le premier pas serait donc de s’intéresser aux dynamiques politiques, aux rapports de force, à la marche de la société. « Ça, c’est déjà politique » même si les décideurs au pouvoir ont souvent le dernier mot, la décision politique.

***** PREFERENCE DES JEUNES AUX ORGANISATIONS CITOYENNES PLUTOT QUE LES PARTIS POLITIQUES

Les libertés d’expression et d’initiative évoquées

L’engagement de la jeunesse dans le processus de démocratisation politique au Sénégal n’est plus à prouver, notamment au cours de ces dernières années à travers plusieurs modalités. Dans une étude intitulée « La contribution des jeunes à l’alternance politique au Sénégal : le rôle de Bulfaale et de Y en a marre », Moda Dieng, Professeur, Etude de conflits au Département de Science politique à l’université de Montréal, Canada, démontre le rôle politique de la jeunesse en Afrique et son influence sur les dirigeants au pouvoir.

En partant de l’hypothèse selon laquelle ce sont les jeunes engagés dans ces deux mouvements qui ont favorisé la conquête et la perte du pouvoir par Abdoulaye Wade entre 2000 et 2012, Moda Dieng constate que ces deux alternances survenues au Sénégal ont été le fruit d’une jeunesse non engagée dans les carcans politiques classiques.

A ce phénomène de préférence des jeunes pour les organisations citoyennes et activistes au détriment des partis politiques, Abdourahmane Sow, coordonnateur de la Commission orientation et stratégie du Mouvement du 23 juin (Cos/M23), voit plusieurs raisons. Dont «d’abord l’aspect “Liberté d’expression“». Dans le fonctionnement traditionnel des partis politiques, il est très rare de voir les jeunes s’exprimer en dehors de la ligne définie par le leader tout-puissant, dit-il.

«Les questions abordées sont souvent en droite ligne avec les positions du parti sur les questions débattues en public. Les jeunes sont le plus souvent en service commandé, et donnent l’impression d’être des gardes du corps du leader», déplore-t-il.  «Il est malheureux de constater que pour être promu dans les partis politiques, il faut en général à certains jeunes, des parrains et des marraines, pour espérer être au-devant, ou saisir des opportunités».

C’est cet encadrement strict de la parole qui est également l’une des causes de l’instrumentalisation des jeunes dans les guerres intestines entre dirigeants adverses dans les partis politiques, ajoute le coordonnateur du Cos/M23.

A contrario, c’est en dehors des formations politiques que la marge de manœuvre des jeunes semble plus grande en termes d’innovations de nature citoyenne, reconnaît Abdourahmane Sow.

«Autant dans la société civile que les mouvements activistes, les jeunes prennent des initiatives pour être dans le débat public. Ils mettent du contenu dans le discours, et sont plus mobiles s’il s’agit de mener des actions de terrain. En plus, la formation sur les thématiques publiques a une grande importance dans ce milieu», a-t-il expliqué.

***** DESINTERET DE CERTAINS JEUNES DE LA POLITIQUE AU SENEGAL

La politique politicienne pointée du doigt

A côté de ces jeunes qui ont décidé de s’engager dans les mouvements citoyens et dans les associations activistes pour faire pression sur le « système », une autre frange souvent de même génération a fait le choix de croiser les bras, les yeux et la tête tournés ailleurs, pour diverses raisons.

«Non. Je ne fais pas de politique. C’est parce que les politiciens ne disent pas la vérité. En période électorale, ils vous promettent des choses. Ils vous disent que si vous les aidez à obtenir un tel poste, ils vous aideront en retour à trouver du travail… Mais, une fois élus, ils vous oublient», se plaint René Pierre Diatta, la trentaine révolue.

Rencontré à l’Unité 15 des Parcelles assainies, son lieu de résidence, ce menuisier de formation déteste même d’entendre parler de politique car «tout ce que disent les politiciens, c’est des mensonges».

«Quand ils ont besoin de toi, même si tu habites dans un trou à rats, ils feront tout pour y venir. Mais dès qu’ils atteignent leurs objectifs, ils n’ont plus besoin de toi», déplore ce ressortissant de la région de Ziguinchor.

Même pour les mouvements citoyens, René Pierre Diatta ne se fait pas d’illusion. « Dans tous les cas, la finalité est de devenir politicien. Parce que, une fois dedans, si les politiciens te repèrent comme quelqu’un d’influent, ils vont tout faire pour t’intégrer dans leur parti. Du coup, tu oublies ceux avec qui tu étais», a-t-il répondu.

La perception de la politique et de ses pratiquants est quasiment la même pour Joëlle Ndecky, jeune dame, demeurant à l’Unité 16 des Parcelles assainies.

«La politique n’est pas mon affaire. Les politiciens du Sénégal disent une chose et son contraire du jour au lendemain. Il n’y a pas l’émergence promise. Il n’y a rien dans les autres régions. Seule la capitale Dakar compte pour eux. Le chômage est là. Ils nous promettent monts et merveilles en période de campagne, mais rien de concret après les élections»

Joëlle Ndecky, diplômée en Licence Marketing communication, sans emploi

La jeune mariée dit n’avoir jamais eu l’idée de faire de la politique pour espérer changer les choses «parce que l’image qu’ils (politiciens) m’ont montré m’a découragé». Poussant son dédain pour les hommes politiques encore plus loin, elle dira qu’elle ne les écoute même pas au journal télévisé.

«C’est parce qu’ils parlent toujours de la même chose, alors qu’il y a énormément de problèmes à résoudre. Il ne font que parler de choses inutiles pour les populations», explique-t-elle.  

A lire Entretien sur le même sujet: Entretien: «Les jeunes doivent se politiser mais dans le savoir, solidarité et responsabilité», Maurice Soudieck Dione

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Souriez, c’est jeudi: Coup d’état en Guinée, des applaudissements inquiétants
Next post Entretien: «Les jeunes doivent se politiser mais dans le savoir, solidarité et responsabilité», Maurice Soudieck Dione