0 0
Read Time:2 Minute, 19 Second

Les affaires peu orthodoxes qui éclaboussent l’hémicycle ces derniers temps, notamment le trafic de passeports diplomatiques tout comme celui des faux billets de banque impliquant des députés, remettent au goût du jour la lancinante question du choix des représentants du peuple. Sur ce point, Valdiodio Ndiaye membre du Collectif des organisations de la société civile pour les élections du Sénégal (Cosce) pense plutôt qu’il faudrait corser les sanctions à l’encontre des fautifs.

Devrait-on réformer le mode de désignation des candidats à la députation, en allant vers des enquêtes de moralité des candidats à la députation, au vu des nombreux scandales qui ont éclaboussé l’hémicycle, avec notamment cette affaire de trafic de passeports diplomatiques, ou encore celle de trafic de faux billets de banque ? La question mérite tout son pesant d’or au regard de l’image négative à laquelle renvoie cette institution où sont votés les lois du pays, ou encore là où doit se faire le contrôle de l’action publique.

Membre de la société civile, plus précisément du Collectif des organisations de la société civile pour les élections du Sénégal (Cosce), Valdiodio Ndiaye estime plutôt que le pays n’a pas de problème de texte concernant le choix des représentants du peuple. Mieux, il soutient que les «textes en soi sont bons». Pour autant, M. Ndiaye trouve qu’il y a un levier sur lequel il faudrait agir pour corser les choses. En effet, convaincu que cela découle de l’impunité des auteurs de ces actes qui ternissent l’image de la représentation parlementaire et surtout du pays au niveau international, il milite pour le renforcement des dispositions de sanctions. «C’est à dire prendre des mesures encore plus radicales», notamment de démettre de l’Assemblée tout parlementaire impliqué dans des affaires peu orthodoxes.

Pour cause, il rappelle que le Sénégal était une référence à travers le monde. «Mais, ces affaires de faux visas et de faux billets ternissent l’image du pays et c’est dommage !», déplore-t-il. Cela, non sans indexer le choix des parlementaires par le chef de l’État, qui cherche des responsables politiques qui disposent d’une base politique, sans se demander comment ces derniers ont pu acquérir cet électorat. Encore que, à son avis, certains font de la politique un «business» dans lequel ils investissent pour attendre des retours sur investissement.

Pour ce faire, Valdiodio Ndiaye du Cosce pense qu’il faudrait laisser le choix à la base pour que toutes les personnes qui n’ont aucune formation politique, aucune conviction politique ou encore aucun engagement pour servir le peuple, ne soient pas investies.

JEAN MICHEL DIATTA

Sur le même sujet: Scandales á répétition dans l’hémicycle: Avis divergents entre politiques et société civile

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Scandales á répétition dans l’hémicycle: Avis divergents entre politiques et société civile
Next post Affaire des passeports diplomatiques: Noo Lànk engage la responsabilité du chef de l’État

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%