Enième décès d’un détenu encore en attente de jugement. Cheikh Niass est décédé aux urgences de l’hôpital Aristide Le Dantec, où il a été admis sur ordonnance du juge, aussitôt après lui avoir décerné un mandat de dépôt. Vu la récurrence de ce genre d’incidents qui sont souvent classés sans suite, l’Association pour le Soutien et la Réinsertion Sociales des Détenus (ASRED) exige l’ouverture d’une enquête judiciaire pour situer les responsabilités.

Un détenu du nom de Cheikh Niass est décédé aux urgences de l’hôpital Aristide Le Dantec, où il a été admis sur décision du juge, qui a ordonné son évacuation immédiate après lui avoir décerné un mandat de dépôt. Ce énième décès au niveau des lieux de privation de liberté au Sénégal préoccupe l’Association pour le Soutien et la Réinsertion Sociales des Détenus (ASRED).

«L’ASRED précise que le détenu Cheikh Niass n’est jamais arrivé en prison et selon les dernières informations reçues par un ancien directeur de prison qui était sur place, le juge avait ordonné, après lui avoir décerné un mandat de dépôt, son acheminement direct aux urgences à l’hôpital Le Dantec où il a finalement rendu l’âme», explique l’ASRED dans un communiqué signé Ibrahima Sall, son président fondateur.

Suffisant pour qu’elle exige l’ouverture d’une enquête judiciaire pour faire la lumière sur cette affaire. «L’ASRED constate une recrudescence des cas de décès dans les lieux de privation de liberté au Sénégal.» «De plus en plus, des détenus meurent comme des mouches et sans que personne n’en parle. Aucune suite logique, ni contre contre-expertise pour les besoins de l’autopsie n’est opérée. Les familles des victimes n’obtiennent jamais gain de cause. Ainsi, nous exigeons l’ouverture d’une enquête judiciaire pour situer les responsabilités»,

La durée de la garde à vue est limitée.

ASRED

Ibrahima Sallet Cie tiennent «à préciser que : la garde à vue est une mesure privative de liberté prise à l’encontre d’une personne suspectée d’avoir commis une infraction, lors d’une enquête judiciaire…La durée de la garde à vue est limitée.  Le suspect à des droits en tant que gardé à vue dont celui d’être assisté par un avocat»

Aussi appellent-ils au respect de l’effectivité du Règlement N°5 de l’UEMOA et au professionnalisme des Force de sécurité.

«De plus, la première chose à respecter, c’est l’application du règlement numéro 5 l’UEMOA: le pouvoir de l’avocat qui est souvent violé. L’article 10 de la déclaration universelle des droits de l’homme sur le principe de présomption d’innocence est constamment violé. Le droit d’être assisté par un médecin n’est souvent pas pris en compte. Généralement, tous ces droits humains sont bafoués dans un pays qui est cité comme une exception démocratique en Afrique. Nous appelons également les agents de la Police et de la Gendarmerie à être beaucoup plus professionnels même si l’individu adopte un comportement de rebelle.» 

I D

Previous post Marche contre la vie chère : La CSA secoue les Syndicats
Next post Yatma Fall demande un conseil présidentiel sur la question de la prise en charge des personnes vivant avant avec un handicap

Une pensée sur “L’ASRED exige l’ouverture d’une enquête judiciaire, suite au décès du détenu Cheikh Niass aux urgences de le Dantec”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *