« Les pluies n’ont pas été régulières. Du point de vue comportement des cultures, le niébé est arrivé à maturité. Déjà les  récoltes ont commencé depuis le  début du mois de septembre. Pour l’arachide, il y a un petit retard dans le cycle surtout que les pluies se font de plus en plus rares . Pour les premiers semis c’est la formation des gousses, pour les deuxièmes semis, c’est la  floraison.

D’une manière générale un retard a été noté.

Pour les troisièmes semis, s’il ne pleut pas encore ça sera compliqué. Le Mil aussi a accusé beaucoup de retard. D’après ce que j’ai vu ça n’a même pas arrivé au stade de la formation des épines. Du point de vue quantité reçue, il y a un déficit pluviométrique par rapport à l’année dernière. S’il ne pleut pas encore, il y a de fortes chances que certaines cultures ne puissent pas boucler leur cycle. On souhaite vivement qu’il pleut  encore jusqu’à mi-octobre. La répartition spatiotemporelle  s’était  bien quand même le mois d’Aout.

Des irrégularités notées

Mais le  mois de  Septembre j’avoue qu’il y a eu des pauses surtout dans la dernière décade. Donc il y a des irrégularités. Plus on va vers le Nord  plus on sent la sécheresse. A tout point de vue, l’hivernage de l’année dernière est meilleur que celui de cette année. Parce que l’année dernière on a reçu beaucoup de pluies. Il y avait une bonne répartition spatio-temporelle. Ce qui est paradoxal, cette année,  c’est que les champs sont complètement enherbés. C’est le mois d’Aout qui a été pluvieux. Mais en un moment donné, il y avait les pauses pluviométriques ».

NDEYE AMINATA CISSE

Previous post Saint Louis/ Une croissance normale des cultures est notée avec quelques apparitions de rongeurs
Next post La souveraineté nationale existe-t-elle en Afrique de l’Ouest ?

Une pensée sur “« L’hivernage de l’année dernière est meilleur que celui de cette année », Amadou Methiour Ndiaye, Ingénieur agronome á la retraite”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *