L’hivernage de cette année a été caractérisé par une mauvaise répartition des pluies dans le temps et dans l’espace. Dans certaines localités,  les pluies ont été très abondantes alors que dans d’autres un déficit pluviométrique a été noté. Du coup  le comportement des cultures varie d’une zone à une autre. L’évolution des cultures est donc mitigée  à cause des pauses pluviométriques. Ce qui amène l’ingénieur agronome Amadou Méthiour Ndiaye a affirmé qu’à tout point de vue, l’hivernage de l’année dernière est meilleur que celui de cette année.

KAOLACK/ HIVERNAGE ET ETAT D’EVOLUTION DANS LES CHAMPS

 Un satisfecit pour la plupart des acteurs

Avec au moins un cumul pluviométrique de 150 à 180 mm en sept semaines de précipitation, la région de Kaolack est pratiquement abritée de toute contre-performance allant dans le sens de ses prochaines récoltes. Après la pause pluviométrique qu’elle a connue en Juillet dernier et qui commençait à semer des doutes dans la plupart des organisations paysannes, la région selon certains techniciens a enregistré cette année l’un des meilleurs hivernages de son histoire. Et ce grâce à la nature des averses qu’elle a accueillies cette saison sur ses périmètres.

Des pluies extrêmement bien réparties sur le temps et dans l’espace nous apprend-on. Ce qui du reste à beaucoup pesé sur l’état d’évolution sur les périmètres champêtres, mieux le processus de germination des semis. Ainsi à quelques semaines de l’arrêt des précipitations, la maturité des pousses ne fait plus douter les producteurs.

Après le maïs qui a inondé le marché local depuis plus d’un mois, d’autres espèces comme l’arachide, surtout le mil “souna”, le Sorgho et la plupart des variétés en exploitation dans le centre du pays laissent apparaître des signes réconfortants quant aux rendements qui seront dévoilés dans les prochains jours. Dans les champs et autres périmètres arables on est encore à l’état de mûrissement. Pour dire simplement que dans la région de Kaolack, la quasi-totalité des niches de production agricoles promettent des lendemains radieux et même des records en termes de rendements.

Chez les producteurs par contre les activités deviennent de moins en moins intenses. Le travail qui était plus tenace les semaines passées consiste aujourd’hui à enlever les rares herbustes qui ayant résisté à la charge des charrues ou vérifier de la présence d’insectes ravageurs et de granivores venus s’approvisionner illicitement.

Abdoulaye Fall

SUR LE MÊME DOSSIER : Saint Louis/ Une croissance normale des cultures est notée avec quelques apparitions de rongeurs

SUR LE MEME DOSSIER : « L’hivernage de l’année dernière est meilleur que celui de cette année », Amadou Methiour Ndiaye, Ingénieur agronome á la retraite

SUR LE MEME DOSSIER : Fouladou : Les premières récoltes dans le marché

SUR LE MÊME DOSSIER : Matam/ Une bonne évolution des cultures

Previous post Une impunité qui persiste sur les bavures policières et morts suspectes de citoyens en détention
Next post Matam/ Une bonne évolution des cultures

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *