David Malpass, président de la Banque mondiale a alerté ce lundi, sur les risques de surendettement des pays pauvres face à la crise sanitaire.

Pour faire face à la pandémie de covid-19 qui se propageait à travers le monde, les gouvernements du monde entier ont injecté des aides massives dans leur économie, pour contenir la pandémie et par ricochet faire redémarrer l’économie quand bien même la Banque mondiale et le Fonds monétaire international sont venus au chevet des pays les plus affectés par la crise, en leur fournissant des prêts d’urgence.

Il y a urgence à agir alors que l’Initiative de suspension du service de la dette du G20 (Dssi), qui a permis aux économies les plus vulnérables de bénéficier d’une suspension de leur dette, expire à la fin du mois de décembre.

« Le monde devrait réfléchir à ce qu’il faut faire après le 1er janvier », a souligné David Malpass. Il estime que la poursuite du dispositif Dssi « est quelque chose qui devrait être envisagé ». Car, prévient-il : « Le risque c’est maintenant que trop de pays sortiront de la crise sanitaire avec un important surendettement qui pourrait prendre des années à gérer ».

Hausse à 20% ou plus

Les encours de la dette extérieure des pays éligibles au Dssi ont augmenté, en moyenne, « de 12% pour atteindre 860 milliards de dollars », a détaillé la Banque mondiale dans un rapport publié à l’occasion des réunions d’automne qui ont démarré hier, lundi. Pour certains d’entre eux, la hausse s’est élevée à 20% ou plus. Et, pour la plupart des pays, la hausse de l’endettement n’a pas été compensée par la croissance du revenu national brut et des exportations.

« Un changement à grande échelle dans l’approche de la transparence de la dette est nécessaire pour aider les pays à évaluer et gérer leurs risques de dette extérieure et travailler vers des niveaux et des conditions d’endettement viables », soutiennent les économistes de l’institution mondiale.

David Malpass et la Directrice générale du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva ne cessent de répéter qu’une plus grande transparence des données est incontournable pour régler le problème de la dette, notamment pour négocier avec les créanciers.

L’encours de la dette extérieure des pays à revenus intermédiaires a augmenté en moyenne de 5,3% à 8700 milliards de dollars l’an passé, une hausse en rythme annuel comparable à celle enregistrée en 2018 et 2019.

JEAN PIERRE MALOU   

Previous post (Vidéo) ”Nous sommes là pour gagner”, Aliou Cissé, avant le match retour contre la Namibie
Next post Covid-19 : Zéro décès, 6 cas graves, 4 nouvelles infections, le lundi 11 octobre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *