Finies les vacances d’été de trois mois pour les enseignants. Ils ont repris le chemin de l’école hier, lundi 11 octobre, en attendant le retour des élèves jeudi prochain. Dans les différentes écoles que nous avons visitées comme le lycée Blaise Diagne, l’école Maguette Codou Ndiaye Sarr de Grand Dakar, quelques enseignants ont répondu présent à l’appel.

Le mois d’octobre est toujours synonyme de grand  stress. Que ça soit du côté des enseignants, des élèves ou même des parents d’élèves, la reprise des classes ne semble toujours pas être une chose aisée. À Dakar, dans certaines écoles visitées dans la matinée d’hier, lundi 11 octobre, la rentrée des enseignants avant celle des élèves pour le 14 octobre prochain, s’est bien passée dans l’ensemble avec un effectif du personnel des enseignants presque « satisfaisant ». Il est 8h au lycée Blaise Diagne de Dakar. Et, seul le gardien de l’une des plus vieux établissements du pays, est contrarié à être présent à cette heure car, d’après le boutiquier de la place «  il y réside avec sa famille ».

 Cependant, il a fallu attendre 10h10min pour apercevoir  une vingtaine d’enseignants franchir la porte de l’école afin de rejoindre la réunion d’ouverture présidée par le directeur de l’établissement. Cette rentrée des enseignants comme chaque année, selon un ancien professeur d’anglais, Mamadou Diop, est très importante. Car, selon la soixantaine, «  c’est toujours un temps fort pour la réussite de l’année académique en cours. Interrogé sur les qualités requises pour être un bon professeur, M. Diop répond alors sans hésiter.  « Un professeur, en tant qu’éducateur doit parvenir à créer une équilibre, avoir une compétence didactiques et pédagogiques et surtout être capable de construire une relation avec les élèves », nous dit-il.

De l’autre côté de la ville, à quelques kilomètres dans la commune de Grand Dakar, les enseignants de l’école Maguette Codou Sarr Ndiaye (ex école Taiba),  passent à la merveille leur rentrée scolaire  et surtout dans une ambiance « très mature » voire même calme. Ils sont  plus d’une dizaine d’instituteurs et d’institutrices prêts à accueillir les élèves. Et, selon leur Directrice par intérim Madame Diaw, la rentrée s’est bien passée dans son établissement. « Dans notre établissement, tous les enseignants sont présents. Ils sont passionnés et motivés  et prêts à accompagner les élèves dans leur réussite. C’est leur devoir », rassure-t-elle.

Lors d’un  séminaire qu’il a présidé à Saly-Portudal (Mbour), le ministre de l’Education nationale, Mamadou Talla, avait annoncé un montant de 33 milliards de francs CFA dans le but de résorber le déficit de 1528 salles de classes. Une initiative saluée par Demba Ka, un père de famille rencontré en face  d’une librairie située à 50km du  Groupe scolaire Privé Limamoulaye de Niary Tally. Attristé par les lourdes charges qui accompagnent la rentrée scolaire, il appelle les autorités de l’éducation nationale « d’honorer leur engagement et d’aider les familles démunis ».

MATAR CISSE (STAGIAIRE)

Previous post Caritas Sénégal et «Andu Nawle» Alternative citoyenne s’associent pour déconstruire la pauvreté
Next post Affrontements entre partisans de Sonko et de Doudou Ka : Yewwi Askan Wi prévient et promet de protéger ses leaders

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *