Ouf de soulagement pour la directrice du Fonds monétaire international (Fmi), Kristalina Georgieva, qui reste aux commandes de l’une des institutions de Bretton Woods. Ce, après avoir été soupçonnée de favoritisme à la Chine et menacée de destitution suite à la suspension définitive du rapport Doing Business.     

Accusée d’avoir fait pression sur les enquêteurs du classement Doing Business, en 2017, en faveur de la Chine, Kristalina Georgieva a été autorisé à mener à terme son mandat à la tête du Fonds monétaire international (Fmi). Lequel prend fin en 2024. Kristalina Georgieva conserve ainsi son poste, mais reste désormais sous la haute surveillance de Janet Yellen, Secrétaire au Trésor américain.

Avec 16,5% du capital, les Etats-Unis trônent à la première place des actionnaires du FMI, loin devant son suivant immédiat qu’est le Japon avec 6,15%, suivi de la Chine avec 6,08%, de l’Allemagne avec 5,32%, de la France 4,03%, du Royaume-Uni 4,03%, de l’Italie 3,02%, de l’Inde 2,63%, entre autres. C’est sous rapport d’actionnariat que le Conseil d’administration a joué utile de préserver l’intégrité et la crédibilité de cette institution. Mais, en gardant un œil attentif à la gouvernance de cette institution mondiale.

Au plan économique, la Chine pèse de plus en plus lourd. Et sous ce rapport, elle exige un traitement digne de son rang dans les institutions internationales. Et pour y parvenir, tous les moyens sont bons, y compris la menace. Une montée en puissance effrayante pour les Américains mais aussi pour leurs alliés qui, tous, sont encore marqués par le traumatisme de la Covid-19.

Juste après l’annonce de la suspension définitive du rapport Doing Business, des voix se sont levées pour exiger la destitution de la directrice. Face à cette campagne de diabolisation, engagée aux lendemains de la décision de suspension du rapport, des ministres des Finances et de l’Economie du Bénin, du Botswana, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la République Démocratique du Congo (Rdc), de Djibouti, d’Egypte, du Ghana, de la Guinée-Bissau, de la Mauritanie, du Nigéria, du Sénégal, de la Somalie, du Soudan et du Togo ont, à travers une Déclaration co-signée, manifesté leur soutien indéfectible à Kristalina Georgieva.

Dans le document, il est dit ceci : «Mme Georgieva a joué un rôle décisif dans l’allocation générale sans précédent de droits de tirage spéciaux (Dts) équivalant à 650 milliards de dollars américains et a fait preuve d’un leadership avéré. Elle a fourni des liquidités et des réserves tampons à de nombreux pays qui se trouvaient dans le besoin. Elle s’est battue pour faire progresser le multilatéralisme et nous avons toujours su qu’elle était une ardente défenseure des nations en développement. Elle a été un partenaire d’une valeur inestimable qui a contribué à nos succès collectifs».

Bien évidemment, souligne la source, «l’indice, comme bon nombre d’indices, n’est pas exempt de défauts et nous apprécions que, chaque année, la Banque et les pays se soient efforcés d’en affiner la méthodologie». Les allégations entourant l’édition 2018 du rapport Doing Business de la Banque mondiale sont graves et «doivent faire l’objet d’une enquête».

Toutefois, poursuit la note, «nous pensons également que cette enquête doit être menée de manière à ne pas porter atteinte à l’intégrité du Fmi et, surtout, à permettre à Mme Georgieva, qui a réfuté ces allégations, de bénéficier d’une procédure juste et équitable».

Les nations africaines et tous les pays veulent des dirigeants indépendants et rigoureux à la tête des institutions multilatérales. Avoir des personnalités fortes comme Mme Georgieva répond à cette exigence. Si la communauté internationale se hâte de juger et marginaliser des championnes comme Mme Georgieva, elle causera un préjudice irréparable à notre système mondial, à un moment où nous devons combattre la Covid-19, lutter contre le changement climatique et relever bien d’autres défis.

JEAN PIERRE MALOU

Previous post « La bataille de Ziguinchor aura bel et bien lieu », Doudou Ka après la sortie de Sonko
Next post (Libre propos) Rendez-vous sur Mars !, Par Abdoulaye THIAM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *