«Le meilleur scénario, c’est de gagner et se qualifier avant terme». C’était la volonté exprimée par le sélectionneur national, Aliou Cissé, à la veille du match Namibie-Sénégal qui s’est joué hier, mardi 12 octobre, sur la pelouse d’Orlando Stadium de Johannesburg en Afrique du Sud. Les «Lions» l’ont entendu. La bande à Kalidou Koulibaly n’a fait qu’une bouche bouchée des Brave Warriors en s’imposant sur la marque de (3-1) grâce à un hat-trick de Famara Diédhiou. Elle composte ainsi, son ticket pour les barrages (mars 2022) des éliminatoires pour la coupe du monde de football, prévue du 21 novembre au 18 décembre 2022 au Qatar.

Des barrages devant opposer les 10 équipes ayant terminé chacune première de sa poule. Un carton plein (4 matches, 4 victoires) qui permet surtout à Aliou Cissé de mieux se concentrer sur la coupe d’Afrique des nations (CAN), prévue du 9 janvier au 6 février 2022 au Cameroun et qui reste la priorité absolue du Sénégal. Aussi bien pour l’Etat, la Fédération que le staff technique et les joueurs eux mêmes.

GARDER LE CAP

Quatre matches, quatre victoires ! 12 buts marqués ! 3 encaissés ! Ne faisons pas la fine bouche. Il s’agit là, d’une belle performance des poulains d’Aliou Cissé qu’aucune sélection africaine n’a réalisé dans ses éliminatoires. L’alibi de «petite» équipe n’a pas sa raison d’être. Et pour cause, l’ogre algérien a été tenu en échec par le Burkina Faso et devrait attendre l’ultime journée avec un choc décisif entre Fennecs et Etalons pour composter son ticket. Ce, même si l’Algérie va aborder cette échéance en position de force, du fait également de sa différence de buts très avantageuse (+17), après sa victoire (0-4) devant le Niger.

La Tunisie, deuxième nation africaine au classement Fifa n’a pas pu faire mieux qu’un match nul devant la modeste sélection mauritanienne. Idem pour les Eléphants de la Côte d’Ivoire qui ont été contraints au partage des points par le Mozambique, même si elle a battu le Cameroun. Pendant ce temps, le Mali qui réalise de très grandes choses depuis un certain temps devrait se contenter d’un nul face à l’Ouganda. Le Gabon de Pierre-Emerick Aubameyang subira deux défaites devant la Libye et l’Angola, même s’il faut relever qu’il a freiné l’Egypte de Mo Salah. Pis, le Nigeria a été battu par… la Centrafrique. Et veuillez noter à… domicile.

Toutefois, ce benchmarking des «contre-performances» notées ça et là contre le «grand chelem» jusque là des Lions ne devrait pas les pousser à dormir sur leurs lauriers. Au contraire !

Il faut plutôt garder le cap. Ce serait extrêmement grave que le Sénégal pense déjà à baisser la garde en procédant à des turnovers. Même si Aliou Cissé ne pourrait aucunement être critiqué de tuer l’équité sportive parce qu’il a mis fin au suspense depuis hier, (game over !), il ne devrait pas perdre de vue qu’il a une place à défendre au niveau du classement Fifa sur lequel, le Sénégal trône depuis plus de 3 ans maintenant. C’est d’ailleurs, à partir de ce classement que le tirage au sort des barrages sera effectué.

Donc, le déplacement à Lomé, au Togo et la réception du Congo à Thiès, sans occulter les autres sparring-partners à trouver au mois de décembre, devraient être mis à contribution pour rectifier le tir et corriger les lacunes, aussi bien en défense qu’au milieu de terrain où de graves errements ont été notés lors de cette double confrontation.

LE SENEGAL EVITE LA TUNISIE, L’ALGERIE, LE MAROC VOIRE LE NIGERIA

Premier au classement de la Fifa, le Sénégal devrait éviter la Tunisie, l’Algérie, le Maroc et le Nigeria qui occupent respectivement les 2ème, 3ème, 4ème et 5ème places. Mieux, un tel classement permet aussi aux équipes susmentionnées, si bien entendu elles gardent leur position jusqu’au tirage des barrages, de recevoir en dernier ressort chez elles. Ce qui constitue également une opportunité non négligeable. Surtout, si d’ici là, le monde réussit à vaincre ce fichu virus afin de permettre le retour dans les gradins du 12ème homme.

Les adversaires des Lions pourraient alors être la Côte d’Ivoire ou le Cameroun dont la finale de la poule D pourrait avoir lieu à Yaoundé au mois de novembre prochain. Ce qui rappelle le mortel scénario de 2006 entre Didier Drogba et Samuel Eto’o Fils, notamment ce pénalty manqué dans les arrêts de jeu par Pierre Womé.

A défaut des Lions indomptables ou des Eléphants, on pourrait avoir un derby sous-régional entre le Sénégal et le Mali qui occupe la tête de la poule E. Là aussi, on devrait d’abord attendre le verdict de la «finale» entre Aigles et les Ougandais (2ème avec 8 points à 2 longueurs) lors de la 6ème journée. Le sort pourrait également offrir à l’Afrique un duel entre Sadio Mané et Mo Salah. L’Egypte (10 points) a pris le large en s’imposant ce lundi (0-3) face à la Libye. Mais, les Pharaons vont effectuer un périlleux déplacement en Angola déjà éliminée pour affronter les Palancas Negras.  

A moins que l’adversaire des Lions ne soit le 1er de la poule G dominée actuellement par le Ghana (9 points +3), mais talonné de prés par l’Afrique du Sud (7 points +3.

On devrait là aussi, assister à une finale au Ghana entre Black Star et Bafana Bafana lors de la 6ème et dernière journée.

Enfin, le meilleur tirage, sur le papier, pourrait être la Tanzanie, surprenant leader du groupe J (7 points+1), suivie du Bénin (7 points +1), de la Rd Congo (5 points +1) et du Madagascar (3 points -3).

Pour ce, les Taifas Stars n’ont plus 36 solutions. Ils doivent obligatoirement rapporter leurs matches face à la Rd Congo à domicile et contre Madagascar en déplacement. Mieux, ils doivent aussi penser à soigner leur goal-différence pour éviter toute surprise de dernière minute des Ecureuils qui n’ont pas dit leur dernier mot. Paradoxalement, chacune des équipes a battu l’autre en déplacement (1-0).

Rendez-vous donc au mois de mars qui, comme la planète du même nom, sera très chaud.

HARO SUR LA PROGRAMMATION

Nous ne pouvons pas terminer cette tribune sans relever la problématique des programmations des matches dans ces éliminatoires. Nous avions salué sur ces mêmes colonnes la pression que la CAF et la FIFA avaient exercé et exercent encore sur certains pays afin qu’ils se dotent d’infrastructures aux normes. Ce qui constitue un des talons d’Achille du football africain. Pour rappel, les fenêtres de juin ont été renvoyées à septembre à cause de manque de terrains praticables dans plusieurs pays africains. Ce qui est du reste inacceptable voire une honte. Certaines sélections ont été condamnées à l’errance. D’autres qui ont prôné la facilité en ont pris pour leur grade. C’est le cas de la Guinée-Bissau qui a accepté de recevoir le Maroc au… Maroc. Une rupture d’équité sportive sur laquelle la CAF et la Fifa ont préféré fermer les yeux. Paradoxalement, ni la Guinée encore moins le Soudan qui partagent la même poule avec le Maroc et la Guinée-Bissau, n’ont à notre connaissance soulevé le plus petit doigt pour protester. D’autant plus que ce qui était arrivé à l’équipe gabonaise lors des éliminatoires de la coupe du monde Russie 2018 s’est à nouveau reproduit. Une intoxication alimentaire qui a touché une bonne partie de l’effectif des Djurtus. Aussi bien sur le terrain (5-0) qu’en dehors (diarrhée).

Mais au-delà, la Fifa n’est pas sans savoir que voyager en Afrique est un véritable casse-tête. Surtout en cette période de covid-19. Les Namibiens n’ont pu arriver à Dakar que le 8 octobre après 17 heures pour livrer un match le lendemain à 19 heures. Quant aux Lions, ils n’ont pu atterrir à Johannesburg que lundi vers 4 heures du matin, pour jouer le lendemain mardi, à 13 heures. Ce qui ne peut pas ne pas se ressentir sur les performances des joueurs, qui n’ont eu droit qu’à une séance de décrassage. Pis, la Fédération sénégalaise de football a dû jouer avec le temps pour éviter aux joueurs évoluant en Premier League une mise en quarantaine, une fois de retour en Angleterre. Pour un départ prévu à 8 heures, c’est finalement vers 15h 30, voire 16 heures que le vol spécial des Lions a quitté l’aéroport international Blaise Diagne en direction de Jo’Burg.

Abdoulaye THIAM

Previous post Routes des Canaries : 785 migrants morts en mer en 2021, contre 320 en 2020 et plus de 21.000 de 2013 a nos jours
Next post Le Docteur Ly cerne les faits, la tutelle se noie dans un mutisme, sur les décès répétés de bébés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *