Le Docteur Abdourahmane Dieng, chef de la Division régionale de la Commission de la Cedeao (Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest), a présidé hier, mardi 12 octobre 2021, l’ouverture en ligne des travaux portant sur un plaidoyer sur la sécurité maritime de l’Afrique de l’Ouest pour une promotion plus large avec la société civile. La lutte contre l’argent sale dans le monde de la pêche, l’exploitation du pétrole et du gaz, sources de divers problèmes comme la piraterie, la pêche illégale, illicite et non déclarée ou «Pêche Inn» nécessitent, selon lui, la mise en place de stratégies sous régionales pour une durabilité des ressources.

Le Sénégal, le Cap-Vert, la Gambie, la Guinée-Bissau, le Libéria, la Sierra-Léone et la Mauritanie ont leurs communautés côtières exposées à des menaces et difficultés. La Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), avec un appui de l’Union européenne (Ue) à hauteur de 900.000 euros, selon son représentant à Dakar (Sénégal), s’investit dans la sureté maritime et la sensibilisation de l’organisation de la société civile. Le Docteur Abdourahmane Dieng, chef de la Division régionale de la Commission de la Cedeao, a présidé hier, mardi 12 octobre 2021, l’ouverture en ligne des travaux de plaidoyer sur la sécurité maritime de l’Afrique de l’Ouest pour une promotion plus large avec la société civile.

A cette occasion, Barthélémy Blédé, l’expert chargé de la société civile et du secteur privé du projet Appui à la sécurité maritime intégrée en Afrique de l’Ouest appelé (Swaims, en anglais) a abordé les questions relatives aux appréhensions de la sureté et de la sécurité maritimes dans le Golfe de Guinée considéré peu sûr. Selon lui, la sécurisation des navires marchands, des pêches et surtout celle de la pêche artisanale, le vivier des populations de la zone, ne peut être réalisée sans le concours de la société civile connaissant le quotidien des populations de la zone.

Dès lors, toute tentative de vouloir assurer la sécurité et la sureté maritimes des lieux devient difficile sans leur association au projet. Les acteurs de celle-ci savent, explique-t-il, toutes les personnes y évoluant. Chaque arrivant y est identifié et ils savent qui est qui. Ils savent, en quelque sorte, les pirogues accostées, les inattendues et les embarcations aux sorties suspectes.

Par conséquent, leur méconnaissance ou la non observation des actions visant à assurer la sécurité maritime peuvent être synonyme de complicité de la pêche illicite ou des actes de piraterie, des collaborateurs des criminels. Par conséquent, à l’en croire, la société civile doit être intégrée aux actions menées par la Cedeao pour lutter contre l’insécurité maritime, avec des partenaires comme l’Union européenne (Ue) finançant le projet Swaims.

PIRATERIE, PECHE INN, CRIMINALITE, TRAFIC DE DROGUE, ET D’ETRES HUMAINS, MIGRATION ILLEGALE, CES MENACES

Revenant sur les genres de menaces liées aux questions de la sécurité en mer, Barthélémy Blédé liste la pêche illégale, non réglementée et non déclarée, appelée Pêche Inn. Cette forme de pêche est mise en relief par rapport à la sécurité alimentaire, une menace sur l’économie de la région ; elle peut jouer sur tous les plans et surtout le social, le politique dans la zone. Les navires n’étant pas en sécurité vont demander un transport ou un fret beaucoup plus élevé et répercuter sur le prix des marchandises. Ce qui constitue un élément d’appauvrissement et de mécontentement de la population, source d’insécurité.

A côté de la piraterie, il a cité toutes les formes de criminalité organisée ou inorganisée, de trafic illicite de drogue, de marchandises et d’êtres humains, la migration illégale, le Sénégal, point de départ de migrants, les sorties maritimes en Afrique du Nord. Le Nigéria a des problèmes dans le Delta du Niger par rapport à l’exploitation du pétrole. Dans les pays offshore, sur les menaces liées à la protection des côtes sénégalaises, le link entre la richesse et la criminalité.

Aliou Sall, un socio-anthropologue du secteur de la pêche s’est appesanti sur des considérations faites sur la sécurité alimentaire par rapport à la pêche, la protection sociale des acteurs de la pêche artisanale et la nécessité de la mise en place d’un réseau de solidarité liée à la présence de la ressource. Il n’a pas manqué de soulever, devant la presse, les formes d’insécurité accompagnant le manque de ressources, de matière première, relatif à des problèmes de gestion et de gouvernance, présentes dans des groupes comme les femmes transformatrices et les micro-mareyeuses.

Samba Niébé BA

Previous post Saint-Louis : « Tout est fin prêt dans les écoles et établissements de la région », selon l’Inspectrice d’Académie
Next post Un tribunal de Madrid ordonne l’incarcération de Lucas Hernandez !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *