Face à la presse hier, mardi 12 octobre, les populations de Bloc, village situé sur l’axe Sédhiou/Madina Wandifa, ont exprimé le souhait de disposer de 50 hectares (ha) sur les domaines que l’Institut de recherches agronomiques et technologiques (IRAT) cédés à l’Institut sénégalais de recherches agricoles (ISRA) pour y étendre les habitations. Ces derniers estiment qu’avec la taille de la population estimée à 3000 habitants de nos jours et avec des investissements structurants en cours, le village ne peut plus être circonscrit dans une portion de terre jadis occupée par quelques dizaines d’ouvriers.

La croissance démographique du village de Bloc, opposé à l’étroitesse des terres de ses habitants accentue la profonde inquiétude de ces derniers. Excédées par cette promiscuité, face à l’impératif d’étendre leurs foyers et d’y bâtir des infrastructures structurantes, ces populations ont crié leur exaspération hier,mardi 12 octobre 2021,  face à la presse. Leur porte-parole, Richard N’tap, a déclaré que  «ce  point de presse est convoqué pour exprimer notre inquiétude face à l’opinion publique de la promiscuité, de la précarité et de l’asphyxie auxquels nous, populations de Bloc, sommes victimes à cause du manque d’espace».

Faisant l’historique de cette localité, Richard N’tap relève : «notre village est créé en 1948. Il se situe dans les pleines de Séfa, au Nord de la commune de Diendé, dans le département de Sédhiou. Bloc est créé à côté de l’Institut de recherches agronomiques et technologiques (IRAT). Il était destiné à loger quelques dizaines d’ouvriers qui travaillaient à l’époque à l’IRAT». Et d’en déduire : «donc, cette même superficie loge aujourd’hui plus de 3000 âmes. Et, en ce moment-là, l’IRAT était sur une superficie de 332 hectares parce que l’activité était très intense car il y avait les blocs administratifs et les champs qui servaient d’espaces d’expérimentation».

Ces populations et toujours par la voix de Richard N’tap expliquent qu’«après le départ de l’IRAT, ces terres ont été cédées à l’Institut sénégalais de recherches agricoles (ISRA). Aujourd’hui, les activités de l’ISRA tournent au ralenti et n’exploite que 10 hectares par campagne hivernale. Voilà pourquoi nous avons jugé nécessaire que la partie qui était réservée au bloc administratif de l’Institut de recherches agronomiques et technologiques (IRAT) soit affectée aux populations pour en faire des parcelles à usage d’habitations et nous permettre de décongestionner nos habitations prises en étaux hélas», a indiqué le porte-parole du jour.

Pour ces populations, «il n’y a plus d’espace vraiment. La preuve en est que quand nous avons bénéficié de la construction d’un poste de santé, nous nous sommes pris entre nous et il a fallu qu’on se rende à la sous-préfecture de Diendé pour calmer les esprits. Quand nous avons bénéficié de la construction du marché, c’était le même scénario. Et voilà que récemment aussi, nous avons eu un projet de construction d’un centre pour une enveloppe de 17 millions de F CFA ; mais nous n’avons pas d’espace».

Et, comme toute solution diligente, soutiennent-ils, «il urge, aujourd’hui, de morceler les 50 hectares affectés à l’ISRA et de les affecter aux populations. Nous pensons qu’il est grand temps de prendre les dispositions qu’il faut pour éviter des conflits de terre dans un avenir proche».

Moussa DRAME

Previous post « La bataille de Ziguinchor aura bel et bien lieu », Doudou Ka après la sortie de Sonko
Next post (Libre propos) Rendez-vous sur Mars !, Par Abdoulaye THIAM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *