Alors qu’il se prévaut d’une démocratie dite normée et d’avoir ratifié toutes les grandes conventions en la matière de respect des libertés individuelles, notre pays déroule un arsenal juridique assez répressif voire liberticide. Le climat politique actuel marqué par des arrestations systématiques d’acteurs politiques, d’activistes, de membres de la société civile, l’interdiction méthodique des manifestations citoyennes, les mandats de dépôt à outrance et, à contrario, la mise sous le coude de la justice des dossiers impliquant des proches du régime en place semblent constituer autant d’éléments tendant à remettre en question l’exception dont le Sénégal a toujours fait montre dans le domaine de l’exercice des libertés individuelles.

Un véritable tournant dans l’histoire politique de notre pays. Réputé havre de stabilité démocratique où règne un véritable Etat de droit, cette image du Sénégal construite sur plusieurs années et à coups de beaucoup de sacrifices est de plus en plus remise en cause ces dernières années. Dans la presse ou à travers des manifestations, des citoyens sénégalais élèvent de plus en plus la voix pour décrier des injustices alimentées par une gouvernance à géométrie variable de la part des gouvernants.

LA RUPTURE TANT PROMISE A LA TRAINE

Ainsi, sous le régime libéral du président Abdoulaye Wade, la plupart des récriminations concernaient des pratiques de malversation et de détournement de deniers publics très souvent relevés par des rapports de corps de contrôle publics mais non suivis de sanctions des principaux mis en cause du fait de leur lien de proximité avec l’ancien régime. A cela s’ajoutaient également les cas d’accaparement fonciers dont certains avaient alimenté des tensions qui s’étaient soldées par mort d’hommes jamais élucidée par la Justice.

L’avènement du nouveau régime en la faveur du second tour (29 mars) de l’élection présidentielle du 26 février 2012 dernier, avait ainsi suscité beaucoup d’espoir chez bon nombre de Sénégalais. D’autant plus que l’actuel chef de l’Etat avait inscrit sa campagne électorale sous le sceau de la « rupture et d’une gouvernance sobre et vertueuse ». Aujourd’hui, après neuf années de gestion, force est de constater que les fruits n’ont pas tenu la promesse des fleurs. La rupture promise dans la gouvernance des affaires publiques tarde aujourd’hui encore à se concrétiser dans plusieurs domaines.

LES SCANDALES SE MULTIPLIENT

Le Sénégal est toujours en proie à des malversations dans la gestion de ses ressources sans que les auteurs présumés de ces actes ne soient inquiétés. Depuis l’avènement du nouveau régime, on a l’impression que le Sénégal vit au rythme des scandales dont certains se déroulent sous le regard impuissant ou complice de la justice : affaire des contrats pétroliers et gaziers, affaire des 94 milliards, affaire du fer de la Falémé, affaire des accords de pêche entre le Sénégal et l’Union européenne, affaire des phosphates de Matam pour ne citer que ceux-là.

A ces pratiques, s’ajoute également une violation manifeste et de plus en plus exacerbée de l’exercice des libertés individuelles et collectives du fait de l’instrumentalisation par les tenants actuels du pouvoir des leviers de pression de l’Etat pour museler des opposants politiques que le chef de l’Etat s’est engagé lui-même « à réduire à leur plus simple expression ». C’est d’ailleurs dans ce sens que la quasi-totalité des responsables du Parti démocratique sénégalais (Pds) avaient été arrêtés et placés sous mandat de dépôt par l’actuel procureur de la République entre 2012 et 2017.  

APRÉS LES OPPOSANTS, LA SOCIÉTÉ CIVILE DANS LA SAUCE

Aujourd’hui, après avoir réussi la prouesse de placer sur la tête de tous ses plus virulents opposants des dossiers judicaires, le régime en place semble se tourner vers des activistes de la société civile tendant à perturber son sommeil à l’image du leader du mouvement de contestation « Frapp France dégage »  et d’autres lanceurs d’alerte. Pendant ce temps, des dossiers mettant en cause ses partisans  trempés dans des scandales cités plus haut et des trafics (faux billets de banques et autres passeport diplomatiques) sont mis sous le coude de la justice sans oublier les interdictions à manifester.

De Senghor  à Macky Sall, l’actuel chef de l’Etat est le seul à voir ses principaux opposants constamment traqués et condamnés par la justice le plus souvent pour des déclarations politiques pendant que des partisans du régime dont la gestion est épinglée par des rapports de corps de contrôle publics ne sont nullement inquiétés. Sous leur présidence, Senghor et Abdou Diouf qui avait à plusieurs reprises l’occasion d’envoyer en prison leur principal opposant, Me Abdoulaye Wade, n’ont jamais franchi cette ligne.

Arrivé au pouvoir en la faveur de la première alternance démocratique, Me Abdoulaye Wade non plus, nonobstant son engagement, clamé partout lors de la campagne électorale, de traduire son prédécesseur et ses partisans devant la justice pour répondre de leur gestion, a plutôt choisi de proposer et soutenir la candidature du président Diouf à la tête de l’Organisation internationale de la francophonie (Oif).

NANDO CABRAL GOMIS

Sur le même sujet : «Un Etat de droit, ce n’est pas un Etat ou chacun fait ce qu’il veut. », Mael Thiam, Administrateur de l’Apr

Sur le même sujet : «Une démocratie, ce n’est pas seulement les règles, mais une pratique », Sadikh Niass, Sg Raddho

Sur le même sujet : « Nos autorités se basent sur les dispositions de la loi pour faire  enferme», Thierno Bocoum, Agir

Previous post Macky Sall annonce la reprise très prochaine du désencombrement des rues de Dakar
Next post Poursuivi pour flagrant délit : Guy Marius édifié sur son sort dans quelques minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *