Cette année, beaucoup de producteurs d’oignon n’ont pas pu écouler leur production. Ainsi, ils  ont vu  une grande quantité de l’oignon pourrir sous leurs yeux à  cause de la chaleur et du manque de matériels de stockage. Pour éviter  que le même scénario se reproduise l’année prochaine, les acteurs de la filière ont invité l’Etat à mettre en place des mesures d’accompagnement.

La filière oignon traverse aujourd’hui des moments difficiles. Malgré l’abondance des rendements, les producteurs  peinent toujours à récolter le fruit de leur labeur, car ayant d’énormes difficultés à écouler convenablement leur production dont une grande partie  pourrit à défaut d’une bonne conservation. «Dès son accession au pouvoir en 2012, le Président de la République Macky Sall, en tournée à Potou, avait instruit les producteurs à augmenter leur production. Depuis lors, cette production augmente d’année en année. Mais, il n’y avait pas de mesures d’accompagnement par rapport à la commercialisation. C’est ce qui fait que la distribution au niveau des marchés pose problème  entrainant des méventes chez les producteurs», a  fait remarquer Malick Ba, secrétaire général de l’interprofessionnel oignon du poste zone Nord.

Selon lui, avant de demander aux producteurs  d’augmenter leur  production, il fallait prendre d’abord des mesures d’accompagnement pour permettre à ces producteurs de bien conserver l’oignon.

Il trouve que les magasins de stockage ne sont pas appropriés  et ne sont pas assez nombreux aussi pour contenir toute la production au niveau de la vallée et de la zone des Niayes.

Malick Ba demande aussi à l’Etat  d’accompagner les producteurs à mieux s’organiser en coopérative. Car selon lui, la distribution au niveau des marchés serait très facile à partir des coopératives.

«Il faut aussi appuyer les coopératives à avoir des moyens pour acheter la production et la commercialisation», suggère-t-il.

Aly Ndiaye chargé de la communication de l’interprofessionnel oignon du Sénégal a, de son côté,  déploré l’envahissement de la filière par les agrobusiness. Ce qui a, selon lui, accentué  les difficultés d’écoulement de leur production de cette année.

«Au niveau de notre entreprise nous avions acheté plus de 1900 tonnes d’oignon. Et nous avons perdu plus de 500 tonnes  qui sont pourries. L’oignon ne pouvait pas résister à la chaleur et à la pluie parce qu’on l’avait étalé en plein air faute de magasins de stockage», se plaint-il.

NDEYE AMINATA CISSE

Previous post Niasse annonce le démarrage, lundi 18 octobre, de la procédure de la levée de l’immunité parlementaire des députés Biaye et Sall
Next post Les gestes barrières respectés dans les écoles catholiques en cette rentrée des classes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *