L’Organisation internationale des migrants (OIM) condamne, à travers une note publiée hier, le meurtre de migrants en Libye. Pendant ce temps, les Etats africains, point de départ de ces candidats à l’aventure, sont restés muets face à drame qui n’est pas une première dans la violation des droits humains des migrants dans ce pays.

Six (6) migrants ont été tués et au moins 24 autres blessés au centre de détention surpeuplé de Mabani, à Tripoli en Libye, lorsque des gardes armés ont commencé à tirer suite à une émeute et une tentative d’évasion. L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a qualifié ces actes de tuerie insensée, tout en les condamnant. Dans sa note, l’organisation fustige aussi «l’utilisation de balles réelles contre des migrants qui protestaient contre les conditions épouvantables de leur détention». 

Avant les tirs, plus de 3400 migrants, dont 356 femmes et 144 enfants, étaient détenus dans le centre surpeuplé de Mabani, dans des conditions inhumaines. Nombre d’entre eux avaient été arrêtés lors des raids menés la semaine dernière dans le quartier de Gergaresh et étaient détenus de manière arbitraire.  «Le recours à une force excessive et à la violence, entraînant souvent la mort, est un phénomène courant dans les centres de détention libyens», déclare Federico Soda, chef de mission de l’OIM en Libye, dans le communiqué publié hier, mercredi 13 octobre 2021.  

Décision unilatérale et injustifiée de la Dcim de suspendre les vols humanitaires depuis le pays.

L’Organisation internationale pour les migrations signale que plus d’un millier de migrants, dans ce centre de détention, avaient demandé l’aide au retour humanitaire volontaire de l’OIM et sont dans l’attente, depuis des mois, suite à une décision unilatérale et injustifiée de la Direction de la lutte contre la migration illégale (Dcim) de suspendre les vols humanitaires depuis le pays. 

Face à la situation, l’OIM a demandé aux autorités libyennes de cesser d’utiliser une force excessive, de mettre fin aux détentions arbitraires et de reprendre immédiatement les vols (humanitaires) pour permettre aux migrants de partir.  Il est dénombré, selon l’organisation, près de 10.000 hommes, femmes et enfants piégés dans des conditions sinistres dans des centres de détention officiels dont l’accès est limité et souvent restreint pour les travailleurs humanitaires. 

Pendant que l’OIM alerte sur les conditions difficiles des migrants, les pays de l’Afrique de l’Ouest et Subsahariennes dont le Sénégal, zones de départ de ces migrants en partance pour l’Europe,   ne se prononce pas sur ces violations des droits humains qui perdurent en Libye. Or, leurs ressortissants qui sont en réalité en route pour l’Europe, parce que tentés  par ce voyage périlleux, sont concernés.  

LES POTENTIELS CANDIDATS PAS POUR AUTANT DÉCOURAGÉS

Au même moment, ces atteintes multiples aux droits, à la dignité et condition humaines des Africains Subsahariens dans nombre de pays du Maghreb (dont la Libye) qui ne sont que des points de transit pour débarquer sur les côtes européennes, ne décourage pas de potentiels candidats restés aux pays. A titre d’exemple, au Sénégal, les départs continuent, malgré l’accalmie qui semble être notée.

En atteste, la Gendarmerie nationale, dans une note adressée à la presse le 4 octobre dernier, annonce avoir arrêté 56 candidats à l’immigration dans la période du 21 septembre 2021 au 01 octobre 2021. Aussi, plus de 150 migrants ont été interpellés en mer dans les îles de Casamance par des agents des aires protégées et remis à la Gendarmerie, la nuit de jeudi 7 à vendredi 8 octobre 2021. Des jours avant, corps de migrants sénégalais ont été repêchés en Mauritanie. Avant la fin de son mandat, l’ancien Procureure de la Cour pénal internationale (CPI), Fatou Bensouda, avait annoncé des enquêtes en Libye, à cause des nombreuses violations des droits des migrants qui s’y passent.

Fatou NDIAYE

Previous post Macky Sall annonce la reprise très prochaine du désencombrement des rues de Dakar
Next post Poursuivi pour flagrant délit : Guy Marius édifié sur son sort dans quelques minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *