« Notre arsenal juridique n’est pas différent de celui des autres pays. Non ! Il n’y a pas de différences. Seulement, nos autorités se basent sur les dispositions de la loi pour faire  enfermer des activistes de plus en plus. C’est dans ce sens que j’estime que l’arrestation de Guy Marius Sagna est un recul démocratique. C’est une forme d’intimidation de l’activisme ou des activistes au Sénégal. Nous pensons que des personnes comme Guy Marius Sagna font de «l’activisme saint » ; c’est-à-dire tout simplement qu’ils sont dans des combats de principe et ils le font à visage découvert.

Nous pensons donc que des personnes comme lui doivent être protégées. Mais, c’est dommage que cela ne soit pas le cas. La preuve, sur la question dont il a été convoqué, on se rencontre que la personne incriminée n’a même pas porté plainte. Mieux, aujourd’hui, une plainte de Guy Marius Sagna dort dans les tiroirs de la gendarmerie et n’est pas encore instruite. Ce qui renforce la thèse d’une politique de deux poids-deux mesures; chose inadmissible dans un pays qui se réclame Etat de droit. Car, au même moment, d’autres plaintes sont rapidement instruites et à qui on attribue des suites judiciaires ; donc il y a une politique de deux poids-deux mesures face au contribuable Sénégal et c’est inaccessible.

Par ailleurs, nous pensons que les différentes interdictions à manifester sont totalement contraires aux dispositions de la Constitution et violent totalement la Constitution puisqu’au même moment, on voit le parti au pouvoir et ses partisans dans le régime organiser des manifestations, des meetings, des rencontres. C’est quand même inacceptable qu’aujourd’hui, on puisse refuser à des citoyens sénégalais le droit de marcher; c’est le cas récemment avec la demande de Nio lank qui a été refusée par le préfet. Nous pensons fondamentalement que le droit de manifester est un droit constitutionnel inaltérable; et que les autorités doivent se donner les moyens d’encadrer les marches et non de les réprimer.

Concernant la question des députés cités dans cette affaire de trafic de passeport diplomatique, je pense qu’il s’agit pour le moment d’accusation et tout le monde doit bénéficier de la présomption d’innocence; Mais, s’il s’avère qu’ils sont effectivement mêlés à cette affaire, il faut qu’une sanction se fasse ; d’abord que leur immunité parlementaire soit levée.

Déjà, il y a une demande sur la table de l’Assemblée nationale; Il faut que une sanction sévère soit faite contenue de leur statut et à la limite même leur imposer des circonstances aggravantes; parce que c’est inadmissible qu’un député s’adonne à des pratiques de trafic de passeports diplomatiques, c’est inacceptable dans un pays comme le Sénégal. Donc, nous pensons que cet acte doit être sévèrement puni, s’il est prouvé dans le cadre d’un procès équitable ».

OUSMANE SY (STAGIAIRE)

Sur le même sujet : Exercice des libertés individuelles en État de droit : Le Sénégal, encore à la traîne !

Sur le même sujet : «Un Etat de droit, ce n’est pas un Etat ou chacun fait ce qu’il veut. », Mael Thiam, Administrateur de l’Apr

Sur le même sujet : «Une démocratie, ce n’est pas seulement les règles, mais une pratique », Sadikh Niass, Sg Raddho

Previous post Macky Sall annonce la reprise très prochaine du désencombrement des rues de Dakar
Next post Poursuivi pour flagrant délit : Guy Marius édifié sur son sort dans quelques minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *