J’avoue que l’écriture de cette chronique me semble difficile car Achille Mbembé , historien et leader charismatique en Afrique, a accepté la proposition du chef d’ Etat français Emmanuel Macron de réfléchir sur « un regard neuf sur la relation entre France et l’Afrique pour offrir un nouveau cadre de réflexion et d’actions aux nouvelles générations », sachant que le porte-drapeau de la cause africaine n’a toujours pas été tendre avec la France. Cette situation troublante me met dans l’impossibilité manifeste d’apprécier sereinement ce rendez-vous inattendu.

Ce sommet de Montpellier est étonnant et détonant. Cette rencontre avec la jeunesse africaine et la diaspora peut être considérée comme une humiliation des chefs d’Etat africains. Nous pouvons dire qu’elle légitime le besoin de la présence française en Afrique, bien que certains intervenants aient fustigé le rôle de la France dans ce continent.

Les discours des jeunes étaient très contradictoires. En effet, on a pu entendre que la France doit soutenir le régime guinéen qui vient de s’installer par un coup d’état et en même temps qu’elle ne doit pas intervenir dans les affaires africaines, notamment soutenir des régimes dictatoriaux. Cela signifie qu’un débat entre africains s’impose, mais je pense qu’il sera difficile de conclure sur un accord car les intérêts des pays divergent.

Le paradoxe, c’est qu’en acceptant d’être présents à ce sommet, les africains montrent que les liens avec l’ancien pays colonisateur demeurent incontournables. Il s’engage encore à être le bailleur de fonds pour ces jeunes qui crient très fort leurs besoins de liberté et de reconnaissance.

Notons que ce moment a permis à la jeunesse africaine d’avoir un temps de défouloir et une tribune pour dénoncer la France et les chefs d’état africains qui ont fait l’unanimité contre eux. Ce qui semble étrange, c’est qu’aucun chef d’état africain n’a dénoncé cette rencontre improbable qui annonce, peut -être, la fin de l’impunité de beaucoup de présidents en place. Le soutien financier promis à la jeunesse africaine pose encore la question d’indépendance de l’Afrique.  J’ai envie de dire : « De quoi, il se mêle ».

Macron, réputé pour son tempérament d’homme qui ne fuit jamais les questions difficiles a été bien servi.  Les prises de position, parfois radicales et sans gants de certains jeunes ont montré les limites de ce dispositif.  

J’avoue que je ne connais pas réellement les objectifs spécifiques de ce sommet incroyable. Il faut prendre le temps de digérer cet évènement unique et suivre régulièrement ses réelles retombées.

En tout cas, tout me semble flou. Comme disait une élue du Nord de la France : « Quand il y a du flou, il y a un loup. » Nous pouvons cependant constater qu’entre l’Afrique et la France, c’est toujours : « Je t’aime, moi non plus ».

Par Alassane THIAM

Previous post Macky Sall annonce la reprise très prochaine du désencombrement des rues de Dakar
Next post Poursuivi pour flagrant délit : Guy Marius édifié sur son sort dans quelques minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *