Un contentieux sur la question foncière opposant le maire à des résidents qui revendiquent la propriété des espaces d’un site, suscite la tension dans la commune de Bokidiawé. Les contestataires qui se sont regroupés en collectif s’opposent au lotissement qui porte sur une superficie de plus de 114 hectares.

Après avoir empêché le démarrage des travaux de topographie le lundi, par une occupation des lieux qui a motivé l’intervention de la Gendarmerie, le collectif qui regroupe des résidents de Bokidiawé et de Mbolyel, a amplifié la lutte hier, mercredi 13 octobre 2021, à travers un rassemblement, où ils ont arboré des brassards rouges pour crier leur opposition à la décision du premier magistrat de la ville, Kalidou Wagué. Et par ricochet, informer de la grave situation qu’ils sont en train de vivre actuellement, pouvant entrainer un affrontement entre la population et les autorités municipales.

Durant un point de presse, le collectif révèle que «le maire décide unilatéralement, sans concertation ni information, de procéder à un lotissement suspect de cent hectares qui prive une trentaine de famille de leurs terres (leur moyen de subsistance) qui met à sa disposition plus de mille parcelles à usage d’habitation que les populations n’ont pas demandées».

Une procédure de lotissement qui est irrégulière, d’après Malick Diaw, le porte-parole du collectif, qui décrie l’absence d’une enquête de la Commission domaniale, l’absence d’une délimitation précise du site ainsi que l’absence de rencontre formelle entre les autorités municipales et les vrais propriétaires auxquels aucune proposition écrite d’indemnisation n’a été notifiée pour éventuel impacts subis.

Renouvelant aux autorités administratives locales leur «refus catégorique d’adhérer à la procédure de lotissement du site», le collectif, s’adjuge l’engagement d’occuper le terrain pour empêcher toutes exécutions des travaux.

«Comme en attestent, les nombreuses lettres de protestations et d’informations adressées aux autorités et la plainte déposée au tribunal, sans suite, nous avons été surpris de voir une équipe de topographes sur le site où une partie contient des champs de cultures», explique, le porte-parole.

Pour annoncer que, devant le silence constaté des autorités administratives face à leurs préoccupations, les contestataires ont convenu d’occuper le site pour refuser «l’injustice et défendre ce qui leur revient de droit».

Dans un entretien avec la presse, Alassane Demba Sy, le rapporteur de la Commission domaniale au niveau de la mairie, apporte une autre version des faits, en rassurant de «la bonne diligence du maire d’offrir à la cité un lotissement adéquat». «Depuis son accession à la tête de la commune, le maire avait  pris l’initiative de lotir les terres qui se trouvent entre les villages de Bokidiawé et Mboloyel. Ce qui a conduit à la naissance de ce projet qui a été soumis aux conseillers municipaux qui l’ont validé».

Par la suite, informe-t-il, «la Commission domaniale est descendue sur les lieux et a procédé à un recensement des personnes impactées, en l’occurrence les propriétaires terriens, avec lesquels des rencontres ont été tenues en présence des chefs religieux». Appelant les contestataires à la sérénité, des partisans du maire,  déclarent  que l’édile de la ville, qui préconise «le consensus», travaille dans la clarté pour le mieux-être des populations, en projetant de construire sur le site, un hôtel de ville, une gare-routière et un marché, sans entraver les droits des propriétaires.

 Pape Moctar NDIAYE

Previous post Macky Sall annonce la reprise très prochaine du désencombrement des rues de Dakar
Next post Poursuivi pour flagrant délit : Guy Marius édifié sur son sort dans quelques minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *