0 0
Read Time:2 Minute, 12 Second

Lamine Seck, le porte-parole du collectif des propriétaires et conducteurs de gros porteurs ou porte-chars sinistrés au Mali, suite à des attaques de bandes armées a expliqué hier, devant la presse, à leur garage sis Benténier dans la commune de Diass, leur mésaventure et les pertes occasionnées par cette déconvenue suite à leur retour au Sénégal. A l’en croire, tout est parti d’une demande de transport de matériel minéralier pour le Mali, il y a quelques semaines.

Ainsi, un lot de 25 personnes à bord de 11 véhicules ont été chargés de faire le convoiement du produit vers le territoire malien. Des attaques de bandes armées les ont dépouillés de leurs avoirs et des pièces des véhicules avant de mettre le feu sur les porte-chars. Selon Lamine Seck, les engins de transport gros calibre de ce genre ont été acquis au prix de mille sacrifices et d’efforts des propriétaires. Les pertes sont estimées à un demi-milliard de francs Cfa. 

’Ni une banque, ni un organisme financier quelconque n’a mis un franc dans le financement pour les trouver’’ dira-t-il.

Les conséquences sont énormes pour eux. Les conducteurs crient leur désarroi après celui des propriétaires car sans outil de travail, ils sont destinés au chômage. En plus, selon eux, beaucoup de personnes travaillent dans le convoiement et celles-ci apportent beaucoup au trafic du corridor Dakar-Bamako. Avec les pertes matérielles enregistrées, le manque à gagner est énorme pour eux. Leurs familles restent sans soutien avec l’arrêt du travail. Les seuls soutiens obtenus sont venus de leur employeur faisant corps avec eux à la suite des sinistres.

Selon Lamine Seck, des démarches ont été entreprises auprès des autorités gouvernementales mais elles demeurent lettre morte. Les membres du collectif des propriétaires et conducteurs de gros porteurs ont déploré également le mutisme des autorités consulaires et diplomatiques basées au Mali sur cette affaire douloureuse. En effet, depuis une entrée au ministère des transports, rien n’est fait. L’attente vaine reste la chose la plus partagée.

Lamine Seck a par ailleurs déclaré à la presse qu’une commande de transport peut coûter trois millions de francs. Ironie du sort : plus des deux millions de francs n’échappent pas au trajet. Il a fait part de la possibilité de perdre huit pneus au cours d’un trajet. Ainsi, presque tout tombe dans les frais de voyage. Ils ont le regret de ne pas entendre un syndicat des transports parler d’eux. Le souhait de ces acteurs est d’avoir un soutien de l’Etat pour leur permettre de retrouver du travail.

Samba Niébé BA

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Incidents à Ziguinchor : Le Conseil des Sages de Benno invite les acteurs politiques à assumer leur responsabilité
Next post Antoine Diome fixe le barème du parrainage des candidatures indépendantes aux locales 2022

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%