0 0
Read Time:3 Minute, 6 Second

SenePlus, un espace d’exploration et d’expression libre et plurielle d’opinions a reçu en collaboration avec l’Harmattan Sénégal, des intellectuels et des citoyens sénégalais avant-hier jeudi 4 novembre 2021, à l’Harmattan Sénégal à l’occasion du lancement de l’ouvrage collectif «Enjeux 2019-2024 Sénégal, réflexion sur les défis d’une émergence». Cette rencontre organisée autour du Professeur Penda Mbow, Alymana Bathily et Pape Abdoulaye Séne a été aussi un prétexte pour débattre sur certains thèmes abordés dans l’ouvrage. Parmi ceux-ci, on peut citer la question de la femme, des enfants de la rue ainsi que  la culture.

«Je fais le constat que dans nos sociétés, il y a que du silence. Silence des politiques qui ne parlent pas. Vous prenez tous les programmes des politiques, ils ne parlent pas des enfants qui sont dans la rue. Il y a quelques années, la société était plus ouverte sur cette question. Elle est devenue réactionnaire. Et dès qu’on ouvre la bouche, on te parle de nos valeurs culturelles. Quelle est la capacité de réponse de l’Etat et de la société ? Ce sont des réponses en dents de scie et qui ne sont pas à la hauteur des enjeux».

Ce cri de cœur vient du sociologue  Mamadou Mao Wane. Il prenait part aux débats lors de la présentation de l’ouvrage collectif «Enjeux 2019-2024 Sénégal, réflexion sur les défis d’une émergence».

Le Professeur Abdoulaye Elimane Kane a, quant à lui, analysé la question sur la culture.  Il trouve que la culture est le point de départ de toute la réflexion de tout ce qu’on doit faire en matière de développement. « La culture est l’alpha et l’oméga si nous voulons développer l’Afrique. Mais, il y a eu un déphasage extraordinaire entre ce qui se passe au ministère de la culture, au niveau du gouvernement et ce que les populations vivent concrètement. On est donc en confrontation entre vies et officiels», regrette-t-il.

Cependant, dans son intervention,  la sociologue Selly Ba a rebondi sur la question de la famille, de la femme et de l’avortement médicalisé. «La question de la femme ne devrait pas être gérée par les femmes mais c’est une question de société. Et on ne doit pas s’étonner demain que le taux de criminalité augmente. Parce qu’il n’y a pas de mesures. Aujourd’hui, on a des familles instables. Alors que pour avoir une société stable, il faut une famille stable. Le taux de divorce augmente. Et il n’y a pas de politique d’accompagnement pour tout ce qui est mariage. Donc, il faut une politique d’accompagnement familiale», relève-t-elle.

Quant à la lancinante question sur l’avortement médicalisé qui continue toujours de faire débat, elle indique : « c’est vrai qu’on n’est pas nombreuses par rapport aux religieux. Aujourd’hui si vous prenez ceux qui font de la prédication, c’est un marché économique. Donc, il y a beaucoup d’acteurs religieux parce qu’il y a ces aspects économiques. En tout cas,  je suis très froide sur ce que je dis. Il faut prendre les choses de manière très froide si on veut avancer». Elle trouve que la question de l’avortement médicalisé ne doit pas  être un sujet tabou. «La question de l’avortement il faut en parler. Une fille, qui a été violer de 10 ans qui est tombée enceinte, mais qu’est-ce qu’il faudrait faire ? Un père qui viole sa fille, quelle sera l’identité de cet enfant là. Je pense qu’il y a énormément de chose qu’il faut mettre sur la table», conclut-elle.

Ousmane GOUDIABY (STAGIAIRE)

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Mgr Paul Abel Mamba transféré à Tambacounda : ce qui va se passer à la tête du diocèse de Ziguinchor ?
Next post Rufisque- Plus d’une dizaine de listes en compétition : Ismaila Madior Fall, mis en défiance par son propre camp

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%