0 0
Read Time:2 Minute, 52 Second

Qu’est-ce que cela vous fait d’être admise au concours du Cames et quels sont les défis à relever ?

C’est une fierté, un sentiment de satisfaction de rejoindre le prestigieux cercle des agrégés du Conseil africain et malgache de l’enseignement supérieur. Au-delà de rendre grâce à Allah par rapport à ce grade-là, ce qui est important, c’est surtout par rapport aux responsabilités et de prendre en compte  les conséquences qui en découlent fondamentalement. Les défis, il y en avait déjà avant mais il y en a plus maintenant.  Ce sont plus de responsabilités en termes d’encadrement des étudiants. Ce serait aussi surtout de mériter ce titre-là et de faire de sorte qu’on puisse dire de choses qui vont dans le sens qu’il faut, qu’on puisse aussi compenser ou bien rectifier ses lacunes. Ce n’est pas parce qu’on est agrégé qu’on est plus fort, qu’on est intelligent et que ceux qui ne sont pas agrégés, ne sont pas bons. Non ! Loin de là. Ce qui fait qu’il y a toujours des renforcements à faire de la capacité pour pouvoir satisfaire ce qu’on attend de nous par rapport à l’institution. 

-Peut-on parler de contre-performances des universités sénégalaises pour le Cames 2021?

En 2019, le concours s’est bien passé. Maintenant, il faut qu’on accepte que ce concours-là n’est pas un concours comme je l’ai dit tantôt, parce qu’on est plus intelligent ou parce qu’on n’est pas intelligent. C’est une évaluation de la thèse et des articles qui ont été présentés. Ce qui fait qu’avec des membres du jury, des professeurs titulaires, on peut s’en sortir comme on peut ne pas s’en sortir. Toujours est-il qu’il faut être à la hauteur parce qu’il y a plusieurs paramètres qui sont prises en compte dans le cadre de l’évaluation. Ce n’est pas une contre-performance pour les universités sénégalaises. Ce n’est pas que les enseignements ne sont pas intelligents ou il n’y a plus d’enseignants intelligents. Bien au contraire, les enseignants sont toujours là. Ils produisent. Certains écrivent des ouvrages. Ce qui fait que ça ne doit pas être apprécié de cette manière-là.

Que doit-on faire pour qu’on puisse avoir de bons résultats au concours ?

Il faut anticiper sur la préparation. Puisque le concours se déroule sur deux ans, la prochaine échéance, c’est en 2023. Il faudrait donc commencer dès à présent dans le cadre de cette formation des enseignants avec beaucoup plus de préparation mais ensuite avoir les moyens pour que l’enseignant puisse voyager, avoir les ouvrages nécessaires parce qu’il faut que l’enseignant soit dans l’actualité. Au-delà du Droit, on interroge, on pose des questions par rapport à l’actualité et par rapport donc à l’évolution du Droit. Il faut que l’enseignant voyage, puisse se déplacer et avoir une ouverture d’esprit. Il faut que le concours soit préparé sur deux ans et non sur un an et aussi il faut que l’enseignant soit un peu déchargé par rapport à ses services. Dès fois avec le nombre pléthoriques d’étudiants, l’enseignant est aussi chargé dans le cadre même de l’obligation de services.

RECUEILLIS PAR MARIEME DJIGO

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Concours Cames 2021 : Onze universitaires sénégalais agrégés
Next post Diourbel / Fixation du prix du kilogramme d’arachide a 250 frs : Le oui…mais des producteurs agricoles

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%