0 0
Read Time:2 Minute, 36 Second

L’étau se resserre aux États-Unis autour de NSO Group, le fabricant israélien d’un logiciel d’espionnage ultra controversé, avec les poursuites intentées ce mardi 23 novembre par le géant américain du numérique, excédé que ses iPhones aient été piratés.

La société NSO est constituée de « pirates notoires », assènent les avocats du groupe californien. Leur plainte tient la firme israélienne pour responsable des « activités malveillantes » de certains de ses clients, dont des gouvernements. « Ce sont des mercenaires amoraux du XXIe siècle qui ont créé des machines de cybersurveillance ultra sophistiquées, incitant à des abus flagrants et routiniers », vitupère le communiqué d’Apple.

En septembre, la marque à la pomme a dû réparer une vulnérabilité informatique exploitée par Pegasus. Selon les chercheurs de Citizen Lab, l’organisation de cybersécurité de l’université de Toronto, le logiciel exploitait une faille dans iMessage, la messagerie d’Apple, depuis au moins février 2021. Ce qui lui permettait d’infecter les iPhone, sans même que les utilisateurs n’aient à cliquer sur des liens ou boutons piégés, selon un procédé baptisé « zero-click ». C’est ainsi que les chercheurs canadiens avaient découvert que l’iPhone d’un militant saoudien avait été infecté.

La firme créée par Steve Jobs a donc demandé au tribunal d’interdire définitivement les programmes de NSO sur ses appareils et services.

« Se battre pour la vérité »

« Des milliers de vies ont été sauvées dans le monde grâce aux technologies de NSO Group, a défendu un porte-parole de la firme, cité par l’AFP. Les pédophiles et les terroristes peuvent s’épanouir librement à l’abri des équipements technologiques à leur disposition, et nous fournissons des outils légaux aux gouvernements pour les combattre. NSO Group va continuer à se battre pour la vérité. »

Début novembre, une nouvelle enquête a révélé que Pegasus a servi à pirater les téléphones de membres d’ONG palestiniennes récemment placés sur la liste des « groupes terroristes » d’Israël. L’investigation menée par le groupe européen Frontline Defenders a conclu, après contre-vérification avec le Citizen Lab et Amnesty International, que six portables avaient été infectés par le logiciel.

Un collectif de médias internationaux a révélé cet été que Pegasus avait permis d’espionner les numéros de journalistes, hommes politiques, militants ou chefs d’entreprises de différents pays, y compris le président français Emmanuel Macron.

500 millions de dollars de dettes

Cette plainte intervient au moment où d’autres entreprises américaines et les autorités ont pris des mesures contre l’éditeur israélien. Début novembre, Washington a ajouté NSO Group à sa liste des entreprises interdites.

« Les États-Unis sont déterminés à utiliser de manière incisive le contrôle des exportations pour responsabiliser les entreprises qui développent, commercialisent ou utilisent des technologies à des fins malveillantes, qui menacent la cybersécurité des membres de la société civile ou du gouvernement, des dissidents, et d’organisations basées ici et à l’étranger », a ainsi déclaré la secrétaire américaine au Commerce Gina Raimondo.

Le groupe israélien s’était dit « consterné » par cette décision, assurant que NSO dispose d’une charte éthique « rigoureuse, basée sur les valeurs américaines ». Selon certains analystes, la firme israélienne serait en danger de faillite. Ses dettes atteindraient les 500 millions de dollars.

(rfi.fr)

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Affectations ou relèvements de magistrats : La punition des «insoumis»
Next post Ousmane Sonko très attendu à la rencontre entre les leaders de YAW et une délégation du Cudis

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%