0 0
Read Time:2 Minute, 49 Second

Retour à la case de départ ! Après la suppression, à la surprise générale du poste du Premier ministre, le 14 mai 2019, le Chef de l’Etat qui avait ainsi mis fin à la motion de censure et à la question de défiance, vient à nouveau de décider de remettre son «fusible». L’annonce a été faite hier, mercredi 24 novembre en conseil des ministres. A un plus de deux ans de l’élection présidentielle de 2024, les supputations vont encore aller bon train sur la succession de Macky Sall qui se refuse dans son «ni oui, ni non».     

C’est la surprise du Conseil des ministres d’hier, mercredi 24 novembre : l’annonce du retour du poste de Premier ministre après sa suppression controversée en 2019 qui renforçait le caractère présidentiel du régime sénégalais. «Le Président de la République a informé le Conseil, de sa volonté d’initier une révision de la Constitution en vue de l’instauration du poste de Premier Ministre», rapporte le communiqué du Conseil des ministres rendu public. Mieux, ajoute le document, « cette restauration, qui vient ainsi adapter l’organisation du pouvoir exécutif à un nouvel environnement économique et socio-politique, s’accompagne d’une nécessaire requalification des rapports entre l’exécutif et le législatif, notamment la réintroduction de la responsabilité du gouvernement devant l’Assemblée nationale et le pouvoir de dissolution de celle-ci dévolu au Président de la République».

En effet, au lendemain de l’élection présidentielle de 2019, c’était un véritable coup de Jarnac que Macky Sall avait administré à l’ensemble de la classe politique mais aussi aux observateurs en supprimant le poste de Premier ministre. Pour cause, le Chef de l’Etat n’a pas une seule fois évoqué cette réforme alors que tout au long de la campagne électorale Mahamadou Boun Abdallah Dionne était à ses côtés en tant que directeur de campagne. Il a promulgué la loi supprimant le poste de Premier ministre le 14 mai après son adoption par les députés à l’Assemblée nationale le 4 mai 2019.

A l’époque, l’objectif recherché, selon beaucoup d’observateurs, était que cette personne ne soit pas désignée comme étant le dauphin en perspective à la succession du Chef de l’Etat. Hier encore, grande a été la surprise de beaucoup d’observateurs quand dans le communiqué du Conseil des ministres, il est  annoncé le restauration du poste de Premier ministre. Selon plusieurs sources qui ont pris langue avec Sud Quotidien, ce poste devrait intervenir au lendemain des élections locales prévues en janvier 2022.

En effet, depuis l’annonce de l’instauration du poste de Premier ministre, les langues commencent à se délier. D’aucuns pensent que si Macky Sall choisit un technocrate, forcément, il va encore brouiller les cartes. En revanche s’il porte son choix sur un  homme politique, ça signifierait que celui-là pourrait être le candidat de la coalition Benno Bokk Yaakaar ou du moins de l’Alliance pour la République à moins que son « ni oui ni non » ne mène pas à une troisième candidature. Cette fois-ci encore, le retour à l’Assemblée nationale est obligatoire pour remettre le poste de PM. La majorité présidentielle va donc ouvrir la voie à la restauration de ce poste en votant en faveur de la révision constitutionnelle proposée par le pouvoir.

Mariame DJIGO

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post « Le président a choisi ses propres juges », selon Sonko sur les nominations issus du conseil supérieur de la Magistrature
Next post «A nous les hommes et les femmes de culture de mettre notre touche pour qu’il y ait la paix, la concorde entre la Guinée et le Sénégal», Sansy Kaba Diakité, directeur général des éditions l’harmattan Guinée

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%