20ème anniversaire du naufrage du joola : le Comité d’Initiative pour l’Érection du Mémorial-Musée «Le Joola» dépoussière son mémorandum

0
752

Le Comité d’Initiative pour l’Érection du Mémorial-Musée «Le Joola» a fait le point sur la gestion de l’ensemble des dossiers liés au naufrage du bateau «Le Joola», en perspective de la commémoration du 20ème anniversaire du drame, survenu le 26 septembre 2002. La structure a, entre autres, réclamé justice pour les victimes, le renflouement du bateau et une loi faisant de l’anniversaire de ce triste événement une «Journée du Souvenir». Le Comité s’exprimait hier, mardi 20 septembre, lors d’une conférence de presse tenue à la Place du Souvenir africain.

Le Comité d’Initiative pour l’Érection du Mémorial-Musée «Le Joola» a fait le point sur la gestion de l’ensemble des dossiers liés au naufrage du bateau «Le Joola», en prélude de la commémoration du 20ème anniversaire de l’un des drames maritimes les plus meurtriers de l’histoire, survenu le 26 septembre 2002. L’organisation était en conférence de presse hier, mardi 20 septembre, à la Place du Souvenir africain. «Le Comité a tenu, en rencontrant la presse, à faire le point sur l’état d’avancement des cinq points du Mémorandum régulièrement déposé sur la table du gouvernement depuis 2007», a déclaré Chamsidine Aïdara, l’un des porte-paroles.

«Les autorités, nous le soulignions ici, l’année dernière, ont manifesté durant les vingt (20) ans peu de volonté politique dans la prise en charge des doléances des familles de victimes», a-t-il dénoncé. «Si, à ce jour, la question de la prise en charge des orphelins et celle de l’édification d’un Mémorial ont connu quelques timides avancées, celle concernant le renflouement, la justice et la «Journée du Souvenir» sont, par contre, toujours au point mort», a regretté M. Aïdara.

«Au lendemain du naufrage, près de 1900 orphelins mineurs avaient été recensés, et le gouvernement avait pris l’engagement solennel de les prendre en charge. Cet engagement ne commencera à voir le jour que 10 ans après, c’est-à-dire en janvier 2012 où seulement 696 ont été pris en charge par l’Office national des Pupilles de la Nation. Les autres orphelins ont, entre-temps, atteint l’âge de la majorité fixé à 18 ans, sans compter les différentes omissions», à en croire Chamsidine Aïdara, qui estime que l’État a joué avec le temps et éliminé la plupart des orphelins.

Selon lui, «la création de l’Office national des Pupilles de la Nation, bien que salutaire, n’a pas permis de prendre en charge convenablement les orphelins du Joola. Certains n’ont bénéficié des allocations de prise en charge que durant un ou deux mois». Non sans ajouter : «ce n’est que le 17 février 2021, que l’État a pris la décision de prendre en charge financièrement les orphelins non déclarés pupilles. Et, là encore, non seulement une minorité e été pris en compte, mais également un montant arbitraire leur a juste été alloué, sans prendre en compte la durée normale de prise en charge».

DIFFICULTÉS LIÉES À L’ÉRECTION DE MÉMORIAL

Le Comité d’Initiative pour l’Érection du Mémorial-Musée «Le Joola» a aussi fait part des problèmes auxquels il est confronté dans sa volonté d’édifier un Mémorial. «Aujourd’hui, le gouvernement s’est enfin décidé à construire un Mémorial à Ziguinchor. Nous savons peu de choses sur ce Mémorial, car le contenu mémorial n’a jamais été défini par le gouvernement, malgré les propositions du Comité d’en faire un édifice polyvalent comprenant un Musée du Souvenir et un Centre de Recherche sur la Sécurité humaine, la Prévention des Risques et Catastrophes», a fait entendre la même source, lors d’un face à face avec les journalistes.

Concernant l’implantation d’un édifice mémoriel dans la capitale sénégalaise, M. Aïdara déclare : «la construction du Mémorial-Musée promise par le gouvernement sur la Corniche Ouest à Dakar reste encore à concrétiser. Nous avons reçu une proposition très intéressante de monsieur Pierre Atépa Goudiaby. En l’absence d’autres propositions, nous sommes prêts à soutenir cette offre qui pourrait voir se réaliser une de nos doléances principales, si longtemps exprimées».

RENFLOUEMENT DE L’ÉPAVE DU JOOLA

Chamsidine Aïdara et Cie ont profité de cette tribune pour réclamer le renflouement de l’épave du Joola. «Vingt (20) ans après le naufrage, l’épave n’est toujours pas renflouée, malgré les engagements de l’État à le faire… Le renflouement est une étape essentielle à la connaissance de toute la vérité sur cette catastrophe humaine. Peut-on oublier qu’il y a près de 2 000 morts de 12 nationalités !», a estimé le porte-parole du Comité.

Selon lui, «les résultats de la Commission ont établi des fautes graves et identifié des responsables. Mais, à la grande surprise des familles de victimes et de l’opinion en général, des sanctions administratives et pénales conséquentes n’ont pas été prise par l’État.» 

 DEVOIR DE MÉMOIRE

Outre le renflouement de l’épave, le Comité d’Initiative pour l’Érection du Mémorial-Musée «Le Joola» s’active pour l’élaboration d’une loi qui fait de l’anniversaire du chavirement du Joola une Journée du Souvenir. «Pour l’État, le devoir de mémoire se résume à commémorer l’anniversaire du naufrage. Le devoir de mémoire pour le Comité c’est aussi faire du 26 septembre une Journée du Souvenir. Le Comité ne demande pas de faire du 26 septembre un jour férié, mais une Journée du Souvenir, en la mémoire des victimes du Joola, par une loi», a fait entendre M. Aïdara.

Pour rappel, le Joola est le ferry qui assurait la navette entre Dakar et la région naturelle de Casamance. Il était conçu pour transporter au maximum 536 passagers. Son chavirement a occasionné 1 863 morts et disparus selon le bilan officiel. Le 26 septembre 2002, peu avant 23 heures, le Joola, surchargé de plus de trois fois le nombre normal de passagers, se retourne en moins de 10 minutes au large de la Gambie, à environ 40 km de la côte. Seuls deux canots pneumatiques de sauvetage ont pu être ouverts, plusieurs heures après le naufrage. Certains passagers se réfugient sur la coque du navire retourné, mais l’immense majorité reste piégée à l’intérieur ou se noie. Les pêcheurs présents sur place interviennent le lendemain matin au lever du jour. Les secours officiels arrivent en fin d’après-midi. Malheureusement, il n’y a eu que 65 survivants.

Papa Moussa CAMARA (Stagiaire)

 

Leave a reply