ARCHIVES SUD

0
269

DES MAUX ET DES MOTS

INTOLERANCE

La session parlementaire sénégalaise qui vient de s’achever n’aura finalement pas échappé à une pratique devenue, hélas! Courante dans l’hémicycle de la Place Soweto: le dénigrement systématique, les attaques personnelles et le vote aveugle.

Que des élus de formations politiques différentes défendent des points de vue tout à  fait contradictoires est dans l’ordre tout à fait normal et même souhaitable des choses dans un parlement. A condition simplement que le débat pour contradictoire qu’il soit, repose sur le respect des différences, justement gage de crédibilité pour une démocratie.

Lorsque, par contre, on arrive à ériger la haine et l’intolérance au rang de sacro-saint principe et au nom d’une fausse compréhension de la discipline de parti, l’intérêt national cesse d’être l’objectif pour rester au stade de prétexte à des  aspirations moins avouables.

De souvent « oublier » que les différents bulletins qui leur ont valu d’occuper leurs sièges de parlementaires émanent tous de gens confrontés bien souvent aux mêmes difficultés et partageant les mêmes espoirs, parce que constituant le même peuple aux réactions conjoncturellement différentes, certains députés ont perdu tout sens de la mesure et de la courtoisie. Et tout y passe, expression de la pire animosité qui règne entre ceux-là qui n’auraient dû être que des adversaires politiques et non des ennemis. Les idées, désormais, ne valent que par la couleur de celui qui les émet, quitte à  prendre demain le contre-pied de ce qu’on a si chaudement applaudi juste l’avant-veille.

Dans cette ambiance où le peuple sénégalais est l’éternel perdant la, palme d’intolérance est revenue à un député qui, au cours des débats sur l’article 35 du code du travail, a eu ces mots qui se passent de commentaires : « que ceux qui ne sont pas contents sortent du pays ».

Ibrahima Bakhoum

 SOMMAIRE

ECONOMIE

Conférence de la CEA: Maintenir le cap du libéralisme

SUD SANTE

Les dangers de la circoncision

Le Sida et l’Afrique: Mythes et réalités

Livres: Sida et Tiers – monde

SOCIETE

Manu Dibango: « Il est temps pour moi de partager »

Jacqueline Lemoine: Entre les coups de griffe et les sourires du destin

COMMUNICATION

ORTS: Fréquence commerciale

 LIBERATION

Le calvaire des enfants d’Afrique australe

Les Caldoches relèvent la tête

 VOTRE JOURNAL

Cette livraison de « Sud Magazine » est différente des précédentes. D’abord par sa présentation. Nous sommes revenus à un format plus classique, celui du News

Magazine qui a l’avantage d’être plus maniable. Les articles en seront plus courts et les illustrations plus nombreuses pour agrémenter votre lecture.

Mais l’évènement de cet été 1987 a été l’informatisation de la rédaction de votre journal. En effet, grâce à un appui financier de la Ford Foundation qui est venue ainsi compléter nos efforts autonomes et soutenus,  nous avons pu  acquérir un matériel informatique permettant de faire  la photocomposition et le montage sur maquette de votre journal.

Cela se traduit par un gain de temps appréciable et une meilleure maitrise du processus de fabrication. Votre journal s’est également doté de sa propre agence de photographie et d’un laboratoire de développement et de tirage de photos noir et blanc. Avec l’objectif, à terme, de parvenir à l’autofinancement, le Groupement d’intérêt économique Sudcom (Sud communication) qui régit les rapports associatifs de ses membres et édite  entre autres activités, votre  journal, vous promet que « Sud Magazine » vous sera livré plus régulièrement avec le rapprochement de sa périodicité qui va devenir désormais bimestrielle, avec au milieu, un supplément santé de 8 pages.

Babacar Touré

 EDITORIAL

Par Babacar Touré

LES ACTEURS ET LES AUTRES

 Etonnant Sénégal, ne se lasse t­ on pas de soupirer pour peu qu’on observe la scène politique, remuant et grouillante par moments, morose et désertée souvent, et dont les protagonistes semblent se scinder en deux catégories : les acteurs et les autres – les figurants?

Pourtant, tous les éléments constitutifs du jeu démocratique sont en place ; le décor est pour ainsi dire planté. La démocratie pluraliste se traduit par l’effectivité de certaines libertés fondamentales : liberté d’expression, de presse et d’association, organisation périodique d’élections à différents niveaux, indépendance de la magistrature, etc.

Dans leur application, ces libertés connaissent certains manquements et même des fois des restrictions sérieuses qui ne doivent cependant pas entrainer leur remise en cause fondamentale ou formelle. Ni par les tenants du pouvoir, ni par ceux qui aspirent à l’exercer.

Au contraire, la démocratie pluraliste est le bien le plus précieux qu’un pays sans ressources naturelles importantes autres que la matière grise de ses filles et fils, puisse entretenir et promouvoir afin qu’elle devienne irréversible et pérenne. Tout scénario, qui s’appuierait sur une distribution, tant au niveau des partis politiques et organisations de masse qu’à celui de ceux qui les  animent et qui ne prendrait pas en compte ces exigences des Sénégalais, a toutes les chances de se voir refusé.

Qu’est-ce qui fonde alors cette impression qui amène à se demander si le jeu vaut la peine d’être joué? D’abord le jeu des acteurs qui, tout compte fait, ne sont pas si nombreux que la floraison de formations politiques et des titres de la presse peut le laisser croire. A l’observation, pour qui veut distinguer l’essence de l’apparence, se pose un problème de mœurs politiques à assainir et à affiner. De même que les règles du jeu gagneraient  à être posées plus loyalement et plus… démocratiquement.

Car c’est moins du jeu démocratique en lui-même que des règles démocratiques qu’il s’agit. Sans doute l’esprit de discernement, le sens politique et la culture démocratique des Sénégalais sauront, à travers un processus de sélection naturelle, séparer la bonne graine de l’ivraie, les faux démocrates des vrais démocrates, les marchands d’illusion des forces de progrès réalistes et soucieux  avant et par-dessus tout, de l’intérêt national.

Sans doute aussi, que certains partis politiques comportent en leur sein de telles forces; cependant, il est aujourd’hui un phénomène nouveau qui, dans la vie de la nation sénégalaise peut prendre une importance décisive: l’existence, en dehors des partis et de leurs satellites, d’une frange importante d’intellectuels, de membres de professions libérales, des couches moyennes et supérieures de la petite bourgeoisie, revenus de leur engagement partisan qui, se joignant aux traditionnels « sans partis » occupent une sorte de no man’s land politique à l’extérieur des formations politiques.

Ces acteurs dont certains sont des « déçus des partis », sont appelés de par leur formation intellectuelle et technique, de par leur statut social, leur capacité d’initiative et surtout le nouvel environnement économique national, à jouer un rôle de plus en plus important dans la vie du pays.

Dans ce contexte, la bipolarisation, envisagée comme une cassure entre un « peuple de droite » et un « peuple de gauche » représentés par divers partis comme c’était le cas en France avant la gestion du pouvoir par les composantes de l’ex union de la gauche, ou incarnée par le bipartisme américain institutionnalisé ou même le bipartisme de fait des Anglais est difficilement concevable au Sénégal.

D’abord, il faut s’interroger sur les processus qui ont abouti à de tels tassements. Ensuite, là où cela s’est produit, on assiste aujourd’hui à une redistribution des rôles qui enjambe les clivages traditionnels. Car la crise des années 80 est aussi une crise des idéologies classiques, en même temps qu’elle interpelle, en termes nouveaux, l’intelligence des hommes et fait éclater les schémas de manière non discriminatoire. A l’Est comme à l’Ouest.

Dès lors, c’est à qui s’adaptera au contexte nouveau, à qui mettra en œuvre de nouvelles modalités d’entreprendre et de répartir dans un élan de solidarité novateur qu’appartiendra l’avenir. A défaut d’une telle intelligence de la situation, le jeu serait faussé alors que l’enjeu en vaut plus que la chandelle.

Si les Sénégalais arrivent à s’entendre sur certains principes de base -que d’ailleurs aucune formation politique ne remet en cause -du moins pas officiellement – tels l’unité et la souveraineté nationales, l’intégrité territoriale, le respect des institutions

républicaines, la laïcité de l’Etat, le respect de la différence, alors l’alternance sera possible à terme sur la base d’une compétition émulative qui serait également un moyen d’éduquer le peuple et d’élever son niveau politique et intellectuel.

Dans cette acception, les élections, loin d’être une fin en soi, constituent un baromètre significatif. Autrement, la réalité sera là pour rappeler que les urnes ne sont pas faites seulement pour enregistrer des voix mais qu’elles peuvent aussi contenir des cendres.  Les cendres de la démocratie.

POLITIQUE

Les Sénégalais vivent une période de pré-campagne électorale loin d’être tumultueuse pour toute l’opposition. Deux candidats se sont déjà faits connaître : l’actuel président de la République Abdou Diouf tout naturellement et son challenger de toujours : Abdoulaye Wade leader du PDS.

 Abdou Diouf – Abdoulaye Wade.

Parti Socialiste – Parti Démocratique Sénégalais : la confrontation va-t-elle se polariser sur ces deux hommes et leurs appareils ?  A la suite du Secrétaire général  du  Parti Socialiste, tous les responsables politiques que nous avons interrogés se sont prononcés contre une telle éventualité

 Non seulement ils en nient l’existence mais ils n’en souhaitent pas l’avènement. Cependant, en l’état actuel des choses, c’est bien le face à face Diouf – Wade qui, sauf extraordinaire, alimentera l’imagerie populaire, surtout si, comme on le dit dans son entourage, le leader du Mouvement Démocratique Populaire (MDP) M. Mamadou Dia, candidat aux dernières élections présidentielles, ne briguait pas les suffrages des Sénégalais. Les autres dirigeants de l’opposition semblent tentés par une participation individuelle ou collective aux législatives et par un « vote utile » aux présidentielles.

 Dans un tel cas de figure, le reste de la classe politique devra choisir entre le soutien critique à l’un ou l’autre des candidats et l’abstention. En tout état de cause, le PS, par la voix de son Secrétaire Général est formel sur son refus du face à face avec Abdoulaye Wade et son parti. De son côté, le PDS et son leader sont décidés à  contester l’hégémonie du PS et à se battre pied à pied avec le parti au pouvoir dans la perspective des  élections de février 1988.

 Tout se passe, entre ces deux formations, comme si « c’est 1988 ou jamais ». Cela est plus perceptible de la part de Maître Wade et de sa formation qui n’ont jamais autant cru à leur majorité qu’en ce moment et semblent prêts à le démontrer.

En tout cas,  si face à face il y a, tout semble indiquer que ce sera bien la dernière fois tant est unanime, à une exception près,  la volonté de faire pièce à toute bipolarisation dont la démocratie pluraliste aura du mal à s’accommoder.

 Babacar Touré

LE DERNIER FACE A FACE

 Par Ibrahima Fall

Au lendemain des élections présidentielles et législatives du 27 février 1983, la  vie politique sénégalaise avait été caractérisée par une grave crispation et une vive cristallisation des positions de l’opposition qui se déclarait ulcérée par l’ampleur des fraudes qui auraient marqué les premières joutes électorales de l’ère Diouf.

De consultations en consultations, elle avait pu se retrouver autour d’une plateforme commune de lutte articulée essentiellement autour de l’exigence d’une nouvelle consultation du corps électoral et de la révision du Code électoral jugé par de larges secteurs de l’opinion absolument peu équitable.

Le principal leader de l’opposition, Maitre Abdoulaye Wade avait même envisagé la création d’un gouvernement parallèle ainsi que l’envoi de missions à  l’étranger pour édifier sur la « non représentativité » de l’équipe au pouvoir. Rarement tension aura été aussi explosive. Cinq ans après, c’est une tension tout aussi vive qui s’est emparée du monde politique sénégalais, avec cette différence  notable que cette fois-ci l’affrontement est marqué par une certaine bipolarité avec les échanges de mots pour le moins acrimonieux entre le Président Abdou Diouf et le leader du PDS. On

en est arrivé à une cristallisation tellement extrême des positions du Chef de l’Etat et de son principal challenger que le premier craignant sans doute un trop long tête à tête avec le second, n’a pas craint d’appeler à la rescousse le reste de l’opposition qui semble être en complète hibernation, malgré la proximité des échéances électorales.

Au cours du Conseil national du PS des 27 et 28 juin derniers, Abdou Diouf  a été catégorique. Il ne voudrait nullement être enfermé dans le piège du face à face avec Wade.  « Contrairement à ce que veut faire croire une certaine presse commanditée et sucrée, la démocratie sénégalaise n’est pas bipolaire. Elle est plurielle et pluraliste. Nous n’acceptons pas, par respect pour notre peuple et pour les autres Sénégalais qui ne pensent pas comme nous, que l’on réduise notre modèle démocratique à une opposition stricte entre le PS et un autre parti ou entre Abdou Diouf et un autre leader politique », a dit en substance le Secrétaire général du parti au pouvoir.

Cette déclaration est en réalité inédite car, il est exceptionnel qu’un chef de parti au pouvoir en appelle aux autres forces de l’opposition pour contrecarrer les ambitions d’un leader faisant partie intégrante de celle-ci. A moins qu’il ne s’agisse plus prosaïquement, d’user de cette recette aussi vieille que le monde et qui veut qu’on divise pour régner.

Qu’en est-il au juste de la bipolarisation de la vie politique au Sénégal ? Un simple constat : malgré l’existence de 17 partis légalement constitués, tout se passe comme si le jeu démocratique n’était animé que par le PS et le PDS. Le fait que ce dernier parti soit, de toutes les formations de l’opposition, le plus anciennement reconnu explique peut­ être le rôle de locomotive qu’il joue au sein de celle-ci Il y a également la personnalité particulière de son leader qui use pratiquement des mêmes méthodes que ceux d’en face pour accroître son rayonnement et son influence.

A quelques nuances près, Wade a le même projet que le PS. Il n’est d’ailleurs pas étonnant de constater que les deux partis recrutent dans le même vivier. Ils constituent même une sorte de vases communicants avec les mêmes départs et ralliements d’une formation à l’autre.

Par ailleurs, Wade n’a jamais caché son intention d’être le leader de l’opposition qui, pense-t-il, -devrait pouvoir lui déléguer ses pouvoirs pour traiter avec l’adversaire commun

DIOUF, UN ALTER EGO POUR WADE?

S’il y a aujourd’hui un indiscutable face à face Diouf-Wade, c’est que celui-ci a toujours considéré le premier comme son alter ego. N’a-t-il pas suggéré au lendemain des élections de 1983, de constituer un gouvernement parallèle ? Ne vient-il pas d’affirmer, le 27 juin dernier au cours d’un meeting du PDS à Bargny, que si les conditions posées par son parti pour la transparence du scrutin n’étaient pas satisfaites « le PDS installera des bureaux de vote face à  ceux de Abdou Diouf et y recueillera les suffrages des électeurs favorables à son candidat et à sa liste pour ensuite en tirer toutes les conséquences »  C’est cette même logique qui a conduit Wade à se déclarer candidat à la candidature unique de l’opposition lors de la deuxième conférence nationale des femmes de son parti.

Une certaine bipolarisation de la vie politique peut également s’observer par le biais de la presse internationale avec la passe d’armes de Diouf et de Wade dans le quotidien français « le Monde » des 24 mars et 1er avril derniers. C’est d’ailleurs à travers les colonnes de ce journal que Me Wade avait fait la proposition de création d’une commission internationale d’enquête sur le financement du PS et du PDS et « sur l’état des droits et libertés au Sénégal ».

 

Cette proposition a été reprise à son compte par l’Internationale libérale dont Wade est le vice-président, qui lors de la réunion à Oxford de son comité exécutif, a décidé la création de cette commission qui devrait être composée par des représentants des Internationales socialiste, libérale, et chrétien démocrate.

En vérité, la bipolarisation Diouf­ Wade et PS-PDS avait été accréditée par le sondage de l’éphémère journal  « Liberté » qui en 1985, créditait Diouf de deux points seulement d’avance sur Wade et par les résultats des dernières élections générales. En effet, pour les présidentielles, Abdou Diouf avait obtenu 83,55 % des voix contre 14,71 pour Wade et seulement 1,38 % pour Mamadou Dia et 0,20 % pour Oumar Wone et 0, 16 % pour Majhmout Diop.

Les mêmes tendances s’étaient du reste signalées au cours du scrutin du 28 février 1978, qui avait vu Senghor l’emporter avec 82,2 % contre 17,8 %  pour Wade. Il est vrai qu’à l’époque il n’y avait que trois partis en lice (PS, PDS, PAI). Comme on le constate, si bipolarisation il y a, celle-ci ne serait pas aussi nouvelle qu’on le croit même si, sans aucun doute, elle se serait accentuée avec l’avènement de Diouf.

Paradoxalement, l’existence d’une multitude de partis politiques se réclamant tous de l’opposition aurait dû logiquement se traduire par une perte d’influence de Me Wade et de son parti.

Apparemment, il n’en est rien. La nucléarisation des forces de l’opposition semble en fait avoir bénéficié à Wade qui, plus que jamais, veut contraindre le pouvoir à un tête-à­ tête que celui-ci fait tout pour refuser.

Dans ces conditions, on peut logiquement se demander si la décrispation des relations pouvoir­ opposition ne passe pas nécessairement par une reprise du dialogue entre Diouf et Wade. Cette amorce de dialogue a été cependant compromise par le résultat catastrophique de la dernière audience que le Chef de l’Etat sénégalais avait accordée à son principal contradicteur.

Diouf et Wade semblent donc être condamnés  à dialoguer même si, actuellement, ils se sont emmurés dans un face à fa ce lourd de menaces. Après tout, le PDS n’avait-il pas été le seul parti de l’opposition à répondre positivement à l’appel au

Consensus national en 1983, allant même jusqu’à mettre fin au boycott de l’Assemblée nationale par ses huit députés? De surcroit, Wade n’avait-il pas été le seul leader de l’opposition à  avoir été informé de la dernière hausse des prix du riz  avant son annonce officielle par  le chef de l’Etat monté en première ligne? On est aujourd’hui bien loin de cette atmosphère de concertation et est peu probable que le dialogue reprenne avant les élections de l’année prochaine qui mettront probablement encore Diouf et Wade dans un face à face qui s’annonce héroïque.

BRANLE-BAS PRE ELECTORAL

 Par Moussa Paye

 L’opposition sénégalaise, à quelques sept mois des élections législatives et présidentielles, semble inerte, la canicule hivernale aidant sans doute. « L’épopée de 1983 ne se renouvellera pas » prophétise un dirigeant de l’Organisation socialiste des

Travailleurs, M. Mamadou Mbodji, dont l’organisation préside présentement l’Alliance démocratique sénégalais. « Nous n’avons pas encore discuté de la candidature de Wade, ni d’aucune autre candidature dans le cadre de l’ADS … « .

Les élections à  venir ne soulèvent  donc pas autant d’enthousiasme que celles qui les avaient précédées. Un chef de parti notoirement connu n’hésite pas à déclarer forfait devant les cinq millions de caution nécessaires pour se porter candidat  l’élection présidentielle

C’est  donc dans cette paisible mare d’incertitudes que Maitre Wade est venu jeter le pavé de sa candidature annoncée depuis la France. Le bureau politique du Parti de l’Indépendance et du Travail s’est élevé en son temps contre la procédure utilisée par le leader du PDS parce que, selon le communiqué du PIT, « cette proclamation de candidature unilatérale et de fait accompli signifie que désormais, les autres forces de l’opposition n’ont plus qu’à se soumettre et à se démettre par rapport à cette candidature « .

Cette fronde de principe du PIT, soutien traditionnel du PDS, fera long feu tant il est vrai que dans ce contexte pré-électoral de dispersion des formations marxistes, la direction de la lutte légale, parce que d’aucuns considèrent comme la fraction de la bourgeoisie libérale incarnée par Abdoulaye Wade, semble inévitable.

Aussi, quand la résolution de la VIème  session plénière de son Comité central annonce que « la stratégie électorale du PIT-Sénégal s’articule autour de la recherche d’une candidature unique de l’opposition aux élections présidentielles et d’une liste commune aux législatives », les observateurs pensent qu’il serait difficile d’en trouver un en dehors du leader du PDS, ne serait-ce que parce qu’il sera le seul susceptible d’avoir les moyens financiers nécessaires. Les plus pessimistes pensent que n’importe comment les élections qui approchent ne feront qu’accentuer les divergences entre les composantes de l’opposition

Au fond, par quel tour de passe-passe verra-t-on s’unir des formations qui, jusque-là, ont donné l’impression de se tirer entre les pattes avec, en prime, d’innombrables querelles doctrinaires et de préséance?

De source proche de la Ligue démocratique -Mouvement pour le Parti du Travail, le soutien à  Abdoulaye Wade est loin d’être acquis: « notre analyse du PDS n’a pas changé. C’est une fraction néocoloniale exclue du pouvoir qui veut utiliser les forces de gauche; or ces forces de gauche, singulièrement les marxistes léninistes ne se retrouvent pas dans un face à face Diouf-Wade. Nous devrons donc nous battre sous notre propre drapeau en présentant au moins une liste aux législatives ».

 Ainsi la thèse de la bipolarisation du système politique que niait le président Abdou Diouf et que tente de faire triompher son rival  Abdoulaye Wade, ne trouve-t-elle pas un terrain fertile pour proliférer.

Le Front national patriotique, dernière tentative de rassemblement autour de M. Mamadou Dia, ancien président du Conseil, est tenté par l’abstention plutôt que le soutien à un candidat de droite aux antipodes de ses préoccupations populistes.

 L’opposition parviendra-t-elle à s’entendre?

Toujours est-il que, selon certaines sources, une fraction des trotskystes de la Ligue communiste des travailleurs va renforcer le Mouvement démocratique populaire, parti de Mamadou Dia, alors que l’autre fraction est entrée en discussion avec l’Organisation socialiste des travailleurs (trotskyste).

Il n’est pas jusqu’au PDS Rénovation, dont on pensait qu’il serait un sérieux rival du PDS originel, pour perdre des plumes avant la bataille. Sophie Ndiaye Cissokho, député du Pds dissident jure n’avoir jamais été membre de cette formation, tandis que deux autres groupes, dont un conduit par Suzanne Sanokho qui chercherait  à reprendre langue avec Me Wade ont tourné le dos à Serigne Diop.

DES DOUTES SUR LA TENUE DES ELECTIONS

La situation créée par le Pds amènera certainement une dispersion  des rangs de l’opposition. A la longue, deux autres outsiders pourraient se déclarer à travers les personnes de MM Babacar Niang et Mamadou Dia, seuls à réunir la stature, l’ambition et les moyens financiers. Seulement, dans l’entourage du président Dia, on écarte la possibilité pour le vieux leader de se représenter aux élections présidentielles. Dans ces mêmes milieux, on exprime des doutes sérieux sur la possibilité de la tenue des élections au moment prévu.

Néanmoins, Abdoulaye Wade reste le meilleur candidat et on est en droit de se demander pourquoi le leader du Pds n’a pas cherché à se faire légitimer par ses pairs de l’opposition en mettant sur le tapis des négociations, la réelle suprématie de son parti, son charisme et toute sa finesse politique? « Le PDS a toujours l’esprit constructif », répond à sa place Me Ousmane Ngom, son secrétaire national chargé de l’Information.  « Nous n’avons pas attendu les élections pour avoir des initiatives à

l’endroit des autres formations politiques telles la constitution du Front du refus et l’ADS, la tenue de conférences de presse et de tablesrondes communes, l’organisation de la marche du 22 août 1985. Mais il se trouve que nous n’avons pas les mêmes responsabilités. Nous pensons que des élections doivent se préparer au moins pendant un an. Nous avons donc été obligés de prendre des décisions rapidement alors que beaucoup de partis ont des procédures de décision très longues ».

Toujours en avance d’un cran en  matière de conception électorale, le PDS pourrait placer des urnes dans des bureaux de vote parallèles où toute l’opposition pourra faire le décompte de ses voix. Ce parti va incessamment constituer un service d’ordre de plusieurs milliers d’hommes appelés « calots bleus » et les rumeurs font état de l’arrivée effective, sinon imminente de dizaines de véhicules qui vont sillonner le pays pendant la campagne électorale.

D’ici là, les choses vont bouger petit à petit avec les congrès programmés par différentes formations politiques. D’ores et déjà, presque toute l’opposition demande la modification du code électoral sans en faire une condition préalable de participation. Un des leaders de l’opposition d’extrême gauche n’a pas hésité à avancer que les partis de l’opposition canalisés vers les élections prochaines sans souci de lutte quotidienne pour la défense des intérêts de la classe ouvrière et des masses, ne se relèveraient pas de la défaite qui les attend.

OPPOSITION

Y a-t-il bipolarisation dans la vie politique sénégalaise? Peut-il et ou doit-il y avoir bipolarisation? Babacar Touré a posé la question à trois responsables de l’opposition sénégalaise.

SERIGNE DIOP: (PDS/ R)

« Le Sénégal menacé par son infantilisme politique »

 « La bipolarisation peut être appréciée à  deux niveaux : partisan et individuel. Au niveau partisan, cela supposerait qu’il y a deux groupes de partis qui animeraient essentiellement la vie politique au Sénégal – la réponse est évidemment non.

Au niveau individuel, une certaine presse a voulu accréditer l’idée qu’il y aurait d’un côté, Abdou Diouf et Abdoulaye Wade, de l’autre. Dans un tel cas de figure, les partis politiques n’auraient aucun rôle et tout se passerait autour de deux hommes. Là, je suis d’accord avec le Secrétaire Général du Parti socialiste quand il dit que le tissu politique sénégalais est pluriel et pluraliste.

Dire qu’il y a bipolarisation revient à entrer dans le système de désinformation car

souvent  les moyens d’information  déforment la réalité, soit par subjectivisme, soit par parti pris. Au fond, ce qui importe, ce n’est pas le jeu de la scène dakaroise, mais la réaction du pays profond. Aujourd’hui, il s’agit de réfléchir sur l’action politique et non sur l’éclat politique. Vous savez, nous sommes, en Afrique, dans des sociétés  « d’expansion », Quand on fait un meeting, tout le monde accourt, ceux qui sont concernés comme ceux qui ne sont pas concernés.

LES IDEES ET NON LES HOMMES

Maintenant, s’il n’y a que deux candidats à l’élection présidentielle, il y aura bipolarisation mais seulement par rapport à l’élection présidentielle. Le phénomène, d’ailleurs, va être vite corrigé par les législatives où on aura davantage de partis. Peut-il y avoir ou doit-il y avoir bipolarisation ?  « La bipolarisation est une version pluraliste du bipartisme, tel que nous le connaissons aux USA ou en Grande

Bretagne. En France, la bipolarisation signifie regroupement de la droite d’un côté,  et de la gauche de l’autre. Nous sommes pour un regroupement de formations politiques autour de pôles politico idéologiques. On peut sérier quelques grandes questions qui peuvent diviser les Sénégalais sur de telles bases.

Evidemment une telle bipolarisation n’impliquera pas cette inflation de partis politiques. A ce moment ce seront les idées qui primeront sur les hommes. Mais j’avoue que ce sera difficile, non pas pour des raisons objectives, mais surtout pour des raisons subjectives. Le Sénégal est menacé, moins par sa situation  économique que par son infantilisme politique.

Objectivement, aujourd’hui, le PS exerce une certaine hégémonie. Ce n’est pas parce que le PS gagne que c’est le résultat d’une fraude. Ce n’est pas une opposition à l’alternance qui est la raison de notre combat, mais elle doit s’inscrire dans le temps et non en fonction d’un homme du moment.

La différence avec Wade? Wade ramène tout l’avenir du Sénégal à son propre destin politique. Il s’est fait son idée et il faut qu’elle se réalise de son vivant: il faut qu’il soit président de la République du Sénégal. Je rêve du jour où un parti de l’opposition gagnera les élections présidentielles. Mais cela n’arrivera peut-être pas de mon vivant. L’essentiel est que chaque pas franchi nous rapproche de cette dimension fondamentale du pluralisme politique. Mitterrand a mis 23 ans pour être président de la République française, après avoir été ministre pendant près de 10 ans,  même après avoir mis De Gaulle en ballotage en 1965, il lui a fallu attendre 16 ans pour accéder au pouvoir et il a attendu sereinement.

J’estime qu’on peut améliorer le Code électoral. On doit l’améliorer. Mais aujourd’hui je ne suis pas d’accord pour qu’on change le code parce que le débat a été subjectivisé et renvoie toujours à la légitimité du pouvoir issu de 1983 or pour nous,  ce débat est dépassé. Il faut aller aux élections avec ce code. Sa révision ne changera rien car ce n’est pas le code qui freine l’opposition. Le problème de fonds, c’est la capacité de l’opposition à envoyer des représentants dans tous les bureaux de vote et que ceux-ci y restent pour faire respecter le suffrage des électeurs. D’ailleurs, si j’étais Diouf, je laisserais l’opposition faire son propre code car cela ne changerait rien si la capacité de mobilisation est absente. »

SEMOU PATHE GUEYE (PIT)

 »Pas de chèque en blanc »

« Les affrontements politiques tels  qu’ils se déroulent dans le pays et la perception du Sénégalais, habitués depuis la période 1974-1978 à voir dans l’arène deux protagonistes: PS-PDS, Wade-Senghor, peuvent incliner à penser qu’il y a bipolarisation.

Des raisons historiques expliquent cette situation. D’abord, il n’existait, à cette époque, aucun autre parti politique légalement reconnu, en dehors du PDS. Dans un tel contexte, même la candidature de Majhmout Diop (PAI) aux présidentielles de 1978 apparait comme une candidature de diversion.

Cela veut-il dire que pour les gens, il n’y avait que deux possibilités de choix,

Senghor puis Diouf-Wade et PS-PDS? Je ne le pense pas car, paradoxalement, pour certaines couches significatives, notamment les couches urbaines moyennes, il n’y a pas bipolarisation. Il y  a des gens qui ne s’engagent pas parce qu’ils pensent que PS et PDS; c’est blanc bonnet et bonnet blanc. Par exemple, lors de la dernière campagne électorale, nous avons eu beaucoup plus de difficultés à convaincre cette frange des couches moyennes de l’opportunité du soutien de notre parti à Wade. Certes, Wade parait être le candidat le plus crédible. Mais tout cela ne me semble pas très profond.

Le grand problème de Wade c’est qu’il ne rassure pas les couches moyennes dont j’ai déjà parlé. Le PDS est très fort en milieu paysan et au niveau des couches populaires urbaines mais au niveau des cadres moyens et supérieurs, on note une certaine réticence or dans le jeu politique sénégalais, ce sont eux les  éléments les plus décisifs en cas  d’élections, en tant que véhicules d’opinion.

Maintenant peut-il y avoir ou doit-il y  avoir bipolarisation? A mon avis, la seule alternative, c’est l’unité des forces patriotiques et démocratiques incluant le

PDS, dans  le respect de la sensibilité et de  la personnalité de chacun; c’est de cela

qu’Abdou Diouf ne veut pas, car si cette stratégie démocratique se matérialisait, il n’aurait aucune chance. C’est cela que nous préconisons: le regroupement des forces patriotiques et démocratiques face au pouvoir. Dans ce cas, il ne s’agit plus de face  à face entre deux grands partis et  l’opposition ne donnera pas non plus un chèque en blanc à  Abdoulaye Wade ou à  tout autre candidat qu’elle pourrait être amenée  à  soutenir sur la base d’un programme clairement défini et adopté en commun.

 ABDOULAYE BATHILY (LD/ MPT)

« Nous entrerons en alliance »

On peut dire dans un certain sens qu’il y a bipolarisation avec d’un côté le PS qui gouverne depuis 27 ans et qui a mené le pays dans la situation économique catastrophique que chaque citoyen ressent, particulièrement les hommes et les femmes des villes et des campagnes qui vivent des fruits de leur travail.

De l’autre, il y a le peuple sénégalais et ses organisations représentatives, les partis politiques de l’opposition, les organisations syndicales des travailleurs; donc, le pays est aujourd’hui effectivement coupé en deux et les populations rejettent les nouvelles politiques du gouvernement dictées par les bailleurs de fonds étrangers, notamment le FMI, la Banque mondiale et l’USAID. De ce point de vue, on peut dire qu’il y a bipolarisation au Sénégal.

Sur un autre plan, nous voyons que dans ce vaste camp qui s’oppose au pouvoir et à sa politique, se présentent plusieurs programmes, diverses sensibilités, mais dont l’objectif est commun, Le pays a tout à gagner à ce qu’une bipolarisation ne se réalise pas. Elle n’est pas souhaitable et ne correspond pas aujourd’hui à la complexité de la formation sociale sénégalaise. Il est certainement souhaitable que les forces révolutionnaires, notamment les marxistes-léninistes s’unissent et même fusionnent, pour mettre en commun leurs talents d’organisation et de lutte et entrainer une dynamique toute nouvelle dans la situation politique. Notre parti travaille pour cela. Il faut éviter la dispersion des forces de l’opposition car la tâche principale n’est pas pour nous de lutter contre un autre parti d’opposition, mais contre le PS et Abdou Diouf. A cet égard, le champ de nos alliances n’exclut que le Ps et ses organisations parallèles.

Le 6 septembre, notre conférence nationale aura à prendre position sur l’attitude que nous aurons à adopter face aux élections législatives et présidentielles. Ce que je peux dire d’ores et déjà, c’est que notre congrès a décidé que nous ne laisserons pas le terrain électoral à la bourgeoisie. Tout en affirmant notre identité, nous sommes tout aussi décidés à faire avancer d’un pas décisif l’unité de l’opposition. Nous entrerons donc en alliance électorale avec les partis de l’opposition, les formes seront déterminées par les résultats des discussions en cours tant au sein de l’Alliance démocratique sénégalaise(ADS) qu’entre les partis de l’ADS et les autres partis de l’opposition

SYNDICATS

CHAUDE ALERTE

 Par Ibrahima Baxum

Le Gouvernement sénégalais peut prendre quelques semaines de vacances, l’esprit (relativement) tranquille, pour avoir franchi sans frais le dernier obstacle de l’année dressé entre les travailleurs et lui, par les bailleurs de fonds  sous la forme d’une révision du Code du travail.

Le Fonds monétaire international et la Banque mondiale voulaient une législation du travail moins contraignante pour réduire les coûts (sociaux) de production des entreprises installées au Sénégal. La direction de la plus grande centrale syndicale du pays a annihilé (provisoirement) les coûts politiques d’untel diktat. Pourtant, dans ce qui était bien parti pour déboucher sur un désordre aux conséquences imprévisibles, mais qui a fini par apparaitre comme « une victoire des travailleurs », il n’y a qu’un vainqueur, Madia Diop. Le Secrétaire Général de la CNTS a, en effet, réussi la prouesse de disperser la foule qu’il avait lui-même mobilisée devant le Parlement dans l’après-midi du 24 juillet, laissant presqu’entier l’objet de leur revendication tout en évitant au gouvernement d’avoir à reculer devant une pression populaire.

Le texte adopté le mercredi 29 juillet par le parlement, ne change fondamentalement rien à la volonté’ des bailleurs de fonds du Sénégal de donner les moyens aux entreprises de réduire les coûts sociaux de leurs productions. La rédaction initiale du projet soumis par le gouvernement pour la révision de l’article 35 du Code du travail disposait que « 1es travailleurs de nationalité sénégalaise peuvent conclure avec la même entreprise des contrats à durée déterminée sans limitation de nombre ou renouveler plusieurs fois leurs contrats à durée déterminée ».

Devant la menace des travailleurs de déclencher une grève générale, le bureau confédéral de la CNTS a préconisé d’organiser une manifestation pacifique (sans slogans ni pancartes) devant le Parlement où devait se réunir la commission technique chargée d’étudier le projet de loi. La bombe était à l’eau, la revendication récupérée dans le cadre des luttes internes qui s’opèrent au sommet de la hiérarchie de la centrale  contrôlée par le Parti Socialiste.

PORTE DE SORTIE

L’amendement qui a permis de  calmer les esprits, reprend en partie l’article 35 tel qu’il est dans la loi de 1961. « Aucun travailleur ne peut conclure avec la même entreprise plus de deux  (2) contrats à durée déterminée, ni renouveler plus d’une fois un contrat à durée déterminée ». Mais, l’élément nouveau c’est que ces dispositions ne s’appliquent pas ( … ) au travailleur engagé en complément d’effectif pour exécuter des travaux nés d’un surcroît d’activités de l’entreprise ».

Voilà la porte de sortie savamment aménagée et par laquelle bien des employeurs sauront passer en temps opportun pour employer ad aeternam des travailleurs (main d’œuvre non qualifiée en particulier) au titre de temporaires.

Aucune disposition n’oblige un chef à prouver que c’est pour « sur croître » d’autres activités qu’il a recruté un travailleur de même qu’il n’est pas précisé de durée du contrat établi pour cette raison. Tout cela justifie les appréhensions des syndicats autonomes qui ont dénoncé dans un document publié la veille du vote ce qu’ils ont appelé la légalisation de l’emploi temporaire précaire sans obligations de charges sociales pour l’employeur ( … )

 

RENCONTRE ANC – LIBERAUX

AU NOM DE LA REALPOLITIK

 Par Amadou Mactar Guèye

La pression militaire exercée de l’intérieur par les forces patriotiques et les déboires diplomatiques du régime de Pieter Botha ont conduit certains Blancs  à plus de réalisme. En Afrique du Sud même, on se prépare à l’après apartheid.

 Ils étaient une soixantaine de Sud-africains blancs qui, pour la plupart, foulaient pour la première fois le sol d’un pays africain indépendant. En acceptant de rencontrer à Dakar les représentants du Congrès National Africain (ANC), ces libéraux blancs ont franchi un pas décisif dans la lutte contre le système de l’apartheid.

Vivant tous en Afrique du Sud, à l’exception notable du poète en exil Breyten Breytenbach, ils ont quelque influence dans les milieux où ils évoluent (sports, business, arts, etc.), même s’ils n’en sont peut-être pas les porte-parole. Leur engagement à manifester ouvertement leur opposition au système de ségrégation raciale dans leur pays fait toutefois qu’il faudra désormais prendre en compte dans l’échiquier complexe sud-africain, ces libéraux. De quoi s’agit-il?

Les mouvements de masse qui ont ébranlé le système de l’apartheid en 1985 et en 1986, aussi bien en Afrique du Sud que dans les pays occidentaux et africains, ont provoqué une nouvelle prise de conscience chez certains blancs sud-africains qui savent que la vague de colère noire ne saurait les épargner, à condition qu’ils se démarquent clairement et sans équivoque du régime honni de Prétoria.

Pour le Congrès National Africain, c’est une victoire diplomatique indéniable que d’avoir été reconnu comme interlocuteur dans le processus de changement en Afrique du Sud. Pour ce mouvement interdit au pays de l’apartheid, la base de  toute négociation repose sur la Charte de la liberté (Freedom Charter) adoptée en  1955. Cette Chartre ouvre d’une manière symbolique le chapitre des relations nouvelles devant exister entre blancs et noirs sud-africains. Elle dispose notamment que « l’Afrique du Sud appartient tant aux noirs qu’aux blancs, et personne ne peut y exercer le pouvoir si ce n’est par la volonté du peuple ».

Il y a donc, assure l’ANC, de la place pour les blancs dans une Afrique du Sud libre et libérée. Les moyens pour parvenir à cette libération ont été le thème principal des discussions entre libéraux et responsables du mouvement anti-apartheid dans la capitale sénégalaise.

Certains libéraux blancs voudraient que le Congrès National Africain dénonce ouvertement la campagne de violence politique qui a caractérisé les rapports entre la population noire et la police cours des trente-six derniers mois. L’ANC est catégorique : cette violence n’est  qu’une réponse, même tardive, à la violence du système.

Le Congrès s’est engagé au contraire à intensifier la lutte armée avec sa branche militaire, Umkhonto We Sizwe (le Fer de la nation). Parallèlement, il travaille au renforcement de la pression diplomatique pour amener le régime minoritaire blanc à négocier sur la base du principe de « un homme, une voix »,  seule garantie d’un régime véritablement démocratique.

Certains accuseraient l’ANC de « trop tendre » la perche aux bourreaux des noirs de Soweto, estimant que seule la lutte armée révolutionnaire viendra à bout des Boers du Parti National au pouvoir à Pretoria. Les officiels expliquent en privé qu’une grande opération de guérilla n’est pas souhaitable parce qu’il faut « éviter de faire trop de victimes civiles ». Le Congrès National Africain n’en continue pas moins de signer « toutes les opérations » de revendication sociale et syndicale qui ont paralysé le pays de l’apartheid particulièrement dans le courant de l’année 1986.

HATER LA LIBERATION

A Pretoria,  prend très au sérieux le déploiement et le regain des activités de l’ANC tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays et un projet est à l’étude pour pénaliser toute personne de nationalité sud- africaine qui tenterait d’avoir des contacts avec des membres de ce mouvement. La rencontre de Dakar a donc été plus un test de la crédibilité de l’ANC qu’un exercice devant mener à une table de négociations.

Mais comme le confiait un diplomate zimbabwéen dans les couloirs de l’hôtel Novotel où se sont tenues à huis clos les séances de travail entre militants de l’ANC et libéraux Blancs, « toute guerre finit sur une table de négociations ». Il faudrait peut-être ajouter que la guerre n’a vraiment pas encore eu lieu en Afrique du Sud. C’est

Donc tant mieux si des discussions du genre de la rencontre de Dakar, après celle de Lusaka en 1985 entre l’ANC et des hommes d’affaires blancs sud-africains, peuvent prévenir une guerre et préparer la voie à l’avènement d’une Afrique du Sud libre et démocratique, à tout jamais libérée de la hantise d’un fascisme destructeur.

Au nom de la réalité ethno politique sud-africaine, l’ANC n’a pas tort de compter sur quelques libéraux blancs pour hâter la libération du pays. L’attitude réaliste des dirigeants noirs de l’ancienne Rhodésie a permis l’avènement du Zimbabwe. L’histoire, quelquefois, peut se répéter ad infinitum.

XXlllè sommet

 L’OUA MARQUE LE PAS

PAR SIDY GAYE

L’imagination et le courage n’étaient  pas au rendez-vous d’Addis 87. Le fairplay encore moins. Enfin, l’immobilisme qui avait déjà altéré l’ardeur panafricaine sous la gestion Nguesso a de nouveau laissé son empreinte sur les principales décisions d’un sommet où tout (ou presque) reste à refaire.

Pourtant, ce ne furent guère les opportunités qui manquaient à la veille et à l’occasion de ce vingt-troisième sommet de l’Organisation de l’Unité Africaine qui réunissait, du 27 au 29 juillet dernier, une vingtaine de chefs d’Etat africains (sur les cinquante) dans la capitale éthiopienne. A elle seule, l’actualité chaude en offrait une panoplie quasiment inépuisable.

Les recommandations du forum économique d’Abuja, les enseignements du colloque anti-apartheid de Dakar, les massacres d’Homoine (Mozambique) suivis du raid en territoire angolais, tous perpétrés dans l’intervalle de ce sommet par le régime de Pretoria et ses obligés, la présence  à Addis Abéba même d’une  délégation du Black caucus, du Président du comité exécutif de l’OLP M. Yasser Arafat et l’appel de Yitzak Shamir, Président du Conseil Israélien en faveur des juifs éthiopiens, interpellaient collectivement les 50 délégations africaines qui s’étaient données rendez-vous dans la capitale éthiopienne.

Mais sur aucun de ces dossiers politiques ou économiques, il ne s’est dégagé un consensus réellement  susceptible de faire progresser dans les douze mois à venir, la cause africaine. Partagé entre le doute et les manœuvres politiciennes, ce 23ème sommet présidé par le Zambien Kenneth Kaunda a hésité, tergiversé, avant de se fixer un nouveau rendez-vous le mois prochain afin de prendre au moins dans le domaine économique, les décisions qu’il n’avait pu ou oser conduire.

Au plan politique, en effet, la problématique de la bande d’Aouzou dont l’acuité a été rehaussée par les victoires militaires et la première participation d’Hissène Habré à un sommet de l’OUA,  a largement ranimé les empoignades d’avant 85.

Pourtant, malgré le constat d’échec dressé par le Gabonais Omar Bongo qui présidait le comité ministériel ad hoc déjà vieux d’une dizaine d’années, le 23ème  sommet n’a pas voulu prendre ses responsabilités ni dénoncer comme le lui inspire sa charte fondamentale, l’occupation libyenne.

Face à un gouvernement qui bafoue les principes les plus élémentaires de la légalité panafricaine, dénie toute légitimité  à l’autorité morale de ses pairs et refuse même toute idée de médiation ou d’arbitrage, l’OUA a préféré accorder un nouveau répit au colonel Khadafi. Cet attentisme qui se traduira inéluctablement par la montée des périls sur le terrain militaire, est également de rigueur sur le front anti-apartheid. Ici, au moins, deux opportunités n’ont pu recueillir toute l’attention qu’appelait leur portée historique. Il s’agit, d’une part, de l’annonce de collaboration initiée entre le secrétariat général de l’OUA et le lobby noir du congrès américain regroupé au sein du Black Caucus, et d’autre part, du dialogue inter communautaire noué à Dakar entre libéraux blancs sud-africains et combattants de l’ANC (lire article de Amadou Matar Gueye).

Dans le premier cas, l’OUA, jalouse de ses secrets de polichinelle, a refusé le statut d’observateur à un partenaire potentiel qui, dès la première sollicitation, avait déjà fait la preuve de son engagement et de sa loyauté à la cause africaine en imposant de haute lutte à l’administration Reagan, le principe de sanctions radicales contre l’Afrique du Sud.

Dans le second cas, si l’esprit de Dakar a été magnifié à Addis Abéba, rien ne prouve que l’OUA s’investira résolument dans cette nouvelle voie dont elle devrait être logiquement, en même temps que le porte-étendard, le bras actif et l’agent de propagande le plus zélé.

Enfin, alors que Pretoria et Jérusalem narguaient simultanément la conscience africaine, l’un par le crime récurrent, l’autre par une attitude subversive ayant pour cible les juifs d’Ethiopie, les délégués africains choisissaient de se replier dans le rituel des résolutions réchauffées. Là où s’imposait justement un débat de fond sur les arriérés de contribution au comité de libération d’abord, sur le retour d’Israël sur le continent ensuite.

Mais c’est assurément sur les questions économiques qu’on fit preuve du plus grave louvoiement. Eludant à souhait les interpellations d’Abuja relatives à la dette (lire l’article de Tidjane Kassé), le 23ème  sommet qui ne s’est non plus attardé sur le bilan de l’après New York est entièrement passé à côté des indispensables ajustements qu’appelait l’expérience jumelée Diouf – Nguesso.

Sous l’activisme ivoiro-sénégalais, d’autant plus irrationnel que l’un au moins de ces deux pays assure une fonction motrice dans la récente radicalisation de l’Ouest africain, l’OUA a pris le risque de rompre sa dynamique volontariste avant de se fixer un nouveau rendez-vous prochainement.

Mais enfin, si ces attitudes de blocage ou de démission face aux responsabilités ont été aussi aisées, c’est surtout en raison de ce record d’absentéisme qui a rétréci, on s’en doute, les marges de manœuvre et de concession. C’est dire que pour que réussisse le mandat Kaunda, le rendez-vous en question devrait être encore plus attrayant. Une plus grande réserve et un surcroit de loyauté s’imposent également dans le camp de ceux dont le pragmatisme, la modération et l’esprit de conciliation, ont déjà tracé les limites du possible.

ECONOMIE

 Conférence de la CEA

 De notre envoyé spécial à Abuja Tidiane Kassé

Un an après le lancement du programme des Nations Unies pour le redressement économique et le développement, l’Afrique est désenchantée mais nullement découragée.

 On ne sait quelle influence aura eu « 1e calme de la ville d’Abuja », ainsi que le souhaitait le professeur Adededji Adebayo, sur les 200 représentants de la « fine fleur » des intellectuels et universitaires africains et non africains, ainsi que sur les représentants des organisations non gouvernementales et des organes d’information, invités à « des discussions franches et ouvertes » sur les perspectives économiques et de développement à long terme du continent. Mais cette influence n’aura certainement pas été source d’originalité.

Après la déclaration de Monrovia (1979) et le Plan d’action de Lagos (1980), la Déclaration d’Abuja qui a sanctionné la Conférence internationale sur le défi du redressement économique et du développement accéléré de l’Afrique, organisée par la Commission économique pour l’Afrique, du 15 au 19 juin derniers, n’a fait que reconfirmer des idées déjà ressassées. Peut-être alors que l’intérêt de la Déclaration d’Abuja réside-t-elle dans la liberté d’analyse de ses concepteurs, loin de tout carcan officiel.

Le fait saillant, à Abuja, devait ressortir de l’annonce faite par les pays africains de poursuivre les programmes de réforme, de redressement et de relance de leur économie selon les principes confirmés il y a un an devant les Nations Unies, avec l’adoption du Programme d’action pour le redressement économique et le développement de l’Afrique (1986-1990). Ce qui ne semble signifier rien d’autre que le vin étant tiré, il faut le boire. Dut-on s’étrangler avec par la suite.

Car la réalité sur le terrain n’autorise pas le fol espoir du lendemain. A Abuja on s’est penché sur la première année d’application du Programme des Nations Unies pour se rendre compte que si l’Afrique, dans sa grande partie, en respecte l’esprit et la lettre, ses partenaires internationaux à qui il revient de créer les conditions propices à son nouveau départ, tournent le dos à leurs engagements. Aujourd’hui, 34 pays africains se sont engagés dans la voie du changement allant des programmes d’ajustement structurel aux programmes de redressement économique.

Seulement, bien que mal soutenue, l’Afrique a enregistré en 1986 et pour la première fois depuis longtemps, une tendance favorable de ses indicateurs économiques. Mais les taux de croissance positifs notés par-ci et les améliorations de la production alimentaire constatées par-là, ne signifient nullement qu’on ait découvert la solution miracle.

FUITE DE DEVISES

Si à l’adoption du Programme des Nations Unies, le 1er juin 1986, la communauté internationale s’était engagée « à n’épargner aucun effort pour fournir des ressources suffisantes en vue d’appuyer et de compléter les efforts de développement de l’Afrique », le flux financier en direction du continent, au plan bilatéral comme au plan multilatéral, n’a pas traduit cet engagement. Au contraire, les résultats économiques obtenus cette année ont été dans les conditions les plus difficiles qui soient.

Entre 1985 et 1986, les recettes d’exportation de l’Afrique ont baissé de 29 pour cent environ, passant de 64 à 45 milliards de dollars à cause de l’effondrement du marché. Or, pendant ce temps, les volumes d’exportations n’avaient baissé que de 3 pour cent. Ainsi, paradoxalement, l’Afrique qui court après les sources de financement se retrouve  face à une hémorragie de devises. Entre le service de la dette et la chute des recettes d’exportation, on a enregistré une sortie de 42 milliards que ne sauraient compenser les 12 milliards de rentrées de capitaux enregistrées.

Les besoins en finances extérieures de l’Afrique, spécifiés par le Programme des Nations Unies, se montent à 45,6 milliards de dollars pour la période quinquennale et annuellement à 14,6 milliards pour les besoins du service de la dette.

Les efforts de développement doivent d’abord venir des Africains. Mais repartir sur de nouvelles bases suppose un environnement international plus sain. Il s’agit donc, et à Abuja on l’a réaffirmé, de se pencher sur l’épineux problème des produits de base qui ne saurait se suffire des fonds de compensation. Autre entrave les 200 milliards de dette que traine le continent et qu’on aimerait bien voir transformer en dons pour une partie et en prêts à long terme (30-40 ans) pour une autre. En attendant, l’Afrique est presque seule à assumer son nouveau destin. Ce que cela lui coûte en risques politiques et sociaux est considérable.

Face à l’inconnu futur, l’idée générale qui se dégageait des travaux d’Abuja est que pour des pays qui n’ont pas encore fini  d’assurer le minimum de bien être  à leur population, ce sevrage brutal sur l’air du libéralisme ressemble bien à une hypothèque sur l’avenir. Il y a bien des erreurs à corriger et un redressement à  effectuer par rapport au passé. Mais le pari de l’Afrique pour une économie moderne en l’an 2000 devrait plutôt être le fruit d’un amalgame.

Si la situation actuelle exige des changements aux niveaux politique et culturel, l’avenir du continent doit rester « fermement enraciné dans son caractère propre et dans ses diversités, dans ses cultures, dans ses peuples et dans ses ressources naturelles ». Il y a un retard technologique et scientifique à surmonter, mais aussi une nécessité à préserver l’authenticité socioculturelle interne et une démocratisation de la société à  assurer pour la mobilisation d’une plus grande participation populaire, peut-on relever en substance dans la déclaration d’Abuja. Mais aux soucis prospectifs des intellectuels africains répondent les besoins immédiats des dirigeants politiques. Coupes dans les budgets sociaux, chômage, dépendance de l’extérieur, etc. Pour un pari du redressement sur cinq ans, nos pays sont peut-être en train d’hypothéquer leur possibilité de développement à long terme.

Le handicap principal des programmes aujourd’hui initiés dans un esprit d’efficacité basé sur la compétition, réside dans le fait qu’ils mettent en veilleuse les œuvres de longue haleine. Les questions d’urgence amènent les gouvernements à  agir plutôt dans des cadres nationaux. Mais Abuja a confirmé la nécessité de poursuivre dans la voie du choix fait il y a un an devant les Nations Unies, même si le soutien  international, donnée  essentielle de ce programme, tarde à  devenir effectif. Et ce faisant, l’Afrique tourne de plus en plus le dos à des postulats de base de son développement tels que la stabilité interne ainsi qu’une intégration qui se traduirait par la sécurité économique et politique.

SUD SANTE

 SUPPLEMENT SUD MAGAZINE N°6- AOUT 1986

Ce supplément « Sud santé » que vous avez entre les mains est le fruit d’une rencontre entre praticiens de la communication et de la médecine dont la jonction a permis de matérialiser une exigence: contribuer, par l’information, à l’éducation pour la santé.

 

La composition du Comité scientifique préfigure de l’étendue et de la diversité des secteurs de la santé qui vont être couverts par « Sud santé » qui, par ailleurs, accueillera avec intérêt toutes contributions, critiques et suggestions de ses lecteurs. L’approche qui consiste  à démédicaliser la santé sera privilégiée tout autant que la prévention des maladies et l’identification des facteurs sociaux, économiques et culturels qui influent sur notre état sanitaire.

Le dévouement à la cause publique et l’engagement pluridisciplinaire sont les seuls critères normatifs qui ont été à l’origine supplément que nous souhaitons voir grandir, grandir et grandir.

Babacar Touré

 Comité scientifique

 

Coordinateur

Docteur Baye Assane Diagne

Professeur agrégé d’urologie – Chirurgien

 

Membres

 Docteur Eva Marie Coll

Professeur agrégée des maladies infectieuses

Docteur Mbayang Ndiaye Niang

Neurologue – Professeur agrégée de physiologie

Docteur Thérèse Moreira Diop

Professeur de Médecine interne

Docteur Souleymane Mboup

Pharmacien – Professeur agrégé de bactériologie

Docteur Mamadou Diakité Ball

Professeur agrégé de dermatologie

Docteur Mamadou Badiane

Professeur agrégé- Pharmacien

Docteur Mohamed Fadel Ndiaye

Gastro-entérologue – Assistant chef de clinique en médecine interne

Docteur Robert Ndiaye

Ophtalmologue – Assistant-chef de clinique

Docteur Souvazin Diouf

Chirurgien orthopédiste

Assistant chef de clinique

Docteur Talla Seck

Dentiste – Assistant chef de clinique

Docteur Matar Ndiaye

Directeur de l’Organisation de Recherches sur l’alimentation et la nutrition en Afrique (ORANA)

Docteur Fodé Diouf

Spécialiste des maladies infectieuses

Directeur du  Service Grandes Endémies

Docteur Ousmane Diouf

Spécialiste de Santé publique

Responsable de l’Education sanitaire au Sénégal

Docteur Mamadou Sarr

Pédiatre – Assistant chef de clinique

Docteur Jean Michel Ndiaye

Spécialiste de Santé publique Conseiller spécial (Cotonou)

Docteur Matar Guèye

Psychiatre – Maître Assistant

CIRCONCISION/ EXCISION

Gare aux dégâts

Par Dr BAYE ASSANE DIAGNE

Les grandes vacances ont commencé. Avec elles, l’occasion pour des milliers de petits bonshommes d’accéder, une fois pour toutes, à la « case de l’homme ». Le spectacle est déjà courant de ces jeunes garçons vêtus d’un ample caftan blanc, sur la tête une toque assortie et entre les mains deux bâtons de 50 centimètres environ, arpentant les rues des villes du Sénégal en compagnie d’ainés « civils », dans une longue marche censée les  « aguerrir ».

Ces circoncis dont l’âge varie entre deux et dix ans, sont beaucoup plus jeunes que ceux du milieu rural. Là,  des cérémonies grandioses sont organisées à l’intention de solides adolescents parmi lesquels certains prennent femme à l’issue de l’épreuve.  Cette circoncision traditionnelle, véritable examen de passage de l’enfance à l’âge adulte, est  surtout l’occasion d’une initiation aux rites et secrets de la communauté, d’un apprentissage de la douleur physique, destiné à rendre le sujet plus viril.

Pratique rituelle dans l’Antiquité, bien avant l’apparition des religions révélées, la  circoncision est observée aujourd’hui par un sixième de la population mondiale, systématiquement par les juifs et les musulmans, pour des raisons thérapeutiques d’abord, prophylactiques ensuite en raison des avantages qu’elle procure.

Elle comporte cependant des dangers, surtout en milieu rural où l’homme qui en a la charge, guérisseur le plus souvent, coupe le prépuce à la volée, sans anesthésie aucune et avec presque pas d’asepsie.

La circoncision chirurgicale, heureusement, s’impose de plus en plus. Habituellement réalisée par le personnel paramédical, elle respecte beaucoup plus souvent les principes de l’asepsie chirurgicale. Après une anesthésie locale, suivent la résection du prépuce, l’hémostase (contrôle du saignement) puis la suture intranéomuqueuse. Le tout à l’aide d’instruments spécifiques tels la pince de Gomco ou le Plastibelle.

L’opération offre de multiples avantages connus de longue date. L’ablation du prépuce prévient ou guérit différentes affections. En outre, les travaux effectués dans plusieurs pays attestent que la circoncision diminue l’incidence du cancer du pénis. Il semble que cet effet prophylactique soit plus net lorsqu’elle est pratiquée chez l’enfant en bas âge.

D’autre part, l’exposition permanente du gland est à l’origine de modifications cutanées qui diminuent la sensibilité. Ce qui réduit la survenue chez les circoncis, d’une éjaculation précoce. De même la partenaire d’un circoncis souffre rarement de dyspareunie (copulation douloureuse).

Un autre avantage de la circoncision est qu’elle améliore l’hygiène de la verge,  permettant d’éviter la balanite et la  balanoposthite (inflammation) du gland ou  du gland et du prépuce) ducs, le plus souvent, à une rétention des sécrétions suivie d’une infection microbienne.

Elle est aussi une attitude  thérapeutique devant des infections comme le phimosis (exiguïté congénitale de l’orifice du prépuce qui empêche le décalottage  et gêne l’ouverture du gland ou sa complication, le paraphimosis (étranglement du gland par l’anneau du prépuce ramené en arrière lors d’un décalottage laborieux. Il se traduit par un œdème douloureux qui gonfle le prépuce.

Enfin, certains spécialistes attribuent  à la circoncision la propriété de réduire le cancer  de la prostate chez les sujets ayant subi l’épreuve, ainsi que les cancers de l’utérus chez les partenaires de ces mêmes sujets. Il n’existe cependant aucune preuve formelle de telles affirmations.

COMPLICATIONS

Ces avantages, à eux seuls, suffisent à justifier la pratique à grande échelle de l’opération, avec cependant la maitrise technique nécessaire pour éviter des complications pouvant découler des   accidents. La fréquence de ceux-ci est difficile à évaluer en milieu africain du fait de la disparité des lieux de circoncision (hôpitaux, dispensaires, habitations privées, lieux sacrés traditionnels, etc).

Ils sont toutefois plus marqués chez les enfants de moins de cinq ans, reflétant les difficultés techniques en rapport avec la  petite taille de la verge.  Les problèmes que l’on peut rencontrer  lors d’une circoncision sont de plusieurs sortes, comme les accidents hémorragiques, facilement reconnaissables, qui relèvent d’un défaut de contrôle du saignement des vaisseaux sanguins.

Un autre problème est à redouter: les complications procédant du manque de précautions d’asepsie. Ici, l’infection conduit à la suppuration de la plaie et au lâchage des sutures. Elle impose un traitement par les antibiotiques pour limiter son extension.

Une résection trop généreuse du prépuce peut emporter une bonne partie de  la peau du pénis et nécessiter alors une suture secondaire ou une greffe cutanée pour recouvrir la verge dénudée.  En outre, la section du prépuce peut endommager le canal urétral par lequel passent normalement les urines. Cela aboutit à la création d’une fistule pénienne qui se traduit par un second orifice par lequel passent les urines lors de leur émission.

Tous ces problèmes sont bénins par rapport aux amputations, autrement plus graves et plus invalidantes. Une section par trop appuyée ou trop généreuse peut en effet emporter le gland ou tailler le corps de la verge. Mais lorsque la victime est convoyée rapidement vers un centre chirurgical, une réimplantation peut être tentée, autrement il ne restera plus qu’à préserver l’orifice du canal urétral pour permettre une émission satisfaisante des urines.

Enfin, une circoncision mal réalisée peut aboutir à une déformation de la verge.

A la suite d’une injection de produit anesthésique, des nodules peuvent se former sur la peau du pénis ou une masse disgracieuse se former à l’arrière du gland.

L’orifice de l’urètre peut également être obstrué à la suite d’une inflammation.

Ces quelques risques d’accidents, qui ne représentent pas grand-chose par rapport aux multiples avantages de la circoncision n’arrivent pas à faire condamner cette pratique, mais justifient un soin particulier pour sa réalisation qui ne doit pas être considérée comme un acte banal pouvant être effectué par un personnel non qualifié.

Une pratique déchirante

Aïcha a peur. Comme si elle allait passer un examen! Son angoisse tient au fait qu’elle ne sait pas comment son mari va l’apprécier ce soir, au cours de leur nuit de noce. Depuis que très jeune fille, elle a été excisée dans sa ville natale de

Biandiagara (Mali), Aicha a lu et entendu dire qu’une femme dans son cas ne pouvait connaitre l’orgasme. Même si les avis sont partagés sur ce point, elle préfère croire que le clitoris demeure le siège du plaisir sexuel chez la femme et que son ablation ne fait que compliquer les choses.

Pour se donner du courage, Aicha se dit que tout compte fait, elle est mieux lotie que Fatima, l’Egyptienne, qui, elle, a subi l’infibulation encore appelée incision pharaonique. La question, pour Fatima, sera moins de savoir si elle va éprouver du plaisir que de réprimer ses cris de douleur qui risqueront bien d’ameuter le voisinage durant sa nuit de « noce ». Avec une vulve rouverte quelques heures plus tôt, son premier rapport sexuel se fera sur une plaie à vif.

Pratiques très répandues dans les pays africains, asiatiques et arabes, l’excision et l’infibulation remontent à la lointaine antiquité. L’historien grec Hérodote (420 av. J.C.) signalait  déjà leur usage chez les Phéniciens, les Hittites et les Ethiopiens.

Elles étaient rattachées à la croyance pharaonique de la bissexualité des Dieux.

Ainsi, de même que certains dieux sont censés être bisexuels, chaque personne est dotée d’une âme féminine. Aussi, pour une parfaite intégration de la société, l’homme doit perdre son attribut féminin (le prépuce) lors de la circoncision et la femme, son vestige mâle (le clitoris) durant l’excision.

En Afrique, l’opération répond à une tradition qui vise le plus souvent à diminuer les désirs sexuels avant le mariage en vue de préserver la virginité. Selon la classification de Shandall et Madawi, on distingue quatre types d’excision dont le premier, le plus pratiqué en Afrique de l’Ouest, consiste en l’ablation du capuchon et du clitoris.

Le second type est l’infibulation ou circoncision pharaonique. Elle réalise l’ablation de la totalité du clitoris, des petites lèvres, d’au moins les deux tiers ou de la totalité des grandes lèvres. Ensuite les deux berges cruentées de la vulve sont accolées par suture au fil de soie ou catgut (fil spécial) ou à l’aide d’épines végétales. L’orifice vaginal est fermé aménageant une petite ouverture pour l’écoulement des urines et des règles.

Le troisième type comporte l’excision, de tout le clitoris, des parties adjacentes, ainsi que des petites lèvres.

Dans le quatrième type d’excision, associe aux gestes du troisième l’introcision du périnée postérieur à l’aide d’un couteau de pierre en vue d’élargir les voies génitales basses et de rendre la jeune fille plus à l’acte sexuel.

Il est bien entendu que ces pratiques peuvent souvent occasionner des complications redoutables, immédiates ou différées. Lors de l’opération, outre le choc dû à la peur et à la douleur, le saignement peut être abondant et engager le pronostic vital en l’absence d’homostase. L’infection pouvant survenir du fait d’un défaut d’asepsie menacent les appareils génital et urinaire. Elles peuvent léser voies génitales et entrainer, ultérieurement, une stérilité. Les microbes peuvent passer dans le sang et entrainer une infection généralisée (septicémie) tandis que survenue du tétanos n’est pas exceptionnelle.

Au moment du mariage, la réouverture de la vulve (désinfibulation) est à l’origine de dégâts tels que la lacération (déchirure) ou la perforation du périnée. Pareils accidents ont pour effet de faire communiquer la vessie et le vagin (fistule  vésico-vaginale), laissant échapper urines en permanence.

Pendant la vie conjugale, la dyspareunie (copulation douloureuse) et la frigidité (absence de plaisir sexuel) peuvent s’installer. Elles ont une origine psychologique ou découlent des dégâts causés à l’appareil génital.

Enfin, lors de l’accouchement, il est fréquent d’observer une déchirure du périnée. De même parfois, la cicatrisation occasionne de véritables cloisons diaphragmes dans le vagin, imposant ainsi une césarienne. Ces différentes complications sont alarmantes et leur fréquence jette le discrédit sur des pratiques que les raison d’ordre social, culturel ou religieux suffisent ne plus à justifier.

LE SIDA ET L’AFRIQUE

Mythes et réalités

Par  Philippe Engelhard

Personne n’a pu prouver de manière scientifique la paternité de l’Afrique sur le Sida. Il est peu probable qu’on y parvienne un jour.

Les informations les plus invraisemblables ont couru sur le SIDA en Afrique. Ces rumeurs alarmistes ont été d’abord alimentées par le rideau de fumée qu’un certain nombre de gouvernements, soucieux de ne pas ternir leur image de marque, ont laissé planer sur tout ce qui concernait le SIDA. Maladie honteuse dont l’archétype était lié à l’homosexualité ou à des pratiques sexuelles dénaturées, mieux valait la nier …

En second lieu, des esprits finalement peu scientifiques, quoiqu’émanant de sphères universitaires, ont colporté sans précaution des informations non fondées. Ce fut le cas des chercheurs américains trop vite convaincus d’une origine africaine du SIDA.

Enfin des enquêtes effectuées sur des échantillons souvent trop restreints, et  qui  plus est, sur des groupes à haut risque, ont fait parfois état de taux de séropositivité fantastiques. Ceux-là mêmes qu’une certaine presse s’est plu à colporter, comme s’ils étaient représentatifs de l’ensemble de la population. Scientifiquement. Certains de ces tests sont d’autant plus sujets à caution que les moyens de détection utilisés (Elisa) qui surestimeraient parfois de 50 % le taux de séropositivité réel, n’ont pas été confirmés par des tests plus précis.

Personne en fait n’est en mesure, scientifiquement, de rapporter la preuve que le berceau du SIDA est l’Afrique. Il est peu de chances qu’on y parvienne un jour.

L’on a avancé que les virus du SIDA ont une structure génétique très proche de celle du  virus qui infecte les singes verts africains (SlL V3). Cette proximité est indéniable, et la tentation est grande d’imaginer que le virus du SIDA est un mutant de celui du singe vert. Cette hypothèse fait naître pourtant plus de problèmes qu’elle n’en résout. Pourquoi le virus des singes aurait-il un beau jour changé d’hôtes ?

Admettons tout de même un instant cette éventualité. Les groupes humains qui côtoient le singe vert devraient être particulièrement atteints. Ce n’est pas le cas. Des tests effectués récemment sur un échantillon de pygmées d’Afrique Centrale n’ont permis de déceler aucune séropositivité, Apparemment les pygmées sont indemnes !

Pour étayer  l’hypothèse africaine du SIDA, encore faudrait-il montrer, sans ambiguïté l’antériorité de l’infection sur le continent

Les chercheurs du CDC font état de sangs  africains de 1959 et de 1976 dans lesquels l’on aurait décelé la présence du HIV (l’un  des virus du SIDA). La fiabilité de ces tests  est loin d’être entière. Mais supposons que cela soit le cas. Ces tests n’emporteraient  pas pour autant la conviction. En effet, sur d’autres continents, des sangs infectés encore plus anciens pourraient bien être trouvés. Seule une analyse systématique d’un très grand nombre de sangs anciens pourrait à la rigueur permettre de conclure dans un sens ou un autre …

En passant, il n’est pas inutile de rappeler que la confirmation d’une hypothèse est souvent suspecte. On trouve des pièces de monnaie sous les réverbères, même si celles que l’on cherche ont été perdues ailleurs. Il est dommage que les scientifiques l’oublient parfois …

Des tests récents effectués dans une région particulièrement touchée, sur un échantillon de 900 personnes âgées, n’a fait apparaître aucune séropositivité. Ce qui semble montrer que l’infection par le SIDA est tout de même récente. L’hypothèse africaine a été certainement amplifiée par la conviction, tout à fait gratuite, que l’épidémie du SIDA a été plus forte que sur les autres continents. Sans compter que cette hypothèse est tout de même étrange.  70 %  des cas déclarés sont localisés aux Etats-Unis.

Il n’en reste pas moins que si l’explosion du SIDA avait été plus violente en Afrique, la preuve de son origine  africaine ne serait pas pour autant apportée. Une épidémie explosive pourrait tout simplement signifier que les populations africaines sont génétiquement plus sensibles aux virus du SIDA que d’autres. (Une telle sensibilité n’aurait d’ailleurs rien d’extraordinaire, ni rien d’infamant : personne ne s’est jamais ému que les africains noirs soient les plus affectés par la drépanocytose, maladie héréditaire liée à  la présence dans les hématies de « 1’hémoglobine S » qui déforme les globules rouges …)

CIBLE PRIVILEGIEE

En tout état de cause, il était inutile, sans preuves sérieuses, de faire peser cette présomption sur l’Afrique, dont l’image une fois de plus pourrait être encore abimée. Les médias véhiculaient une  image famélique du continent. Le voilà  maintenant « sidatisé ». Les taux de séropositivité (voire de la prévalence de la maladie) véhiculés par une certaine presse relèvent de la même légèreté. N’a-t-on pas annoncé à grands fracas que la moitié de la population du Turkana (Kenya) était porteuse du virus ?

Qu’en est-il réellement? La vérité oblige à dire que l’on possède pour l’instant un panorama épidémiologique du SIDA en Afrique très insuffisant Les études les plus sérieuses nous apprennent tout de même que:

– les deux sexes sont touchés de façon égales;

-les hommes sont particulièrement vulnérables entre 30 et 39 ans, les femmes entre 15 et 29 ans;

– les zones urbaines sont beaucoup plus touchées que les zones rurales;

– le taux de séroprévalence (nombre de porteurs du LAV2 ou du HIV rapporté   à la population totale) est plus faible en Afrique de l’Ouest qu’en Afrique Centrale et Orientale.

– Si en Afrique Centrale ce taux semble varier de 0 à 4 % sur des échantillons aléatoires (tirés au hasard), il peut atteindre 80 % dans des groupes à risque (prostituées).

– En Afrique de l’Ouest ces taux ne semblent pas dépasser, respectivement 2% et7 %.

– La transmission du SIDA s’effectue essentiellement par les relations sexuelles, pour l’essentiel hétérosexuelles. Il reste que l’on mesure très mal l’autre mode de contagion, notamment par le sang.

 

Cette physionomie épidémiologique du SIDA en Afrique est assez éloignée de celle qu’une certaine presse a répandue, parfois de façon irresponsable. Ce tableau aussi imparfait soit-il, doit non pas faire naître la psychose ou la panique, mais une attention vigilante des populations et des pouvoirs publics. Sans être pessimiste, il faut tout de même comprendre que le continent africain doit faire face à une épidémie sévère, avec des moyens de lutte  particulièrement limités.

 

L’on doit  méditer  une évaluation récente de l’OMS qui estime le nombre de séropositifs sur le continent au minimum à un million (soit un taux d’infection de 0,5 pour 100). La  fiabilité d’un tel chiffre est évidemment discutable. Il donne cependant un ordre de  grandeur potentiel de développement de la  maladie. Ce potentiel, objectivement est très élevé.

 

COURSE AU VACCIN

Dans l’attente d’un vaccin ou d’un traitement, l’on doit tout faire pour  promouvoir une information intelligente  et responsable. Les femmes devraient en constituer la cible privilégiée parce qu’elles constituent le pivot de la famille, de la santé et de la sexualité.

Des équipes africaines n’ont pas hésité  à se lancer dans la course au vaccin ou au médicament anti-sida. Certains de leurs résultats semblent montrer qu’elles assument honorablement la compétition. Si elles triomphaient, la preuve serait apportée que l’obstacle à la découverte est souvent psychologique et qu’il ne réside pas nécessairement dans des moyens techniques considérables. La limitation des ressources peut au contraire stimuler la créativité et l’imagination qui restent les facteurs déterminants des avancées de la science et de la technique.

Regrettons seulement que l’immense effort fourni par des équipes scientifiques de nombreux pays, pour combattre le SIDA, ait parfois conduit davantage à des querelles mesquines plutôt qu’à une saine émulation.

  • Chercheur à ENDA Tiers-monde, Phillippe Engelhard est l’un des co­auteurs du livre « Sida et Tiers­monde »
 

LE SIDA FRAPPE MERES ET ENFANTS

Actuellement, on est en présence d’une troisième génération de victimes du sida: les enfants.

La maladie leur est transmise par leurs mères victimes du sida pendant le temps passé dans la matrice ou à l’accouchement. Des experts ont constaté en effet que deux mères sur trois malades du sida transmettaient la maladie mortelle à leurs nourrissons.

 

Depuis 1980, près de 1000 nourrissons sont nés avec le sida aux Etats Unis, et certains spécialistes prévoient que d’ici à 1991, leur  nombre atteindra 25 000.

 

En Afrique où le nombre de femmes ayant contracté la maladie est  plus important, le taux d’infections est infiniment plus élevé. A elle seule, la Zambie prévoit pour cette  année, la naissance de 6000 nourrissons atteints du sida. (D’après UNICEF).

UN SEUL MOYEN DE TRANSMISSION?

Le professeur Kalala Shibangu, président de la Société zaïroise de gynécologie, a révélé que ses récentes recherches ont abouti à la formulation d’une nouvelle hypothèse scientifique selon  laquelle le HIV se transmet « exclusivement »  par contact sanguin.

En effet, a estimé le docteur Kalala, contrairement aux autres maladies sexuellement transmissibles (blennorragie et syphilis) dont la contagion se fait par simple copulation avec un partenaire infecté, les rapports sexuels avec une personne séropositive n’entrainent  pas automatiquement la transmission du virus du sida.

REMEDE MIRACLE?

Un sexologue polonais, le Dr Zbigniew Lcw-Staroxicz vient de proposer un moyen de préservation original contre le sida: recourir aux traditionnels préservatifs trempés au préalable dans du shampoing pour enfants.

Le sexologue affirme que « la panique autour du sida est exagéré »,  et donne plusieurs autres

conseils pour se « protéger radicalement contre tout risque de contamination », et notamment: « pas

de douche ou bains chauds avant tout rapport sexuel car ils augmentent la réceptivité de

l’organisme au virus »,

Sept cas de sida ont été officiellement diagnostiqués en Pologne. La maladie sensibilise particulièrement le milieu étudiant polonais, si l’on en croit un sondage réalisé par l’hebdomadaire étudiant ITD concernant les événements les plus importants de 1985 en Pologne. Le dépistage de cas de sida vient en seconde position avec les élections législatives,  juste derrière le

procès des policiers meurtriers du père Popieluszko. En Pologne les préservatifs sont  devenus une denrée fon rares.

 

 

 

Prévention et dissémination

Par Philippe Engelhard

Les virus du SIDA -c’est heureux pour l’humanité- sont relativement fragiles. Ils ne résistent pas à une température supérieure à 60°, ni à une solution alcoolisée à 70°. Leurs modes de transmission sont extrêmement limités. On  ne trouve des lymphocytes infectés que dans le sang, le sperme, les sécrétions vaginales et plus rarement dans la salive.

Quelques inconnues ou incertitudes subsistent. L’on sait que la salive peut contenir des lymphocytes infectés, mais l’on ne sait pas avec certitude si le baiser profond peut-être un mode de contagion efficace (une majorité d’épidémiologistes pensent que non). Le génome d’un grand nombre de moustiques africains est infecté par le virus du SIDA, mais l’opinion prévaut actuellement que les insectes ne peuvent constituer des vecteurs de leur diffusion.

L’on sait par ailleurs qu’une femme enceinte « porteuse du virus » a une chance sur deux de contaminer son enfant Les contacts physiques autres que sexuels ne présentent donc en principe aucun danger (caresses, poignées de main, etc.), pas plus que le fait de boire dans le verre d’une autre personne ou de porter ses vêtements …

Une maladie  d’homosexuels ?

La prévention est donc relativement  simple. Elle exige une grande prudence dans les relations sexuelles (utilisation hautement souhaitable de préservatifs si l’on n’est pas absolument sûr de son  partenaire), une stérilisation soigneuse des seringues et des instruments médicaux qui donnent lieu à des interventions chirurgicales (bistouris, ciseaux, appareils de dentisterie …). La seule mesure de prévention efficace et indispensable, qui relève de la responsabilité des pouvoirs publics, réside dans l’analyse rigoureuse des stocks de sang, et dans le caractère obligatoire du  test des donneurs de sang.

Encourager périodiquement les tests  de personnes particulièrement exposées (prostituées, drogués), est souhaitable. En revanche, exiger des tests aux frontières est dépourvu de sens. La raison en est qu’une personne infectée par le virus peut demeurer plusieurs semaines ou plusieurs mois sans produire les anticorps qui permettraient de détecter sa présence.

Tests douteux

Même les tests prénuptiaux sont d’une efficacité douteuse. Ce qui est réellement important c’est d’éviter qu’une femme séropositive (c.-à-d. porteuse du virus), mette au monde un enfant qui aurait de grandes chances d’être lui-même infecté.

Mais à suivre ce raisonnement, c’est l’union libre qu’il faudrait codifier, voire toute relation sexuelle. Une telle codification étant absurde et inapplicable, c’est bien plutôt le test des couples qui sont désireux d’avoir un enfant qu’il faut vivement stimuler.

A une certaine période, l’on a cru que le  SIDA était une maladie d’homosexuels, parce que c’est dans cette communauté qu’il a été pour la première fois détecté (1981). Il est vrai que le SIDA en occident touche encore en majorité des homosexuels et des drogués, mais la cible initiale se déplace.  Aujourd’hui, le SIDA est devenu aussi une maladie hétérosexuelle (80 % des nouveaux cas).

Sa dissémination semble peut-être plus rapide chez les homosexuels. Mais, aucun déterminisme biologique ne semble rendre compte de cette particularité, qui pourrait trouver son origine tout simplement dans le fait que les homosexuels ont généralement un plus grand nombre de partenaires que les hétérosexuels.

Aujourd’hui, l’on pense que c’est finalement par hasard que le SIDA s’est développé dans la communauté homosexuelle.

 « Sida et Tiers-monde »

Un outil didactique

Aujourd’hui. le SIDA est reconnu comme un problème mondial et  auquel ne réussissent pas à faire face les pays de haute  technologie  malgré les importants  moyens mis

en œuvre pour le combattre ? Que dire alors de pays en voie de développement ?

Tel est le constat négatif et la question fondamentale que pose le Pr. Souleymane Mboup (un spécialiste sénégalais du SIDA, enseignant à l’Université de Dakar) dans sa

préface à la brochure « didactique et rigoureuse » intitulée « SIDA ET TIERS­ MONDE » lancée sur le marché sénégalais et international ces dernières semaines.

Comptant cent quarante pages bien documentées,

 « SIDA ET TIERS-MONDE » est édité par ENDA TIERS MONDE (Environnement et Développement du Tiers Monde) une organisation non gouvernementale internationale établie à Dakar en association avec PANOS Institut (Organisme international d’Information)  et ce avec  l’appui des Croix rouges norvégienne et suédoise.

 Résultat d’un important travail d’équipe pour lequel nombre de compétence ont été  mises à contribution « SIDA et TIERS­ MONDE » que l’on peut acquérir auprès des  kiosques à journaux soutient que le SIDA doit être considéré comme un véritable problème de santé publique » même si son « ampleur n’est pas identique dans toutes les parties du monde ».

 Les termes du débat ou du dilemme ainsi posés et la complexité du problème ainsi avérée, « le maître-mot », selon « SIDA ET TIERS MONDE », pour lutter contre le SIDA reste la prévention pour laquelle une information de qualité occupe une place essentielle ».

Mieux informer pour réussir le pari de la  prévention, ainsi apparait l’enjeu. « SIDA ET

TIERS – MONDE » fait le point de la  recherche sur cette maladie et s’interroge sur

une possibilité de connection « fatale » entre le SIDA el le sous-développement.

 Le SIDA est-il africain ? C’est aussi une des questions que n’occulte pas cette intéressante brochure qui conclut en procédant à une riche signalétique de la maladie sur tous les

continents.

Alain Agboton (Inter Press Service)

SIDA ET TIERS MONDE

ENDA- PANOS-140 PAGES.

Environnement Africain N°118 – 119

Dakar – Avril 1987

Les accidents des injections

Par Dr Eva Marie  Coll  et Dr Mbayang  Ndiaye Niang

L’injection banalement appelée « piqûre » est un geste courant dans la pratique médicale ; elle est parfois considérée comme une solution miracle et on la réclame abusivement.

Différents types d’injections peuvent être prescrits: certains sont peu fréquents et son réalisés par le praticien lui-même, d’autres, par contre, sont des gestes quotidiens pratiqués par le personnel médical et surtout paramédical :

– Injection sous cutanée : elle se fait sous la peau (SC)

– Injection intradermique : dans le derme (ID)

– Injection intraveineuse (IV) : elle se fait dans le système circulatoire

-Injection intramusculaire (IM) : dans le muscle.

Ces injections sont effectuées à l’aide de seringues et d’aiguilles, le matériel doit être stérile et la piqûre doit être pratiquée de manière aseptique à l’endroit indiqué

Les complications des injections

 Les complications infectieuses

Elles méritent une attention particulière du fait de leur fréquence en Afrique notamment.  Ces complications peuvent être localisées ou généralisées.

Les complications localisées

L’abcès : est une complication relativement fréquente; il est caractérisé  par une tuméfaction chaude et douloureuse au point de piqûre. Celle-ci évolue vers une fluctuation.  L’incision ramène à ce moment-là du pus, l’évolution est en général favorable.

La phlébite  superficielle

C’est une inflammation des veines superficielles satellites du point d’injection. Le membre concerné est le siège d’un œdème (gonflement des téguments) chaud et douloureux accompagné d’une fièvre.

Les complications généralisées

Elles réalisent différents tableaux, les signes observés sont fonction du germe responsable.

Le tétanos : le tétanos médical survient à la suite d’une injection IM ou SC faite dans de mauvaises conditions d’asepsie : le matériel utilisé est alors souillé par le bacille tétanique qui est tellurique c’est -à-dire qui vit dans le sol

Certains produits nécrosant favorisent particulièrement la survenue du tétanos, notamment la « phénylbutazone » mais surtout « les sels de quinine » couramment employés dans nos régions tropicales.

Dans les pays développés, on observe un type particulier : le tétanos des drogués qui se piquent avec de la morphine. Dans tous les cas, la piqûre est suivie d’une incubation qui est une période silencieuse qui sépare l’injection des premiers signes. Cette période est de l’ordre de 7 jours en moyenne, puis les signes cliniques apparaissent.  On observe :

– une contracture de la mâchoire appelée trismus

– une contracture musculaire généralisée s’installe en moins de 24 à 48 heures.

Cette forme de tétanos extrêmement grave est mortelle dans près de 90 % des cas.

Les complications traumatiques :

Elles constituent le second type d’accidents relativement fréquents dans nos régions.  Leur survenue impose une technique rigoureuse et une parfaite connaissance de la région où la piqûre se fait. Le non-respect d’une telle règle expose à des blessures accidentelles des vaisseaux sanguins ou des nerfs.

L’hématome: C’est plutôt un incident qu’un véritable accident, la  blessure d’un petit vaisseau sanguin lors de la piqûre provoque un petit saignement local. On observe une tuméfaction au point de piqûre mais contrairement à l’abcès, elle  n’est pas chaude et elle est peu ou pas douloureuse et évolue rapidement vers la résolution sans séquelle.

La blessure du nerf : Elle est l’apanage des injections SC mais surtout IM. Le cas typique est la blessure du nerf sciatique à la fesse lors d’une injection IM.

Le nerf sciatique est un gros nerf du membre inférieur dont il commande les différents muscles. Une injection correctement effectuée se fait au 1/4 supéro-externe de la fesse, en dehors du trajet de ce nerf. Normalement, ce repérage topographique se fait sans aucune difficulté. Il arrive cependant, notamment chez les enfants qui gesticulent beaucoup lors d’une injection ou tout simplement en  cas d’incompétence de l’agent pratiquant la piqûre, que le nerf soit blessé du fait d’un mauvais repérage du point d’injection.

Dans de tel cas, les signes sont immédiats et le sujet ressent une sensation de décharge électrique du côté de la piqûre accompagnée d’une paralysie d’importance variable. Ces signes ne régressent pas dans les jours qui suivent. Ils sont à distinguer de la douleur normalement observée après l’injection de certains produits ou d’une mauvaise diffusion d’une solution injectée ou encore lors d’une réaction locale. Dans ces cas-là, la douleur peut disparaître grâce à de petits moyens tels que l’application locale de pansements chauds alcoolisés par exemple. La difficulté à se déplacer est transitoire, elle est uniquement  liée à la douleur et disparaît  avec elle.

A l’opposé, une blessure du nerf sciatique connait une toute autre évolution. En règle générale, les sensations de décharges électriques du début (ou toute autre forme de sensation douloureuse) régressent rapidement. Parallèlement la paralysie se confirme et le sujet boîte du côté atteint. Une atrophie musculaire (diminution de la taille d’un muscle) s’observe dans les territoires atteints (atrophie du mollet, de la jambe ou de la cuisse).

Dans certains cas, le sujet présente une perte de la sensibilité (anesthésie) sur certains territoires du membre affecté.

L’évolution d’un tel tableau est variable, quoiqu’il en soit, une consultation en milieu spécialisé s’impose.

Les autres types de complications

Les deux variétés de complications que nous venons de décrire ont pour caractéristique d’être des accidents liés à une faute technique. Dans ce cadre on peut également citer : les escarres (pertes de substance par nécroses cutanées), les embolies (injection accidentelle d’un corps étranger telle qu’une bulle d’air dans la circulation) ou le choc cardiovasculaire (effondrement de la tension artérielle avec défaut d’irrigation sanguine des organes nobles tels que le cœur, le cerveau…). Ce genre d’accidents s’observe avec les injections IV mal faites (solution injectée trop rapidement, administration de substances trop froides, présence de bulles d’air dans la seringue, mauvaise application de la prescription …)

Il existe un second groupe de complications à vrai dire non liées à une faute technique et qui sont de loin beaucoup moins fréquentes que les précédentes : les complications allergiques.

Ce sont des accidents imprévisibles liés à une intolérance d’un produit correctement administré. On distingue les réactions précoces des réactions tardives.

– Les réactions précoces : Elles surviennent moins de 15 minutes après la piqûre, le sujet se sent angoissé, il est pâle. Des vomissements peuvent survenir ainsi qu’une fièvre. Un urticaire peut s’installer, parfois aussi un état de choc.

– Les réactions tardives : Elles surviennent au-delà du 15ème  jour après la piqûre.  Les signes débutent par un urticaire au point d’injection (éruption cutanée en regard de la région piquée qui est le siège d’une démangeaison), un gonflement des articulations ainsi que des douleurs ne sont pas rares à ce moment-là. Une notion de terrain allergique se retrouve avec une relative fréquence chez les asthmatiques, les personnes sujettes à des urticaires ou  à  toute autre variété de manifestations allergiques.

La prévention des accidents

La plupart des accidents observés  après une injection peuvent être prévenus honnis les accidents de type allergique que nous venons d’évoquer. Par ordre de fréquence, les accidents infectieux, nerveux, cardiovasculaires, trophiques peuvent tous être évités par l’application d’une technique rigoureuse.

En premier lieu, il convient de souligner, à nouveau, l’importance de l’asepsie dans toute injection : chaque fois qu’il y a une complication infectieuse, il y a quelque part, un défaut d’asepsie. C’est pourquoi, l’utilisation de matériel stérilisé, à usage unique constitue le premier maillon de la chaine.

C’est une garantie formelle contre l’abcès, l’hépatite post-transfusionnelle et le SIDA entre autres. A côté du matériel, il faut noter l’incidence des conditions dans  lesquelles on se fait piquer: l’idéal est d’aller dans une structure adaptée comportant tout le matériel nécessaire stérilisé. Les conditions d’asepsie, une fois réalisées, il faut faire appel à un personnel compétent.

Le patient doit signaler à son praticien l’existence d’antécédents de réactions allergiques, d’un asthme, d’un urticaire, d’un rhume des foins ou de toute autre manifestation allergique antérieure. Ceci permet un choix dans la prescription, car certains produits sont beaucoup plus allergisants que d’autres.

Les accidents observés en pratique hospitalière rentrent dans un cadre particulier : les conditions d’asepsie peuvent être remplies mais, des produits tels que le sang ou un de ses dérivés constituent une source d’infections parfois graves, leur prévention s’adresse aux centres de transfusion sanguine qui doivent disposer des moyens nécessaires à  la réalisation d’un dépistage systématique des sangs contaminants qui peuvent être éliminés.

Ce qu’il faut faire 

  • Utiliser du matériel à usage unique à chaque injection si possible ;
  • A défaut, le matériel doit être bouilli pendant au moins 30 minutes ;
  • Vous faire piquer en découvrant toute la région fessière, afin de permettre un repérage correct du point d’injection ;
  • Toujours présenter l’ordonnance à l’auxiliaire sanitaire ;
  • Se faire piquer dans une structure sanitaire.

Fin du supplément Sud Santé

Ce qu’il faut éviter

  • L’usage d’un matériel réutilisé (aiguilles et seringues à usage unique bouillies) ;
  • Se faire piquer par n’importe qui ;
  • Négliger une tuméfaction douloureuse et chaude d’une région qui a été piquée ;
  • Négliger une fièvre, des frissons après une piqûre ;
  • Négliger une boiterie persistante après une injection, notamment chez l’enfant.

NIGER

 LENDEMAINS D’INTERROGATIONS

 Par A. Moumini

Les élections pour le renouvellement du Conseil National de développement se dérouleront « une fois les récoltes engrangées », a annoncé le Premier ministre. Ces consultations vont-elles mettre fin à /’imbroglio potitico- institutionnel que la maladie du président Seyni Kountché n’a pas aidé à clarifier?

 Pendant plus d’un mois, cloué au lit  par la maladie, le Président Seyni Kountché a gouverné son pays sans régner. Sans connexion aucune avec son conducteur, la machine n’en a pas moins continué à tourner.

C’est à la fois une preuve de la stabilité du régime et un sujet d’inquiétude. Le fait atteste de l’autorité, voire de l’autoritarisme, du général sur ses compatriotes.

Le Niger du Président Kountché, est un pays  »tenu » d’une main ferme. Niamey la capitale n’étale pas cette cohorte de mendiants, de prostituées, de petits délinquants qui sont la lie de presque toutes les capitales africaines.

Mais la médaille a son revers. Le Niger est sous haute surveillance. La police est partout présente et les oreilles indiscrètes fort nombreuses. Les voix discordantes ont dû changer de ton. Kountché, en commençant par ceux-là mêmes qui l’ont porté au pouvoir, ses compagnons d’armes, a réduit toutes les oppositions.

Au bout d’une décennie de ce régime, l’élaboration de la charte nationale a été perçue comme l’heure du répit. La camisole de force s’allégeait enfin. Le rappel à l’ordre ne s’est pas fait attendre. Et les dernières illusions se sont envolées avec la réunion de synthèse présidée par le Général.

Plus question de retour des militaires dans les casernes, comme la version originale le demandait. Les résultats du référendum achèvent du reste de convaincre de la valeur d’une consultation où l’on a dû voter au vu et au su de tous. Les deux bulletins, « oui et non », sont tendus à l’électeur. Celui-ci sait à quoi l’exposerait son opposition au projet présidentiel.

Il n’empêche que quelques téméraires ont osé.  Ils seraient plusieurs milliers à avoir empêché, à Niamey surtout, 100  %  de  oui. Un scrutin qui n’a donc en rien réglé le problème institutionnel nigérien.

Aucun mécanisme ne permet aujourd’hui au pays de régler le problème de la succession. Le Conseil militaire suprême à qui il reviendrait de désigner en son sein le successeur de Kountché risque d’être secoué de convulsions. La question est aujourd’hui posée. Kountché est malade et bien malade. Guérisseurs et sommités médicales sont à son chevet mais le mal est profond.

Dans le pays, les prétendants affûtent donc leurs  armes. En attendant, c’est la veillée d’armes.

BURKINA FASO

LE FRONT SE LEZARDE

 Par A.M Ouédraogo

Le Front qui avait pris les affaires en main au lendemain de la prise du pouvoir du 4 août 1983 en Haute Volta, est aujourd’hui bien fissuré.

Les arrestations de Soumane Touré, l’exclusion de la fonction publique de magistrats de son syndicat, mettent un terme définitif à l’alliance entre la LIPAD et les militaires.

La procédure du divorce aura tout de même été bien longue. Un an après la prise du pouvoir, la LIPAD avait déjà quitté le gouvernement. Les divergences à propos des manifestations du 1er mai dernier qui a vu Sankara et les siens noyés sous la foule des paysans convoyés à Ouagadougou pour la circonstance, les syndicalistes de Soumane Touré puis les arrestations ne sont ainsi qu’un épilogue.

Le bilan pour la LIPAD, parti communiste de sensibilité soviétique, est lourd. L’épuration de la fonction publique au lendemain de la prise du pouvoir, a été le fait des lipadistes. Ce qui qui a largement entamé leur crédit auprès des masses. Il faut craindre  que pour cela, ils ne se soient définitivement coupés de tout réel soutien populaire.

Le pouvoir a dû sans doute avoir fait ce raisonnement pour se permettre d’arrêter le leader syndical. Diminuée donc la LIPAD, mais pas encore morte. Son étoile continue à  briller parmi les jeunes. Et l’actuelle campagne de mobilisation à  l’université de Ouagadougou témoigne bien de l’âpre lutte engagée pour lui ravir les milieux universitaires et scolaires.

Par ailleurs, le mécontentement généré par la volonté du gouvernement de renverser l’ordre établi en privilégiant les masses  rurales et non pus  la petite bourgeoisie  urbaine peut toujours constituer un vivier où puiser les germes de la renaissance.

SOCIETE

Manu Dibango

 Il est temps pour moi de partager

Entretien réalisé par Denise Boukandou

De passage à Dakar où il était venu participer au Symposium de l’UNICEF sur la Contribution des Intellectuels et Artistes africains à la survie et au développement de l’enfance en Afrique, Manu Dibango s’est prêté aux questions de Sud Magazine.

S.M : Manu Dibango, vous participez à cette rencontre en faveur de l’enfance en Afrique. Quelle pourrait être aujourd’hui, selon vous, la contribution des artistes dans ce genre de réunion?

M.D : Eh bien, le fait d’y participer déjà veut dire qu’il y a une nécessité  puisqu’on nous a appelés. Je crois que les artistes sont d’abord des créateurs et qu’ils vont au-delà des faits politiques ; vous savez, la création n’a jamais attendu que la politique arrive pour « fonctionner ». Donc  au-delà  de la  politique, il y aura toujours la création.

 S.M : Au cours de la réunion, lorsque vous êtes intervenu, vous avez sorti un grand « ouf » que vous avez expliqué comme un certain « ras-le-bol ». Est-ce que vous pouvez nous expliquer plus clairement votre sentiment ?

M.D:

J’ai dit « ouf », parce que je crois qu’au bout de 30 ans d’indépendance, il est temps que nous commencions à faire nos propres comptes et à nous dire que tout enfant d’Afrique ne vaut pas plus, ne vaut pas moins qu’un autre enfant d’Afrique. Cela veut dire chacun dans son domaine, amène sa contribution à l’édification du continent.

Or, pendant très longtemps, les artistes et les sportifs étaient considérés comme, si vous voulez, les « bas morceaux de la viande d’un mouton ». On les mange, bien sûr, mais on les mange en dernier ressort, quand il n’y a pas moyen de faire autrement.

Les artistes sont considérés comme des amuseurs et comme des gens qui ne réfléchissent pas. Or, en général, les artistes sont les « haut-parleurs » des aspirations du peuple, précisément ce qu’ignorent beaucoup de gens dans les hautes sphères qui parlent du peuple. Je suis sûr qu’il y en a très peu qui connaissent l’Afrique. Je pense que les artistes sont quand même  francs beaucoup plus près du peuple.

Quand  moi je fais une chanson comme « Afrique sans fric », je résume un certain nombre de choses que tout le monde connait et que personne ne pense à dire. Je ne suis pas le seul ; dans d’autres sphères, d’autres artistes, soit en peinture, soit en sculpture, soit dans la littérature, parlent de beaucoup de choses qui se passent en Afrique. Aujourd’hui, je dis « ouf », or, il me semble que la société a calé quelque part. Et je dis « ah »  on va  peut-être essayer du côté des artistes pour voir s’il n’y aurait pas quelque chose à tirer de ce côté-là, c’est  pourquoi, j’ai dit « ouf » et j’en  ferai une chanson un jour.

 S.M: Vous avez également évoqué l’échec de « Tam- Tam pour l’Ethiopie en Afrique ». Ne pensez-vous pas que c’est la mobilisation des médiats occidentaux qui explique le succès qu’a pu connaitre « Tam- Tam pour Ethiopie » en Europe, ce qui ne  fut pas  le cas ici en Afrique ?

M.D. : Je dirai que mon « ouf » concerne aussi l’Africain vis-à-vis de l’Africain.

L’Africain, jusqu’à présent, ne fait pas confiance à l’Africain. Il est temps qu’on se fasse  confiance mutuellement. Comment voulez-vous que 20 artistes africains connus participent à une œuvre pour l’Afrique et que seuls les Occidentaux en parlent ? Ils en ont parlé suffisamment pour qu’on vende pour 4 à 5 millions de francs français de disques. Moi, je dis toujours que ces 4 ou 5 millions de francs français, ils étaient dans l’ait et qu’il a fallu l’énergie des artistes pour capter ça.

Si on peut capter 5 millions, on peut certainement capter 50 millions. Nous, on n’a pas pu le faire, mais les Belafonte eux, avec la chanson « We are the world », avec la machine américaine, n’ont fait que continuer ce que nous avons commencé et ils ont capté des milliards. Donc, ça a été, au début, notre action à nous, artistes africains. Les média africains n’ont pas cru bon ou valable de faire mousser. Il y a eu plutôt beaucoup de critiques.

S.M. : Est-ce que vous les aviez informés?

M.D.: Bon écoutez, je vais vous dire, je ne veux pas être mal élevé. Mais    nous avions fait des réunions. Il faut dire qu’avant de faire des choses comme ça, on appelle les journalistes, on appelle tout le monde. On s’est réunis  pendant 15 jours. Et au même moment, ceux qui devaient  faire les citerai pas, mais ils se reconnaîtront), ceux qui devaient prendre des engagements dans les journaux africains, se sont, excusez-moi, dégonflés. Les seuls qui ont marché c’était les Européens.

Et quand il y a des commentaires autour de cette action, un jour ou l’autre parcourez un peu les journaux africains les magazines de janvier 85 jusqu’à peut-être juillet 85,  regardez vous-même ce qui s’est passé et regardez après les mêmes magazines africains, les mêmes journaux, les mêmes périodiques.

Quand les Américains ont sorti « USA for Africa » est-ce qu’on les avait appelés ou informés comme vous dites ?  Moi, c’est la première fois que j’ai eu vraiment honte pour l’Afrique. C’était la première fois que des artistes africains parlaient de la faim en Afrique et ils ne les ont pas écoutés. Ils ont plutôt écouté « We are the World » – qui est d’ailleurs merveilleux. Je ne discute pas du  contexte dans lequel cette œuvre a été réalisée, encore que je le sache très bien parce que vu  beaucoup de choses. Il  est temps qu’on se décomplexe nous-mêmes sinon ça ne sert à rien de venir à Dakar ou d’aller quelque part à Abidjan faire des discours.

 SM : Mais comment entendezvous mener les artistes locaux à prendre leurs propres initiatives comme vous le faites vous-même avec des thèmes actuels tels que la famine ou  même l’enfance?

M.D. Dans mon cas personnel, les artistes en Afrique en général, les vrais artistes m’apprécient parce qu’ils savent que je les apprécie ; je ne parle pas des petits farceurs, je parle vraiment  qui créent.  Que ce soit en musique, en peinture. Donc, je ne me fais pas de souci de ce côté-là. Du moment que ce symposium a eu lieu à Dakar beaucoup vont « fonctionner » à l’émotion et c’est ça le drame de l’Africain. Il  est si émotif qu’il ne  voit pas les vrais problèmes. Il sent les choses de façon épidermique: « pourquoi lui, pourquoi pas moi? ».

Ce problème-là est dépassé et il est temps que les artistes se responsabilisent eux­ mêmes également parce que chez tous ces artistes-là, il y en a peut-être qui comprennent la portée des problèmes et il y a les trois quarts et demi qui en sont à survivre et qui ont le dos au mur. Ceux-là n’ont pas vraiment la faculté de réfléchir et c’est pourquoi des gens comme moi, qui  ont pu s’en sortir par eux-mêmes, sans l’aide de gouvernements ou autres, ne sont les griots de personne. C’est peut-être pour ça qu’on m’a appelé  parce que je suis l’un de ceux, peut-être qui peuvent encore impulser le goût de l’aventure, le goût de donner, le goût de générosité.

Je comprends très bien ceux qui ne peuvent pas le faire parce qu’encore une fois, la condition de l’artiste est précaire en Afrique qu’on pourrait en parler des heures et des heures. Je ne peux pas leur en vouloir parce que je me dis qu’ils ont le dos au mur et qu’ils n’ont pas la possibilité ni la chance que des gens comme moi ont eues. Maintenant que j’ai eu cette chance- là, je ne peux pas la garder pour moi tout seul et donc je suis prêt à partager ; je ne suis pas le seul, il y en a d’autres. En tout cas, la salle est pleine de bonnes intentions dans des disciplines différentes aujourd’hui et il me semble qu’il restera quelque chose de ça.

Ce sera quand même un point départ. Ceux qui ont été là aujourd’hui comprendront au fur et à mesure. Tout le ne comprend pas toujours au même moment, il faut du temps.

 S.M. : Bien des Africains voient dans cette initiative une action publicitaire simplement pour écouler des produits « Manu Dibango », qu’en est-il exactement?

M.D. : Ben, je veux vous dire que je ne vends pas un seul disque à Dakar. Il  y a trois quart et demi de sénégalais qui connaissent peut-être deux ou trois de mes chansons et je ne crois pas qu’il y ait un magasin à Dakar et ailleurs au Sénégal qui vende mes disques ; donc je ne suis pas venu pour vendre des disques.  Je n’en ai jamais vendu; peut-être ai-je vendu 10 ou 20 disques. Je gagne ma vie ailleurs; l’essentiel pour moi, c’est de gagner ma vie. Je suis indépendant et en étant indépendant,  je peux dire quelque chose sur l’Afrique parce que j’ai payé le droit personnel de  dire quelque chose. Donc évidemment ça fait de la publicité. Mais qu’est-ce que vous voulez ?  Il vaut mieux me faire la publicité à moi que de la faire pour un lait qui ne convient pas ou qui tue les bébés ou bien sur le lait qu’on nous envoie d’Allemagne. Je pense que les actions que je peux mener avec d’autres comme e moi sont certainement très positives. Mais attention il faut  du  temps avant que les gens assimilent ça.

JACQUELINE LEMOINE

 ENTRE LES COUPS DE GRIFFE ET LES SOURIRES DU DESTIN

 Par Tidiane Kassé

Venue de son Haïti natal pour chercher refuge – au Sénégal – sur la terre-mère d’Afrique, Jacqueline Lemoine vient de boucler une partie de son parcours. Celle qui a fait d’elle l’un des plus illustres pensionnaires du Théâtre national Daniel Sorano.

Sud l’a rencontrée au moment où, faute de moyens de subsistance, elle qui, avec son mari Lucien, a tout donné au Sénégal dont elle a tenu à conserver la nationalité, au risque de perdre celle de son pays d’origine, s’en va vers d’autres cieux -en France­  poursuivre un  itinéraire déjà riche

Le « brigadier »* ne sonnera plus pour Jacqueline Lemoine. Non pas qu’elle se soit retirée de la scène, mais simplement parce qu’on l’en a retirée. Comme le seront un jour tous ces artistes fonctionnaires du Théâtre national Daniel Sorano à la retraite fixée d’avance. On peut trouver ridicule, déroutante, cruelle même, cette loi qui vient étouffer une comédienne à un moment où, avec l’expérience de la maturité, elle acquiert la pleine mesure de ses possibilités.

 « Nous jouons toutes les joies et toutes les peines dont la vie nous marque le long d’une carrière, tous les coups de griffe et les sourires du destin. Et c’est cette somme de sentiments que nous faisons remonter à la surface, à mesure, comme font les ruminants, et que nous livrons ensuite au public, à  travers les personnages incarnés. Et à ce moment-là, on vous dit « stop ».  Et cela, voyez-vous, me semble insupportable ».

Rien qu’avec sa taille et sa forte corpulence, Jacqueline Lemoine aurait pu ne pas passer inaperçue. Mais il est venu s’ajouter à cela, pour renforcer d’avantage sa présence, un talent consommé et une voix fort belle de diseuse et de liseuse de poèmes. Tout ce sur quoi rage ne saurait avoir le dessus si tôt.

Elle est partie sur la pointe des pieds –en finesse – derrière les rideaux. Un simple « jubilé insulaire ». C’était à Gorée où son ami Frédéric Archambault possède une maison qui ouvre régulièrement son salon de musique aux artistes de passage et à ceux de Dakar, pour des soirées merveilleuses sous la rubrique « l’Isle Joyeuse ». C’est une de ces soirées que Frédéric Archaumbault lui a dédiée pour fêter son départ.

Pour ce qui fut « Musique et poésie au  coin du feu » Jacqueline Lemoine a mis sur pied son propre programme. Il y avait Philippe Marty du Conservatoire de Lyon « un merveilleux pianiste et une personnalité faite de charme », Cheikh Tidiane Kane (flûtiste qui est rentré, il n’y a pas longtemps, d’une année d’études et de perfectionnement  à New York), Carole Audet Ouellet (« une canadienne qui joue divinement de la kora),  et « last but not least » son  mari Lucien Lemoine (« 23 ans de fidélité ») qui disait des poèmes avec elle.

 Partir, quitter les siens,  c’est mourir un peu

Par cette soirée insulaire, on a tiré un trait sur les éternelles angoisses de coulisse. Ces instants qui précèdent l’entrée en scène et que Jacqueline Lemoine trouve « terribles et doux à la  fois ? Onon a le cœur battant à coups  tumultueux, les jambes tremblantes, le ventre tordu d’inquiétudes profondes et de délices : une douleur et un grand bonheur. Comme aine à le  répéter Lucien Lemoine : « cette mort et cette envie affreuse de ne pas mourir ».  

La vie d’une comédienne est un éternel recommencement, un questionnement permanent. Le public est juge, mais sa sanction, fut-elle positive ne saurait effacer l’incertitude. Une tension qui ne vous quitte jamais dans cette quête jamais achevée de la réussite, de la perfection. On ne peut y parvenir tout à fait. « Il reste toujours un  petit quelque chose qui a fui au moment où on croyait le tenir, et qu’on retrouvera, peut-être, à un autre moment, ou jamais plus, sur lequel on restera longtemps torturé de regrets. C’est pour cela, affirme Jacqueline Lemoine, qu’on ne m’entendra jamais prononcer cette phrase péremptoire : j’ai fait mes preuves ». On ne fait jamais ses preuves dans ce métier. On se laisse aller, on vit, on tremble, on veille au bord du délire. »

Partir, quitter les siens, rompre avec ce monde qui fut sa vie, c’est bien mourir un peu. Pourtant, les affres d’une retraite ennuyeuse, en rupture avec un quotidien qui était fait de découvertes, de rencontres avec les autres, de dialogue avec le public, n’effraient pas Jacqueline Lemoine. « Je n’ai jamais su ce que c’était de m’ennuyer. Je fais beaucoup de choses . Broder par exemple, j’adore cela. J’aime avoir les doigts occupés et l’esprit libre de chevaucher le vent.

Il est des merveilles dans ce monde, il n’en est pas plus grand que l’homme

Une carrière se ferme, mais une autre pourrait s’ouvrir à Jacqueline Lemoine.  Une manière de concrétiser ses penchants pour l’écriture, surtout les pièces de théâtre. La cohabitation avec son mari poète a pu l’inspirer, même si ce n’est pas pour la pousser à  taquiner la muse. « Il faut un don spécial pour cela. Je respecte trop la poésie pour croire qu’étaler des lignes les unes après les autres, où le mot Afrique revient à répétitions, peut s’appeler des poèmes’.

Pour elle l’Haïtienne, vivre toute cette expérience au Sénégal a été un vital retour aux sources de la mère Afrique. Un épisode significatif dans son existence, vécu avec un certain état d’âme, et qui lui inspire tous ces passages qui suivent, sortis du fond du cœur: « Aucun natif d’Haïti ne peut avoir des difficultés à s’implanter en Afrique.

Il a fallu sans doute un petit temps d’apprentissage pour qu’on se connaisse vraiment. J’ai toujours su qui j’étais depuis ma plus tendre enfance. Je ne savais pas qu’un jour je vivrais au Sénégal, mais je me suis toujours sue Africaine, depuis avant ma naissance, depuis les trois cents ans qu’a commencé la longue saignée  de la forêt de bois d’ébène, vers les Amériques. Je connais bien mes origines (diverses) mais je suis « nègre de préférence », comme l’exprime si bien Edouard Maunick, dans un de ses poèmes. Cela est une réponse à ceux qui me traitent de « métisse », comme si c’était une malédiction.

Métisse ce n’est pas une race nouvelle, ce n’est ni un titre de gloire ni une tare. Et puis, si je n’avais pas été achetée il y a trois siècles pour une poignée de verroterie, je n’aurais aucune chance d’être métissée.

« J’ai quelquefois essuyé aussi pas mal de mépris, exprimé ou pensé, envers les « fils d’esclaves ». Même, une fois, à la télévision sénégalaise, j’ai été choquée d’entendre le chanteur Alpha Blondy affirmer péremptoirement que « les nobles étaient en Afrique et qu’ailleurs étaient les esclaves ». Et plus choquée encore, de voir, que son interlocuteur entérinait en riant. Mais je pardonne l’ignorance. Je pense tout de même qu’avant d’affirmer de tels propos il aurait dû s’informer auprès de ceux qui savent et ont écrit : « Un peuple d’esclaves qui a toujours été insoumis devant ses maîtres, un peuple désarmé mais qui avait apporté sa noblesse avec lui depuis l’Afrique et qui a accompli le miracle que constitue, dans le monde contemporain d’alors, l’irruption d’une bande d’esclaves qui se libère de ses chaines, couronnant par une épopée unique et extraordinaire, le geste anonyme, incessant et multiplié des marrons de la liberté » (Jean Fouchard,« Les Nègres marrons de la Liberté’).

Ailleurs, c’est Lemonnier Delafosse qui affirme: « Le Nègre se livrait aux flammes tout entier pour faire voir à ses ennemis comment il savait mourir. Voilà quels hommes  nous avions à combattre … Quels hommes que ces Nègres ! Comme il faut savoir faire la grève contre eux pour connaitre leur audace, leur courage irréfléchi à braver le danger ».

Et Moreau de Saint Méry : »Les Sénégalais intelligents … belliqueux et aguerris ont dans le moral des marques d’une espèce de supériorité ». Tous témoignent de ces  matrones qui tuaient au fur à mesure les bébés qui naissaient pour leur épargner les chaines qui les attendaient,  de ces Ibos qui avalaient leur langue ou qui partaient par groupe de cinquante s’enfoncer dans la mer jusqu’à ce que les flots les engloutissent à jamais. Et tous ne parlaient que des peuplements de Saint-Domingue. Ces Nègres-là, ce sont mes ancêtres. Et comment pourrais-je ne pas être fière d’une telle ascendance, fière d’être de la race de tels esclaves!

Voilà ce que je suis, et ce que je  continuerai d’être, à côté de mes frères que je regarderai vivre en ayant en tête au cœur ce que disait Sophocle : « Il est bien des merveilles en ce monde, il n’en est pas de plus grand que l’homme. »

* Personnage chargé de sonner les trois coups qui précèdent l’entrée en scène des artistes.

COMMUNICATION

INTERVIEW

MPASSI MUBA  DES HABITS NEUFS POUR LA PANA

Propos recueillis par Ibrahima Fall

 Opérationnelle depuis quatre ans, l’’Agence panafricaine d’information (PANA) est confrontée à des difficultés financières procédant essentiellement de l’’irrégularité et de l’insuffisance du versement des cotisations dues par les Etats membres.

A la tête de l’agence depuis un an et demi, M. Auguste Mpassi Muba a déployé des trésors d’énergie mis au service de son talent de diplomate pour, muni de son bâton de pélerin, amener les Etats africains à respecter leurs engagements. Dans l’interview qu’il nous a accordée, M. Muba parle des nouvelles ambitions de l’’Agence. 

Sud Magazine: La PANA a aujourd’hui  quatre ans d’existence et les avis sont partagés quant aux perspectives de performance de l’agence continentale.

Mpassi Muba: Les perspectives existent. Le tout est un problème d’hommes et de moyens. Nous avons fait un petit effort pour rehausser la qualité du produit puisqu’il y a un an et demi, aucun journal de la place ou d’ailleurs ne reprenait une dépêche de la PANA.  Ce qui n’est plus le cas. Je pense revoir tout le réseau de transmission de l’agence afin d’augmenter le volume de la transmission. Il s’agit, en l’occurrence, d’automatiser le bureau de Lusaka et d’ouvrir des points de collecte là où les télécommunications permettent de concentrer les nouvelles et de les acheminer rapidement vers le siège. J’envisage d’ouvrir ces bureaux de collecte à Paris, Bruxelles et Londres.

 S.M: Aurez-vous les moyens de votre  politique?

M.M: Il s’agit, en fait, dans le cas de Paris, d’ouvrir une ligne Dakar – Paris, qui permettra de recevoir et d’atteindre plus d’une dizaine d’agences d’Algérie, de Tunisie, de Lybie, d’Egypte, de Yougoslavie et bien d’autres avec lesquelles nous envisageons de signer des accords d’échanges.

S.M: Vous n’avez pas répondu  à  la  question des moyens.

M.M: Le problème des moyens se pose pour l’acquisition de matériels sophistiqués qui permettent de telles performances. Malgré une conjoncture difficile pour les Etats membres, nous pensons serrer les dépenses au siège en vue de ces acquisitions. Ceci dit, la situation est préoccupante pour tout le monde et pas seulement pour la PANA. En 1986, nous avons pu recouvrer 40% de nos  prévisions, soit 1 million 440 mille dollars. En août 1987, nous avons déjà reçu 1  million 300 mille dollars. Ce mouvement va se poursuivre puisque tous les payeurs réguliers ne se sont pas encore manifestés.

 S.M: Comment comptez-vous vous y prendre pour faire payer les mauvais payeurs?

M.M: Nous utilisons trois formules pour le recouvrement des contributions: les membres, les contacts et les appels publics lors des conférences appropriées et enfin mes visites personnelles dans les Etats membres. Des trois formules, la plus efficace est la dernière. Ainsi, certains pays qui n’avaient jamais cotisé, comme la Lybie, Madagascar, la Mauritanie, la Gambie, ont commencé à le faire. Evidemment, on ne peut pas placer tous les Etats au rang de mauvais payeurs. J’ai constaté au cours de mes voyages que beaucoup de pays programment bien leurs contributions, mais souvent la procédure de payement n’est déclenchée que lorsque j’y arrive. Les correspondances et les appels dans les conférences n’atteignent pas toujours l’institution chargée de payer les contributions et qui varie selon les Etats.

 S.M: Cette méthode risque d’être onéreuse, car cela vous fera beaucoup de voyages et de longues absences du siège.

M.M: Mais au bout, il y a l’efficacité. Comme on dit, on ne peut pas prétendre faire les omelettes sans casser des œufs. Je vous donne un exemple: l’année dernière, j’avais décidé de me rendre en Lybie malgré certains avis contraires pour différentes raisons. Nous avons pu récolter les fruits de ce voyage avec le payement par la Lybie, pour la première fois depuis la création de PANA, d’une somme équivalant au tiers de ses arriérés. Ainsi seuls les résultats comptent.

 S.M: Il semble que vous subissez pas mal de pressions pour les recrutements.

M.M: Oui. Dans la conjoncture qui prévaut sur le continent, cela va de soi. Mais nous retournons aux Etats membres qui font de telles recommandations l’argument suivant: si vous voulez qu’on recrute, payez les contributions. Et puis il y a des critères  à respecter.

 S.M: Monsieur le Directeur général, on a l’impression qu’à la PANA on est en perpétuelle campagne électorale. Est-ce que cela ne met pas en cause la stabilité et le suivi dans le fonctionnement de l’agence?

M.M: J’ai été élu en novembre 1985 pour un mandat de quatre ans et c’est en 1989 que la prochaine élection devrait avoir lieu. Je n’ai pas encore perçu les signes d’une campagne. Il y a seulement que les Etats qui ont pris  conscience de l’importance de l’information souhaitent être présents là où elle se traita et se discute. Soit dans la crainte d’une manipulation par les autres, soit dans l’espoir d’orienter les choses à leur convenance.

 S.M: Diriger une agence continentale d’information ne doit pas être de tout repos avec les sensibilités contradictoires et l’intolérance qui caractérisent la plupart des dirigeants africains et qui ont failli perdre votre marraine, l’OUA. ·

M.M: Effectivement, il y a des  susceptibilités qui se manifestent, surtout lors des conflits internes ou inter-Etats, quand on ne fait pas attention à certaines terminologies. Mais avec un service quotidien de près de 120  dépêches, en  comptabilisant le nombre de réactions que j’ai enregistrées en un an et demi, je puis affirmer que c’est très marginal. Cela tient surtout à l’interprétation de l’article 8 de la convention de la PANA que chacun veut faire selon ses intérêts du moment. Je peux vous assurer qu’à ce jour, les choses se sont  arrangées avec certaines agences où l’on avait enregistré ces réactions, du reste rares dans les pays anglophones.

ORTS

 FREQUENCE COMMERCIALE

 Par Abdoulaye Ndiaga Sylla

 La libéralisation ne touchera pas l’audiovisuel qui reste « domaine réservé » de l’Etat dont la volonté de monopole a été réaffirmée par les plus hautes autorités du pays. Pour l’heure, place au commercial d’Etat.

 Demain, la 2 et la FM. Une image télévisuelle neuve, une autre fréquence sur les ondes. Levée du monopole de l’Etat sur la télévision et la radio, ouverture à la concurrence, possibilités de choix pour le public, incitation à la création? Que non!

L’Office de radiodiffusion télévision du Sénégal (ORTS) va simplement introduire, dans son domaine réservé, de nouveaux espaces. Le lancement d’une seconde

Chaine de télévision et d’une troisième chaîne de radio clairement affirmé au sortir du conseil interministériel du 30 mars 1987*, semble avoir été vite laissé aux oubliettes. Pour l’heure, il serait plutôt question, dans cet interminable feuilleton, d’aménager des temps d’antenne, à la télé et à la radio. Le paysage audiovisuel sénégalais n’en sera pas pour autant changé.

Comment est donc venue l’idée des chaines ou plutôt des temps d’antenne? L’image projetée de l’ORTS sur  elle-même renvoie à cette cruelle évidence: l’office n’a pas les moyens de sa politique. Tout est donc parti d’une analyse des contraintes administratives et financières. Charges lourdes partagées entre les dépenses du personnel (52 pour cent du budget), la facture d’électricité (233,5 millions FCFA pour la gestion 1985-1986), une situation d’endettement chronique auprès de l’Agence comptable. La baisse de 5 pour cent  enregistrée sur le chapitre de la subvention de l’Etat ramenée à 1 milliard 108 millions 946 mille 400 FCFA pour l’exercice 86/87,  et des problèmes de gestion n’ont pas été pour arranger les choses.

Dans le même temps, la nécessité d’améliorer la couverture radiophonique et télévisuelle du pays, d’assurer un approvisionnement régulier en pièces de rechange, la formation d’agents de maintenance et d’exploitation, le renouvellement des équipements de reportage, etc se fait sentir. Il faut investir. Les besoins sont de l’ordre de 200 millions. L’office, déficitaire sur plusieurs chapitres, contrainte à  chercher de l’argent là où il se trouve, ouvre le créneau commercial. Davantage de publicité, de sponsors. La formule a été vite trouvée.

IMPROVISATION

Tout en maintenant le caractère de service public de l’office, proposons aux annonceurs autre chose: une radio à tendance commerciale avec une dominante musicale, des jeux, des reportages sur les entreprises, les sociétés, les magasins et une télévision du même type. L’accroissement des recettes publicitaires servira pour l’essentiel à financer le fonctionnement de l’office. Du coup et en attendant de voir si  l’opération sera financièrement rentable, la création en prend un sérieux coup. Déjà grosse consommatrice de programmes importés l’ORTS, tout porte à le croire, fera peu de place à l’innovation.

La qualité n’est pas donc garantie.  Le téléspectateur et l’auditeur, principales cibles, seront hors-jeu dans le nouveau schéma. Ils n’auront bien sûr rien à  payer. Il suffira simplement de tourner le bouton pour recevoir des messages publicitaires sur fond de variétés musicales et de films.

Une nouvelle approche de l’audiovisuel sénégalais s’impose. La tendance qui se dessine ne saurait être une alternative valable. Les solutions sont ailleurs. L’ambition est de faire une radio et une télévision autres, non de s’en tenir à la formule: l’argent pour l’ORTS, les marchés pour les annonceurs. Face aux défis des Nouvelles technologies de  la  Communication, des réponses intelligentes et intelligibles doivent être trouvées. L’audiovisuel laisse peu de place à l’improvisation.

* Conseil interministériel sur les objectifs et les moyens de la communication Audiovisuelle

LIBERATION

LE CALVAIRE DES ENFANTS D’AFRIQUE AUSTRALE

 Par Justin Mendy

 Taux de mortalité juvéno-infantile élevé, système d’enseignement au rabais, politique d’habitat qui conduit à un entassement intolérable des familles dans des lieux insalubres, recours à  la main-d’œuvre enfantine, ce qui perpétue l’’analphabétisme et la pauvreté … Voilà le quotidien pour les enfants d’Afrique du Sud.

L’apartheid Afrique du Sud et en Namibie, la guerre dite de « poursuite » dans les pays de la Ligne de front, exercent sur la vie, la santé et le bien-être des enfants une dégradation constante jamais soupçonnée, au triple plans physique, mental et  spirituel.

C’est ce qui explique que, depuis la révolte de Soweto en 1976, les enfants noirs d’Afrique du Sud n’ont plus quitté la brèche ouverte par le système d’apartheid dans l’histoire de ce pays. Peu de nations dans le monde, ont vu autant de leurs enfants monter aux avant-postes d’une lutte violente et résolue pour le changement. De même, jamais la responsabilité historique de libérer un peuple n’a autant reposé sur d’aussi jeunes épaules.

Le rôle des enfants de l’apartheid dans les luttes intérieures et les activités politiques de leur pays n’est -relativement- connu à l’extérieur, que par les manifestations externes de boycott des cours par les élevés ou les jets de pierres contre les appareils sophistiqués de la machine de répression en place. Les causes profondes de cet engagement juvénile sont, dans une très large mesure, fort méconnues du public hors d’Afrique Australe.

Sensibiliser les artistes

C’est pour tenter de combler cette lacune que les membres du Comité de Planification chargé du suivi du « Plan d’action de Dakar » de l’Unicef établi en mars dernier pour la survie et le développement de l’enfant africain, a décidé de la tenue d’un symposium spécifique sur l’enfance en Afrique Australe. La rencontre aura lieu du 24 au 27 novembre prochain à Harare (Zimbabwe), justement dans un pays de la Ligne de front.

Il s’agira, au cours de cette rencontre, de sensibiliser les artistes, les écrivains et les intellectuels africains de divers secteurs sur les maux particuliers de l’enfant de cette partie meurtrie du continent, pour les amener  à alerter à leur tour l’opinion publique mondiale sur le sujet. Exactement comme ce fut le cas pour la sécheresse avec la vaste campagne qui a permis un éveil certain des consciences et une mobilisation conséquente des moyens matériel et financier à travers le monde. Or, la calamité de la sécheresse n’a pas provoqué plus de dégâts que la guerre d’Afrique Australe. Rien qu’en Angola et au Mozambique (deux pays de la Ligne de front), on estime à 140 mille en 1986, le nombre d’enfants de moins de cinq ans qui ont perdu la vie du fait de cette situation qui contraint les Etats  à d’énormes investissement en matière de défense au détriment du développement économique et social. En1987, on s’attend à ce que le nombre dépasse celui de l’année dernière.

Racistes et violents

Selon une estimation faite par la Conférence de coordination du développement de l’Afrique Australe (Sadcc), le coût de la guerre pour cette région dans la période 1980 – 84 (incluant les dégâts de guerre, le manque à produire, l’augmentation des dépenses militaires et l’arrêt de la croissance économique), est évalué à  un total de dix milliards de dollars. Si on y ajoute le coût pour les années 1985 et 1986, en tenant compte de l’escalade de l’inflation et de l’impact cumulé du manque à produire, on peut estimer que le total des pertes économiques provoquées par la guerre atteint, pour les neuf pays concernés, 25 à 30 milliards de dollars.

Ce qui se passe dans ces pays est en fait une véritable guerre, davantage qu’une « simple déstabilisation marginale accompagnée de désordres civils et de frictions frontalières ». C’est-en tout cas- l’opinion d’une équipe de quatre universitaires de nationalités différentes, qui ont produit un rapport sur « les enfants des pays de la ligne de front », pour le compte de l’UNICEF, publié en mars de cette année. Ce rapport est doublé d’un second document sur les enfants en Afrique du Sud-même; il a pour auteurs deux autres universitaires Sud-africains de l’Université du Cap.

Cet ouvrage est simplement accablant, même s’il est en retrait par -rapport à la réalité, puisque, selon le Directeur Général adjoint des programmes du Fonds des Nations­ Unies pour l’enfance, M. Richard Jolly, « Le texte final (publié) a été « revu de manière à correspondre aux euphémismes prudents que l’on attend des organisations internationales ».

La partie Sud-africaine de la publication fait ressortir l’impact de l’apartheid sur la santé, l’éducation, l’emploi,  l’habitat des jeunes noirs (en comparaison de ceux des jeunes blancs, métis et indiens) et, par-dessus tout, sur le système des valeurs qui s’incruste dans l’esprit de tout un chacun, dès le plus jeune âge.

Dans « The Political Lite Of Children », Robert Coles fait une description très poignante de la manière dont les enfants africains, métis et blancs voient le monde et qui montre à quel point les premiers sont spontanément conscients de la réalité du pouvoir, mais aussi comment les derniers qu’ils parlent anglais ou  afrikaner, sont corrompus par ce pouvoir, quoiqu’enfants .. Tout cela a « un effet dévastateur » sur les structures sociales de l’Afrique du Sud et sur les enfants qui deviennent soit racistes, soit violents voire racistes et violents tout à la fois, selon les experts de l’UNICEF. C’est avec une telle toile de fond que les participants au symposium d’Harare auront à se pencher sur la question brulante des enfants en Afrique Australe.

KANAKY

LES CALDOCHES RELEVENT LA TETE

 Par Moussa Paye

 Le colonialisme français manœuvre large pour enfermer dans un référendum bidon l’aspiration du peuple kanak à  une vie libre et digne sur la terre de ses ancêtres. Le Front de libération nationale kanak et socialiste après son congrès tenu près de Ponerihouen sur la côte est, s’est dit résolu à  déstabiliser la stratégie du gouvernement colonial par le boycott du referendum, le boycott des septièmes Jeux du Pacifique prévu à Nouméa en décembre et l’organisation d’une marche pacifique de plusieurs jours qui culminera  à Nouméa.

Depuis novembre 1984, le projet insurrectionnel du FLNKS a pris du plomb dans l’aile avec l’exécution en traitre, par les tireurs d’élite du GIGN, d’Eloi Machoro, son chef de guerre le plus prestigieux et dirigeant du Palika, l’une des composantes radicales du FLNKS. Les Caldoches ont alors relevé la tête et nourrissent de sombres desseins qui rappellent l’OAS des pieds noirs d’Algérie, mais aussi la minorité blanche qui usurpa le pouvoir pendant plus de  20 ans dans ce qui fut la Rhodésie de lan Smith et celle qui perdure arrogamment au pouvoir à Pretoria et Windhoek.

Pierre Juquin, dirigeant communiste  français de retour d’une visite en Nouvelle Calédonie, a tenu à alerter la presse sur les agissements de la « mafia »caldoche: «Dix  à quinze riches familles ont mis la main sur la Nouvelle Calédonie et contrôlent tout: le commerce intérieur et extérieur, la police, la justice, l’information -L’unique journal local et RFO (service public français de radio· Tv) et même le Haut-commissariat. L’autorité de l’Etat n’existe plus, sauf sur l’armée. »

L’armée en Nouvelle Calédonie, c’est officiellement  877 hommes de troupe commandés par le Général Michel Franceschi et chargés de réduire l’influence du FLNKS. Ici, bizarrement,  les militaires ont un langage plus fleuri, tel ce colonel Rousseau qui dit au maire d’Hienghène et leader du FLNKS, Jean Marie Tjibaou: « Nous sommes comme vous de bons chrétiens et nous voulons bien vous aider … »

Bien sûr que le FLNKS n’est pas dupe. Leurs élus locaux ont demandé le départ des troupes françaises des zones qu’elles contrôlaient. Bernard Pons, le secrétaire d’Etat français aux Dom-Tom avait déjà édifié tout le monde sur le rôle de l’armée en Nouvelle Calédonie: surveiller de près les tribus canaques afin de pouvoir, le cas échéant, leur  « serrer le kiki ».

Pendant ce temps, les activistes d’extrême droite importent des armes, notamment d’Australie, avec la complicité des services de douanes sous la coupe de

Jacques Lafleur, député Rpr de Nouméa et chef de file des anti-indépendantistes. Ils ont désormais un bras séculier, les Forces calédoniennes libres qui se veut un mouvement de résistance  contre l’indépendance kanak et socialiste.

 TEMOIGNAGE

FRANCOIS PERROUX

UN GEANT DE LA PENSEE ECONOMIQUE CONTEMPORAINE.

Par Mamadou Dia  – Ancien président du Conseil du Sénégal

 Un illustre sénégalais -Amadou Ndiaye Clédor, qui fut un homme politique et un homme de Lettres – entreprit  un jour, de faire le pèlerinage à la tombe de Brunetières pour qui il nourrissait une fervente admiration. François Perroux est pour moi, plus qu’un maitre vénéré mais un ami et un frère. Je ferai, pour honorer sa mémoire, le voyage de piété amicale et de reconnaissance à l’homme, un des Immortels de ce temps. En attendant, je lui dois un hommage public qui, je le crains malheureusement, risque d’être en-deçà de tout ce que je ressens et surtout  de tout ce qu’il fut pour l’humanité tout entière.

 Ce fut à l’occasion d’un cours inaugural au Collège de France, en automne 1950, sur le thème : »Le don : sa signification économique »,  que j’eus le premier contact physique avec François Perroux. Ce fut le coup de foudre. Je fus, à la fois, fasciné, ému et conquis. Je ne savais si l’orateur que j’écoutais était un homme de science, un chantre de l’économie ou un prédicateur. Je ne savais plus si j’écoutais un cours magistral, un poème homérien ou une parole d’ecclésiaste. En vérité, François Perroux, c’était tout cela : un homme de science, un poète de l’économique et un évangéliste. Son œuvre, c’était tout cela: une grande œuvre scientifique, une poétique de un évangile des temps moderne.

  • L’homme de science  

François Perroux fut un de ceux dont l’enseignement, les recherches ont plus que enrichi mais renouvelé la science économique contemporaine. Il fut le démystificateur de toutes les orthodoxies; d’abord, des orthodoxies classiques et néo-classiques ; ensuite des orthodoxies marxistes et néo­marxistes. Il dérangeait les tenants des écoles fermées de tous bords et passait ainsi, pour les uns et pour les autres, pour un hérétique. Mais ni les théories classiques ni les théories néo-classiques ni les fausses interprétations du marxisme ne se relèveront de ses critiques fondées sur une analyse  implacable, rigoureuse, formalisée des faits économiques et sociaux. Veut-on quelques exemples ?

En voici les plus classiques : comment parler de concurrence pure et parfaite, de marchés transparents, de paix du marché devant les nouvelles stratégies des grandes entreprises et des monopoles internationaux pour lesquels la lutte est, en définitive, lutte-concours, et la compétition, entente institutionnalisée? La paix du marché n’est-ce pas plutôt la guerre des marchés qui prend avec le développement des techniques d’armement, un aspect particulièrement dangereux pour la survie de l’humanité tout entière? Les interprétations de la théorie marxiste sont toutes, trop sommaires pour François Perroux pour rendre compte de la persistance des faits de domination même dans le monde socialiste. La domination est avant tout et fondamentalement fait de structure.

La bipolarisation de l’économie mondiale en Centre et Périphérie ne peut être résolue qu’en mettant en œuvre la théorie du développement réciproque qui suppose transfert dans les deux sens,  non seulement de capitaux mais de techniques de pointe. Elle est en fait un corollaire de la théorie du développement polarisé qui utilise les concepts perroussiens de pôles et d’axes de développement.

Nous avons ainsi plus que des outils d’analyse mais les instruments efficaces de la construction d’une économie mondiale qui ne nie pas les espaces nationaux mais les intègre les uns dans les autres par la dévalorisation des frontières.

« l’Europe sans rivages » naguère considéré comme une utopie au lendemain de la

Seconde guerre mondiale, n’est-elle pas aujourd’hui une des préoccupations des gouvernements et des peuples européens y compris ceux des Iles britanniques?

Economiste de son temps, François Perroux ne s’est dérobé à aucune des grandes questions de notre siècle, sous prétexte de technicité ou de neutralité scientifique. C’est, au contraire, en homme de science qu’il prend position sur la question de la guerre, sur la question du désarmement, sur la question de la Paix, sur les Droits des Peuples à la liberté, à l’Autodétermination, sur les Droits de l’Homme.

Il n’hésitera pas, à la grande stupéfaction des orthodoxes, à ouvrir la recherche économique à toutes les sciences humaines, en particulier à la  sociologie, à l’anthropologie, à la psychologie sociale et même, et surtout, à la philosophie dans ses branches les plus neuves telle que l’épistémologie. Voilà qu’il faut bien se décider à réécrire les équations valrassiennes de l’équilibre du marché et toutes les équations de la croissance qui ne retenaient dans l’univers économique que des automatismes. Voilà qu’il faut bien accepter de dynamiser le tableau industriel de Léontiel tant il est évident que les agents économiques sont autre chose que des mécaniques.

Ainsi, François Perroux en réintroduisant l’homme comme centre et moteur, sujet et fin de l’économie, restitue à celle-ci sa dimension fondamentale et lui fait découvrir sa totale signification.

  • Le poète de l’économie

Grâce à ce souffle d’humanisme qui  agite toute l’œuvre scientifique de François Perroux, l’économique, tout en gardant toute sa rigueur, prend l’accent d’une poétique de la pensée et de  l’action. Les fonctions  économiques sont moins des fonctions de production ou de consommation que des fonctions de création de ressources humaines et de « pleine satisfaction des besoins fondamentaux de l’homme » ; elles sont moins des fonctions de productivité et de productivisme que des fonctions de créativité et de plein épanouissement de toutes les potentialités de l’homme, de tous les hommes. Les techniques quantitatives du marché ou de la planification, les équations à travers lesquelles elles s’expriment ont plus que des vertus pédagogiques : elles s’égrènent comme les hymnes à la gloire du savoir économique scientifiquement contrôlable et contrôlé. A travers l’enseignement de François Perroux, l’Economique sonne comme une vaste symphonie à la création et à la créativité individuelle  et collective.

Ses modèles  économiques sont des modèles de vie et d’épanouissement de l’Espèce entière dans toute sa diversité, des modèles de création de créativité. Ce n’est pas par hasard si l’économiste qui aimait évoquer dans ses péroraisons qui ressemblent à des homélies pascales, Eluard, Rimbaud, Cocteau, etc, ces surréalistes de son époque de jeunesse, donnaient toujours le dernier mot au poète à la fin de ses exposés les plus techniques, les plus savants. Il y a plus : pour François Perroux non seulement l’action de l’économiste est une poétique mais l’économie elle-même en se réalisant, est de l’ordre de la création : les grands travaux d’infrastructures (tunnels, ponts), les grands aménagements hydro­électriques, les grandes centrales thermiques ou nucléaires sont plus des poèmes à la gloire de l’imagination créatrice que des ouvrages techniques.

Poète de l’action, François Perroux ne pouvait se contenter d’être un grand maître qui avait déjà à son actif, la formation d’une génération d’économistes dont plusieurs ont fait parler d’eux en Europe, en Amérique Latine, en Asie et même en Afrique surtout en Afrique du Nord. Il ne pouvait se contenter d’une gloire universitaire. Il sera un des pionniers de la Recherche-Développement dans les pays sous-développés. A ce titre, bien des jeunes nations du Moyen-Orient, d’Amérique Latine et d’Afrique lui doivent leurs plans ou leurs modèles de développement.

III – L’évangéliste de notre temps

 Comme tous les grands créateurs, François Perroux avait, et il ne s’en cachait pas, une vision normative de la science économique et de la vocation économiste. Le savoir, scientifiquement contrôlé, ne peut être qu’un savoir au service de l’homme; il n’est nuisible, il n’est destructif que lorsqu’il échappe au contrôle de la raison.

L’économiste qui est fidèle à sa vocation réelle ne peut être pour la destruction de Rome mais au contraire pour sa perpétuelle re-création. Il ne consent à la destruction des choses qu’à la condition de les recréer. Cette vision de l’homme de science coïncide chez  François Perroux avec celle de sa voie chrétienne qui la renforce et la transfigure. « Ton prochain, tu aimeras comme toi-même.

 Ce commandement. François Perroux en a fait sa règle de conduite, la règle d’or de son action et de sa création intellectuelle. L’économiste, proclame-t-il avec vigueur, du fond de son âme, ne participe, ne peut participer à aucune entreprise de destruction de la vie; il est pour les œuvres de vie. Il est contre le meurtre, contre tout meurtre individuel ou collectif. Il est pour la reproduction, la re-création de l’espèce. Il est pour la coexistence pacifique des Peuples. Il est pour le Dialogue, pour la Solidarité mondiale et la Paix universelle. Il ne fera aucune concession sur les Droits de l’Homme à une idéologie quelconque philosophique ou politique : il est, et ne peut être qu’au service de l’homme. C’est, on le voit, le message de l’Evangéliste de notre temps qui, en réhabilitant l’Economique, réconcilie la science et la foi, l’être et l’avoir, la personne et la communauté, la spécificité et l’Universel.

François Perroux, mon cher maitre, je salue en toi l’économiste contemporain le plus grand, le plus fécond, le plus passionnant, le plus généreux. Tu peux reposer en paix. Du repos de ceux qui n’ont fait que donner leur vie durant, souvent dans un environnement hostile, au milieu de sarcasmes et même d’invectives.

Nous retiendrons la leçon. François, mon ami et mon frère, tu as choisi de nous quitter en cette saison où les jardins de France fleurissent, cette France que tu as aimée et honorée par ton rayonnement personnel. Tu es du Printemps: nous avons compris le symbole. Par fidélité à ton enseignement et à ton œuvre, nous nous efforcerons de continuer de planter dans ton sillon les fleurs de la vie afin que se lève un jour sur ce monde qui est encore un monde de fous, le matin d’un éternel printemps.

Notes de lecture

« Les sanglots de l’espoir »

Les non-dits d’un témoignage vécu

Par Jean-Pierre Phan

Après avoir refermé le livre de Hamidou Dia, des bouffées de souvenirs, des tranches de vie vont affleurer chez le lecteur qui a vécu d’une manière ou d’une autre les événements relatés dans la trame de  ce roman-Car, beaucoup de jeunes sont entrés en politique ou se sont politisés dans les années soixante-huit. Les images de cette époque marquent d’une certaine manière l’esprit encore immature d’une jeunesse et créent le sentiment d’appartenance à une même génération. Et même si les  événements relatés par l’auteur sont bien postérieurs à 1968 (l’histoire se déroule entre 1972 et 1974), il y a tellement de ressemblances, de remarques justes, de points communs, que tous ceux qui ont frayé avec des clubs politiques et ou culturels, s’y retrouveront.

Ce roman, assurément biographique, porte témoignage avec beaucoup de nostalgie, de retenue parfois, de non-dits souvent (seuls les initiés y retrouveront leurs ouailles) des tourments, des drames, des déchirements, des joies aussi, que rencontreront une poignée de jeunes militants qui passeront de l’animation culturelle à l’action politique militante. Leur amitié, leur cohésion n’y survivront pas et la révolution là aussi dévorera ses  enfants.

L’auteur parie d’expérience,  car toute l’histoire se passe à Dimbokro (curieux nom pour Saint-Louis du· Sénégal, Dimbokro renvoyant plutôt à des événements historiques en Côte d’Ivoire) avec comme décor et en premier plan, le lycée Charles De Gaulle et le Club Fanon (appelé dans le roman « Les damnés de la terre »).

C’est  par le culturel que nos jeunes héros vont entrer en politique comme on entre en religion avec la foi des croisés; ne vivant que pour elle et par elle. Au fil des pages, l’auteur nous mène -quelques fois en ombre chinoise- au cœur des contradictions inhérentes à tout groupe politisé et d’autant plus vulnérable que là aussi l’idéologie a pris le pas sur l’amitié. S’il passe très vite et ne s’attarde pas sur les débats sur la « ligne » ou le « mouvement », çà et là, se glisse le vocabulaire qui fleure bon cette période militante et que retrouvent les affranchis.

Du témoignage de l’auteur, c’est  vers l’aboutissement à une impasse que s’achemine le roman. Que devenir quand tout ce à quoi on croyait et pour lequel on s’est tout donné s’évanouit? Le grand soir, les lendemains qui chantent, la mythification du peuple et du prolétariat, l’amitié militante … Il y a de belles pages sur ces points et pourtant pas ou peu de regrets. Car  « c’est par elle (la révolution avec un petit « r » dans le livre) que nos vies singulières sont » devenues des destins ».

Si l’auteur expédie, en quelques phrases bien enlevées,  la situation de l’étudiant ou du travailleur immigré en France, le raisonnement ne vaut cependant que pour les années 80.

Avant çà, c’est une autre histoire. La vision d’apocalypse, de châtiment divin avec son cortège de cataclysmes naturels et prédateurs qui s’abattent sur Dimbokro et le pays tout entier est décrit avec beaucoup de réalisme et le spectacle de fin du monde est aussi annonciateur et accoucheur d’un monde nouveau. Or, c’est cela, les sanglots de l’espoir. La narration du livre utilise une technique comme au cinéma, le flash-back avec toujours cependant un fil conducteur.

Un style agréable, une langue claire et beaucoup d’imagination permettent à Hamidou Dia de ne pas en rester là, et s’il est un regret c’est que certaines parties ne soient pas plus développées, notamment les étapes dans la césure du groupe et la  perception qu’ont pu en avoir les protagonistes. Mais tout cela, c’est de  la matière pour un second roman.

« Les sanglots de l’espoir »· Hamidou Dia· L’Harmattan/ Collection Encre noire-120 pages -1987

Leave a reply