Saint-Louis – mise en œuvre du projet cadastre et sécurisation foncière (procasef) : les journalistes du Nord initiés aux questions foncières pour une meilleure compréhension du projet

0
190

Les journalistes des régions de Saint-Louis, de Louga et de Matam ont  bénéficié hier, mercredi 21 septembre, d’une formation axée sur le foncier, à l’initiative des responsables du Projet Cadastre et Sécurisation Foncière (PROCASEF). L’objectif était de les initier aux questions foncières et de renforcer en même temps leur compréhension sur ledit projet qui vise à accompagner 136 communes du pays à pouvoir mettre en œuvre un système d’information foncière. Il est financé par la Banque mondiale à hauteur de 80 millions de dollars pour une durée de cinq (5) ans.

Ils sont au total 136 communes du Sénégal qui sont ciblées par le Projet Cadastre et Sécurisation Foncière (PROCASEF). Celles-ci sont regroupées dans cinq Grappes à savoir le Grappe du Grand Dakar (20 communes à Dakar et Thiès) ; le Grappe du Grand Bassin Arachidier (26 communes à Fatick et Diourbel) ; le Grappe de la Vallée du Fleuve Sénégal et du Ferlo (37 communes à Saint-Louis, Matam et Louga) ; le Grappe de la Casamance Naturelle (27 communes à Ziguinchor, Kolda et Sédhiou) et le Grappe du Boundou (17 communes à Kédougou et Tambacounda).

Il est attendu de ce projet d’avoir 150 000 ménages (soit environ 1 million de personnes) qui puissent obtenir des titres d’affectation de terres dans les zones rurales et péri-urbaines (dont 1% de femme). C’est dans cette optique qui s’inscrit cet atelier de formation initié par les responsables du PROCASEF au profit  des journalistes de l’axe Nord notamment des régions de Saint-Louis,  Matam et Louga, en vue de renforcer leurs connaissances sur les questions foncières.

«Dans le cadre de la mobilisation de ses parties prenantes, le PROCASEF a mis en place une stratégie de communication qui consiste d’abord à former les hommes des médias pour que sur le terrain, ils puissent être des relais valables en termes de communication, de sensibilisation et de mobilisation des parties prenantes», a rappelé Alain Diouf, expert en Droit foncier, par ailleurs coordonnateur Tech du PROCASEF.

Toutefois, les objectifs dudit projet sont de renforcer la capacité du gouvernement pour la mise en œuvre d’un cadastre à l’échelle nationale et d’améliorer le système d’enregistrement et de formalisation des droits fonciers dans les zones sélectionnées. Il s’agira, entre autre, d’accélérer la sécurisation du foncier rural avec des délibérations sécurisées ; d’asseoir une dématérialisation de la gestion foncière au niveau communal ; de réaliser un cadastre national.

Il compte plusieurs composantes à savoir de renforcer les institutions foncières et d’investir dans les infrastructures géo-spatiales ; d’appuyer les communes soutenues par le PROCASEF pour enregistrer systématiquement les droits fonciers ; de promouvoir le dialogue à long terme, de développer la formation et l’innovation dans le secteur foncier et enfin de gérer le projet proprement dit en assurant la coordination, le suivi, l’évaluation et la gestion des connaissances du programme.

YVES TENDENG 

Leave a reply