Fadel Barro réclame un arsenal juridique pour protéger les lanceurs d’alerte

0
180

La Plateforme de Protection des Lanceurs d’Alerte en Afrique (PPLAAF), a organisé les 5 et 6 Octobre 2021, une Université de l’Hivernage du Lanceur d’Alerte (UHLA), à Dakar afin de diagnostiquer sur la faiblesse notée sur le mécanisme juridique des lanceurs d’Alerte en Afrique.

A la fin de cette rencontre de deux jours à Dakar, qui a vu la participation des lanceurs d’alerte africains, d’avocats, de journalistes d’investigation, pour se pencher sur la question de la protection des lanceurs d’alerte en Afrique, Fadel Barro du mouvement ‘’Y’en a marre’’, non moins Coordonnateur de la PPLAAF,  a lancé une invite au gouvernement sénégalais.

«Je veux dire aux autorités sénégalaises, qu’il faut protéger les lanceurs d’alerte avec une architecture juridique qui répond au temps moderne, d’une part. D’autre part, j’ai envie de dire aux citoyens, que chaque citoyen peut devenir lanceur d’alerte. Le lanceur d’alerte ce n’est pas un métier, mais chacun peut arrêter les nuisances à l’intérêt général. Il suffit de préserver l’intérêt général», a lancé Fadel Barro.

Pour ce ‘’Y’en a marriste’’, les discussions durant ces deux jours ont porté sur «la faiblesse des mécanismes juridiques des lanceurs d’alerte en Afrique, mais aussi de la nécessité de créer un bouclier pour mieux protéger les lanceurs d’alerte». Il n’a pas manqué de tirer un bilan satisfaisant de la rencontre qui, à son avis, a été très «riche» en témoignage.

Ousmane GOUDIABY (Stagiaire)  

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :