24e édition de la fiara : les exposants préoccupés par la faible affluence

0
164

A  seulement deux jours  de la fermeture officielle de la Foire internationale de l’agriculture  et des ressources animales (Fiara) qui se tient au Cices, les visiteurs se font toujours désirer. Une situation qui commence à préoccuper les exposants dont la plupart viennent de la Sous-Région.

Au niveau des stands de la Foire internationale de l’agriculture et des ressources animales (Fiara) qui se tient du 4 au 26 mai, les produits naturels  se font distinguer. Qu’ils soient locaux ou importés de la sous-région, ils sont soigneusement conservés dans des emballages ou bouteilles. Ce sont des céréales, des fruits et légumes transformés artisanalement souvent par des femmes. Le beurre de karité et ses dérivés notamment le savon,  la crème corporelle et l’huile sont bien visibles au niveau des stands. Malgré toute cette richesse étalée à la Fiara, les visiteurs se font  toujours rares à seulement deux jours de la clôture officielle de l’événement. Une situation qui préoccupe les  exposants surtout ceux venus de la sous-région. « Cette année, il n’y a pas eu beaucoup de visiteurs franchement. Parce que lors de la précédent Fidak, il y avait 6 pavillons et tous étaient remplis de monde. Mais pour cette Fiara, on peine à remplir un seul pavillon. Nous demandons aux Sénégalais de venir massivement  voir les produits que nous exposons. Ils sont de meilleures qualités et à bon prix », soutient Moussa Bathily, un exposant venu du Mali. Il vend des produits agro-alimentaires, des thiouf, des colliers … Plus loin, Coumba Samoura tient sa boutique. Cette présidente de l’interprofession karité du Mali qui expose des produits locaux a fait le même constat que son compatriote. « On sent nettement qu’il y a très peu d’affluence à la foire. Nous avons l’impression qu’il n’y a pas eu beaucoup de publicités. Ce qui n’est pas profitable pour nous, parce que nous venons de loin et payons les stands très cher», a-t-elle déploré.  Par ailleurs, elle note des manquements dans  l’organisation de la Fiara pour cette année.« On a participé à plusieurs éditions de la Fiara, mais cette année, c’est un peu particulier. Nous n’apprécions pas  beaucoup l’organisation, parce que nous avons rencontré beaucoup de difficultés. La foire devrait officiellement débuter le 4 mai, mais malheureusement  elle a été officiellement lancée le 11. Du coup, on a enregistré des pertes énormes pour la restauration et autres charges », relève-t-elle. Contrairement à elle, Khady Sène  y trouve son compte. Elle a eu à écouler l’essentiel de sa marchandise composée de chaussures, sacs  et  habillements  pour femmes.

NDEYE AMINATA CISSE

 

Leave a reply