25ème Anniversaire du Dahira Asfiyaha : Un modèle de regroupement au service de la «Hadara» Tidjane

0
156

Les «dahiras sont des club mystiques où se forment les athlètes de la religion». Cette fonction Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy Al Maqtom a attribué à ce type de regroupement religieux, résume à elle seule toute la philosophie du «Dahira» et de tous les cercles religieux qui  voient le jour autour des confréries soufies.

Le «Dahira Asfiyahi», qui vient de boucler ses 25 ans d’existence, constitue un modèle achevé d’engagement, en droite ligne des recommandations de Khalifa Ababacar Sy. Le premier Khalife de El Hadji Malick Sy Mawdo (RTA) avait encouragé, dès les «années 20» (1920), la promotion des «dahiras» dans le but de favoriser des retrouvailles fraternelles et l’entraide entre les disciples.

A l’image de l’un des premiers «dahiras» créé par femmes dakaroises, béni et encouragé par El Hadji Malick Sy, ce modèle de regroupement avait pris une nouvelle dimension. Le «Dahiratoul Abrar» et le «Dahiratoul Kiram», les premières à être créés vers 1927, regroupaient en majorité des agents et cadres de l’administration.

Ils seront à ce titre un exemple éloquent d’engagement au service de la «Hadara» et de la «Ziara» générale lancée à partir de 1930. Ce qui répondait aux orientations et grands principes édictés par Khalifa Ababacar Sy. Il s’agissait de veiller scrupuleusement à l’affermissement de notre foi («sunu Diné»), notre «Tarikha» (confrérie, voie mystique), notre travail et gagne-pain («sunu métier»), de notre regroupement ou cercle d’adeptes («sunu Dahira») et «yoonu Tivaouane» (Tivaouane comme destination et lieux de ressourcement spirituel).

C’est dans cet esprit que s’inscrit le «Dahiratoul Asfiyahi» (de la Jeunesse Tidiane de Dakar -Association Sénégalaise pour la Formation Islamique et l’Action Humanitaire – «Asfiyahi»). L’ambiance et la ferveur qui rythment les caravanes organisées chaque année pour le Gamou de Tivaouane et autres «Ziar» ont été le moteur de la naissance et le dynamisme de ce «Dahira», lancée par un groupe de jeunes de Dakar-Plateau, au beau milieu des «années 90» (1990).

Le besoin de préserver le noble héritage et de susciter chez les jeunes de se regrouper autour d’un idéal basé sur une solide formation islamique et un attachement à la «Hadara» Tidjiane prend forme. Et, à force de persévérance, le «Dahiratou Asfiyahi», portée par un noyau de jeunes dont Pape Khalifa Ndiaye, un des responsables moraux, est porté sur les fonts baptismaux, le 26 octobre 1996. Le mouvement démarre officiellement dans le salon du vénéré Serigne Babacar Sy de la rue Amadou Assane Ndoye (ex-rue Thiers). Il recevra la bénédiction du maître des lieux, Sidy Ahmad Sy Ibn Serigne Babacar Sy. C’est ce guide qui choisit le nom du «Dahira» du Plateau, qui ne tardera pas à agrandir son cercle. Il prend une place prépondérante dans l’espace dakarois.

Au fil des années, «Asfiyahi» trouve l’adhésion d’une part importante de jeunesse particulièrement dakaroise du Plateau, qui y voit un cadre propice devant leur permettre de parfaire les connaissances coraniques ainsi que les rudiments de base de la religion et de la voie de la Tidjania, à travers les causeries et les enseignements délivrés tous les jeudis soirs et de multiples activités. L’une de ses premières actions d’envergure du Dahira Asfiyahi était d’abord de relancer et de revivifier l’école «daara» de la rue Thiers, en lui rendant sa vocation de transmission du savoir à travers son programme Education.

Chemin faisant le Dahira est parvenu, durant ces vingt-cinq (25) dernières années, à mettre en place un programme annuel axé sur les activités religieuses adossées à diverses actions citoyennes. A cet titre, le rendez annuel de la conférence du «dahira», initié depuis 2003 et animé en fin d’année par Serigne Moustapha Sy Al Amine, sera un de ses rendez-vous phares.

Sur le volet humanitaire, on peut aussi citer d’autres œuvres de bienfaisance parmi lesquelles le «ndoggou de solidarité», organisé durant le mois de Ramadan. Outre ses actions, l’organisation islamique de Dakar-Plateau a l’ambition d’innover et de fructifier l’héritage et le legs de la famille d’El Hadji Malick Sy par la création d’un daara agricole et d’un Centre des sciences humaines Khalifa Ababacar Sy. D’ores et déjà, la voix de la «Hadara» est porté haut par le site d’information religieuse «Asfiyahi.org» et par «Asfiyahi TV», chaine de télévision créée sur les flancs du Dahira et qui occupent aujourd’hui une bonne place dans l’espace médiatique sénégalaise.

Omar DIAW

Comments are closed.