Situation financière «difficile» du groupe la poste : Thierno Alassane Sall interpelle Moussa Bocar Thiam

0
1300

Jugeant «plus qu’inquiétante» la situation financière de la société nationale La Poste au regard des derniers états financiers connus, le député non inscrit à l’Assemblée nationale, Thierno Alassane Sall, interpelle le ministre de la Communication, des Télécommunications et de l’Économie numérique, à travers une question orale à lui adressée dont une copie est parvenue à la rédaction de Sud Quotidien hier, mardi 25 octobre.

L’état financier du Groupe La Poste continue de cristalliser les attentions. Cette fois-ci, c’est le député Thierno Alassane Sall qui s’en mêle. Les derniers états financiers publiés révèlent une situation financière «plus qu’inquiétante» du groupe, selon l’élu de la coalition Alternative pour une Assemblée de Rupture (AAR Senegal), qui interpelle ainsi le ministre de la Communication, des Télécommunications et de l’Économie numérique, Moussa Bocar Thiam, à travers une question orale.

L’ingénieur en télécommunications et en aviation civile demande à Moussa Bocar Thiam de répondre aux neuf (9) questions qui suivent : «Quel est le montant exact du déficit de la Société nationale La Poste aujourd’hui ? Quel est le ratio capitaux propres sur capital social ? Depuis quel exercice financier ce ratio est hors des normes en vigueur ? Quel était, à la clôture de l’exercice 2021, le ratio masse salariale sur chiffre d’affaires ? Quelle est l’évolution de ce ratio sur la décennie écoulée ? Quelles sont les mesures envisagées vis-à-vis des différents responsables de cette situation, notamment les directeurs successifs depuis 2012 ? Quelles sont les responsabilités du Conseil d’Administration et des ministères de tutelle technique et financière ? Le nouveau Directeur général de la Société nationale La Poste étant un Inspecteur des Impôts et Domaines, est-il prévu de toucher au patrimoine foncier du Groupe comme cela s’est fait ailleurs ? Pouvez-vous donner des garanties que ce patrimoine foncier ne sera pas aliéné ?»

En outre, le parlementaire non inscrit fait état d’un déficit qui «s’élevait à 77.456.304.398 de francs CFA pour la Poste en 2019, à 8.030.357.203 de francs CFA pour Poste-Finances en 2018 et à 1.287.519.519 de francs CFA pour EMS Sénégal en 2019. À cette date, le capital social du Groupe était de 3.325.000 000 de FCFA. Depuis, la situation de la Société nationale La Poste a empiré.»

«LE GOUVERNEMENT DU SÉNÉGAL N’A PAS ENGAGÉ LES ACTIONS DILIGENTES REQUISES»

Poursuivant son interpellation, dans le document dont Sud Quotidien a reçu une copie hier, mardi 25 octobre, l’ancien ministre de l’Energie et des Energies renouvelables reproche au gouvernement de ne pas agir convenablement face aux difficultés gangrénant le Groupe La Poste. «Il apparaît donc que le gouvernement du Sénégal n’a pas engagé les actions diligentes requises par les « dispositions des articles 664 et suivants de l’acte uniforme de l’OHADA relatif au droit des sociétés commerciales et des GIE auxquelles sont soumises également, les sociétés dans lesquelles l’État ou une autre personne morale de droit public détient une participation, lorsque les capitaux propres sont inférieurs à la moitié, il doit être procédé à leur reconstitution dans un délai de vingt-quatre (24) mois ». Le texte mis en relief est tiré d’un document officiel du ministère des Finances et du Budget, à savoir la Déclaration sur les risques budgétaires 2023», estime Thierno Alassane Sall.

Non sans renseigner : «En lieu et place, des opérations ponctuelles de renflouement du Groupe La Poste par l’État ont été tentées depuis 2017 : un montant de 174.000.000.000 de francs FCFA mobilisé par La Poste dans le cadre de la Convention dettes croisées et une somme de 42.500.000.000 de francs FCFA octroyée entre janvier 2021 et mars 2022. Parce qu’ils traitaient des symptômes plutôt que de s’en prendre aux racines du mal, les effets de ces subventions de l’État ont été annihilés par une gouvernance décriée tant par les partenaires multilatéraux comme le FMI que par le personnel.»

D’ailleurs, l’institution de Breton Woods a, selon la même source, de manière persistante et régulière, dénoncé ces dernières années «une extrême politisation du recrutement qui a fini par hisser la masse salariale largement au-dessus du chiffre d’affaires, le ratio masse salariale sur chiffre d’affaires dépassait déjà les 100% depuis 2016, sans que rien ne fût entrepris pour arrêter ce suicide économique, des investissements tout aussi hasardeux, des usages largement abusifs pouvant constituer des détournements d’objectifs du patrimoine et des agents de La Poste, en particulier de son matériel roulant.»

PAPA MOUSSA CAMARA (STAGIAIRE)

 

Leave a reply