Augustin Senghor, président de la fsf : «La première étape est de sortir des poules»

0
206

«Qatar sonne comme Dakar, parce que c’est à Dakar que ça (remise du drapeau, Ndlr) se faisait traditionnellement au Palais de la République. Ici, nous sommes dans le palais des Lions du Sénégal à Doha. Nous avons le plaisir d’accueillir notre capitaine qui est Macky Sall, à 24 heures de notre premier match (cet après-midi) dans cette Coupe du monde qui fait partie des premières sous l’ère de notre président Macky Sall. Avec lui, pendant tout son mandat, s’est ouvert une ère des premières de notre football et de notre équipe nationale. Et la question qui doit se poser est : quelle première nous aurons pour cette édition ? L’objectif est de continuer à retourner ce que vous donnez M. le président. Jamais un chef d’Etat n’a accompagné autant le football. Pas plus tard qu’hier (samedi), il nous a démontré la preuve. Vers minuit, il nous a appelés pour aider à trouver des solutions (le cas Ismail Jakobs). Nous le considérons comme notre président de Fédération par sa proximité. Hier (samedi), il a eu un mot qui m’a fait chaud au cœur et qui nous motiver : «pourquoi vous ne m’avez pas informé ?».

C’est pour vous dire tout simplement, que dans les moments difficiles, quand c’est compliqué, le fait de le voir à nos côtés nous galvanise. Le meilleur merci est de continuer à faire ce que nos Lions savent toujours faire, c’est-à-dire parler peu et bien agir sur le terrain, continuer à gagner au nom de Wanko Wutti Ndamli. Nous n’avons peur de rien. Nous sommes touchés, c’est vrai, parce que Sadio Mané n’est pas là, mais nous ferons le travail comme il avait l’habitude de le faire. Nous pouvons compter sur ces Lions valeureux pour que chacun d’entre eux puisse se voir comme un Sadio Mané sur le terrain. Nous avons eu la chance d’avoir un staff technique, un encadrement qui travaille bien avec à sa tête le caoch Aliou Cossé qui est en train de montrer à la face du monde des valeurs de travail et d’expertise, d’endurance et de résilience. Comme en début de l’année à la CAN, nous avions eu beaucoup de difficultés au départ, mais nous avons confiance en ce groupe. Nous transformerons ce qui semble être un handicap au début en atout pour aller vers la victoire. On peut avoir les ambitions les plus folles tout en restant humble. La première étape est de sortir des poules».

Augustin Senghor sur le cas Ismaïl Jakobs

«Moussa Ndiaye remplacement Sadio Mané»

«C’est un problème administratif, on est en train d’y travailler en toute sérénité. J’ai appris dans la presse qu’il a été remplacé par Moussa Ndiaye. Ce dernier a été appelé pour remplacer numériquement Sadio Mané. Sur le cas Ismail Jakobs, il y avait quelque chose à rectifier dans le dossier, on attend les conclusions de la FIFA. On a conclu pour lui. Même s’il ne devrait pas prendre part au premier match, il devrait être apte pour le 2ème».

De Nos Envoyés Spéciaux à Doha (QATAR) : Abdoulaye THIAM et Khalifa Ababacar GUEYE

 

Leave a reply