Protocole d’accord entre le gouvernement et les syndicats d’enseignants, lancement des classes préparatoires aux grandes écoles, inauguration de l’université amadou Mahtar Mbow : quand étudier devient un casse-tête

0
840

Exit 2022 ! 2023 arrive avec son lot d’espoir, d’attente et de crainte. Un petit regard dans le rétroviseur nous replonge dans des protocoles d’accord entre le gouvernement et les syndicats d’enseignants en passant par le lancement des classes préparatoires aux grandes écoles jusqu’à l’inauguration de l’université Amadou Mahtar Mbow.

La signature du protocole d’accord entre le gouvernement et les syndicats d’enseignants fait partie des temps forts de l’année 2022. Après trois mois de grève pour exiger la matérialisation des engagements de l’Etat, un accord portant principalement sur le relèvement de la rémunération des personnels de l’éducation et de la formation et sur la revalorisation du régime indemnitaire de fonctions dirigeantes et administratives avait été trouvé le 26 février. Ce qui avait permis la levée des mots d’ordre de grève qui avaient fini par pousser élèves et parents d’organiser des marches pour manifester leur ras-le-bol et exiger la reprise des cours.

L’année 2022 est aussi marquée par le lancement des classes préparatoires aux grandes écoles le 26 octobre dernier. Implantées sur le site de l’Ecole polytechnique de Thiès en attendant la fin des travaux, les classes préparatoires devront permettre aux élèves de rester au Sénégal et d’accéder aux écoles d’ingénieurs. « Nous visons un triple objectif. D’abord, il s’agit de renforcer et de diversifier l’offre pédagogique de notre système éducatif, ensuite donner l’option à nos brillants bacheliers de poursuivre leurs études dans leurs propres milieux sociaux affectifs avec les standards de qualité requis en réduisant les risques de déperdition liés aux études à l’étranger d’autant plus que pour la plupart des jeunes bacheliers », avait déclaré le Président de la République, Macky Sall. 50 élèves sélectionnés parmi 500 candidats vont ainsi passer deux années de formation dans les filières scientifiques (Mathématiques, Physique, Sciences l’ingénieur).

Le système éducatif sénégalais a également honorée en 2022. En effet, l’université Cheikh Anta Diop de Dakar est classée première université en Afrique francophone, selon le classement Eduranking ; elle occupe la 28ème place sur le continent. Il s’agit d’un classement indépendant basé sur une évaluation de plus de 14 mille universités de 183 pays. L’inauguration de l’université Amadou Mahtar Mbow de Diamniadio le 1er décembre dernier fait partie des faits saillants dans le domaine de l’éducation de l’année écoulée. L’établissement est la deuxième université publique de Dakar, après l’université Cheikh Anta Diop. « Notre pays franchit aujourd’hui une autre étape qualitative de sa marche résolue vers le Sénégal émergent. Alors vous avez donc, chers étudiants, un encadrement de qualité, soyez des apprenants de qualité », avait dit Macky Sall. 2022, c’est aussi l’annonce de réservation de 20% du fonds de dotation dédié à l’éducation aux Daaras lors de la rencontre entre le Président de la République et  la communauté des Daaras le 28 novembre dernier au Centre international de conférences Abdou Diouf. Le fonds étant arrêté à 33 milliards de FCFA, 20% correspond à 6,6milliards de F CFA.

Mariame DJIGO

 

Leave a reply