40725 en 2020 et 42880 interventions en 2022 : les interventions de la Brigade Nationale des Sapeurs-pompiers en chiffres

0
334

Célébrée chaque 1er mars, depuis 1990, partout dans le monde, la Journée mondiale de la Protection civile vise à l’élaboration de conditions favorables à un développement durable face aux risques et aux effets des  catastrophes, qu’elles soient d’origine naturelle ou anthropique.

Au Sénégal, Yeumbeul-Nord, dans la banlieue dakaroise, a accueilli les activités de cette journée, dont le thème est «Le rôle des technologies de l’information dans l’évolution des risques», est la traduction de la volonté des Etats de mettre en place des cadres et des mécanismes leur permettant d’assurer la sécurité des personnes et leurs biens. Elle est également l’occasion de mobiliser, autour des risques et catastrophes,  les principaux acteurs que sont les populations, à travers des mécanismes que sont l’information et la sensibilisation, pour une bonne prévention et préparation, gage d’une meilleure résilience face aux catastrophes de nature humaine.

A en croire le directeur de cabinet Cheikh Sadbou Diop, qui a représenté le ministre de l’Intérieur, notre pays a été impacté par le fléau de la Covid et d’autres catastrophes.  «A côté de cette catastrophe, les inondations récurrentes, les maladies hémorragiques et les autre infections virales et les incendies, les accidents de la circulation ainsi que les naufrages d’embarcation, entre autres, ont considérablement éprouvé les mécanismes nationaux de réponse», a soutenu M. Diop Pour lui la cérémonie est un prétexte pour présenter les activités durant ces trois derniers années. «La Direction de la prévention civile (DPC)  a vu ses activités de prévention, de préparation d’études évoluées et de contrôlées, du simple au double, passant de 281 en 2020 à 445 en 2021, puis à 710 en 2022. Les détails de ses activités dont la finalité est de protéger nos concitoyens contre les accidents de toutes natures montrent, sur les 3 dernières années, 2704 études de dossiers de permis de construire, 905 paratonnerres installés sur l’ensemble du territoire national ainsi que des séances de sensibilisations sur les accidents domestiques, de noyade et ceux dus à la foudre et la Covid-19», a listé M. Diop qui enchaine avec les interventions de la Brigade nationale des Sapeurs-pompiers (BNSP)

«Des efforts substantiels sont consentis par l’Etat pour une évolution de la BNSP, pour lui permettre d’être efficace à travers un meilleur maillage mais aussi un plan massif de réalisation d’équipements et de matériels et de recrutement de personnel… Les activités de la BNSP qui regroupe le total des visites de sécurité et les secours aux populations à travers la lutte contre les incendies, les assistances à personnes sont passées de 40755 interventions en 2020 à 42889 interventions en 2022», a expliqué ce dernier.

Revenant sur le thème, le représentant du ministre dira «Compte tenu des enjeux et des défis, l’accent sera mis sur la prévention voire la réduction des risques et catastrophes. A ce sujet, notre pays s’est résolument inscrit dans cette dynamique avec l’ANACIM qui fournit régulièrement des informations utiles aux populations et aux pouvoirs publics. Et la prochaine étape est de mettre en place, dans les meilleurs délais, un dispositif national d’alerte précoce multirisque», a-t-il conclu.

Moussa THIAM

Leave a reply