4eme édition des journées de l’agroécologie : la dynamique enclenchée pour la mise à l’échelle

0
291

Les acteurs de la transition agro-écologique souhaitent un passage à l’échelle, après des expériences réunies dans le Sénégal Oriental et au Nord. La dynamique pour une transition écologique au Sénégal était en conclave pendant trois jours au Lac Rose.

En direction de la quatrième édition des journées de l’agro-écologie, la dynamique pour une transition écologique au Sénégal (DyTAES) se prépare à la mise à l’échelle de ce mode de production agricole, pour une agriculture durable et résiliente aux changements climatiques. Les acteurs de la DyTAEs étaient en conclave pendant trois jours au Lac Rose. Une rencontre qui a permis aux acteurs de procéder à une évaluation et un partage d’expériences sur différentes initiatives mises en œuvre dans le domaine.  A la lumière des résultats encourageants, les acteurs estiment que l’agro-écologie apparaît comme une réponse pertinente à la problématique d’adaptation agricole au Sahel, notamment en matière de gestion de l’eau, de préservation du sol contre l’érosion ou de gestion de la fertilité́ des sols. Toutefois, l’agro-écologie continue de souffrir d’un manque d’engagement des politiques et d’un déficit de capitalisation et de validation scientifique de ses résultats obtenus, et surtout d’analyse des facteurs et freins au développement et au succès des pratiques. Dans ce cadre, un projet appelé AVACLIM (une voie d’adaptation au changement climatique dans les zones sèches) est mis en œuvre dans 7 pays (Afrique du Sud, Brésil, Burkina Faso, Ethiopie, Inde, Maroc, Sénégal) pour un déploiement facile de la transition agro écologique dans ces régions. Au Sénégal, ce projet est mis en œuvre dans le cadre de la Dynamique pour une Transition Agro-écologique au Sénégal (DyTAES) avec deux champs d’expérimentation à SARE BOUBOU (Région de Tamba) et la Ferme de Nguélack avec l’appui de l’IRD, de l’ISRA et d’Enda Pronat. Des résultats probants ont été enregistrés et feront l’objet d’une validation scientifique avant d’être utilisés dans le cadre du plaidoyer, auprès des autorités, pour le passage à l’échelle de l’agro-écologie.

D’ores et déjà, l’Etat à travers le ministère de l’Agriculture s’engage à accorder une assiette foncière plus large pour cette forme d’agriculture. C’est ce qu’a fait savoir le représentant du ministère à l’atelier. Les sols dégradés déjà récupérés seront consacrés désormais à la transition écologique. « Nous avons mis ce qu’on appelle le cadre national d’investissement stratégique pour la gestion durable des terres qui a pour objectif de restaurer toutes les terres dégradées et mettre en place des formules d’intensification agricole », a dit Ibrahima Khalil Sabaly de la Direction de l’agriculture. Pour rappel, les journées de l’agro-écologie se tiendront du 6 au 16 février 2023 dans les six zones éco-géographiques du Sénégal.

WORE NDOYE

Leave a reply