Mort de Wolfgang Schäuble, le ministre allemand qui voulait tordre le bras de l’Europe

0
348

L’ancien ministre des finances allemand s’est éteint à 81 ans ce 26 décembre. Pour beaucoup parmi les européistes béats, Wolfgang Schäuble incarne l’Union européenne et ses principes. En revanche, pour d’autres, il symbolise l’« Europe allemande » et son intangible austérité budgétaire, qu’il a voulu appliquer à tout prix… au mépris de la volonté et des intérêts populaires.

En Allemagne, on l’a flanqué du surnom de « Père la rigueur ». En Europe du sud, il laisse une réputation plus amère encore. L’ancien ministre des finances allemand entre 2009 et 2017, Wolfgang Schäuble, est mort ce 26 décembre, a annoncé la presse d’Outre-Rhin le 27 décembre. Connu chez nos voisins germaniques depuis plus d’un demi-siècle – élu au Bundestag entre 1972 et 2023 ! – il s’est fait un nom au-delà de ses frontières au début des années 2010. Et comment ! Il s’est distingué par une abnégation économique délétère, notamment au cours de la crise budgétaire grecque en 2015.

En janvier de cette année-là, la coalition Syriza, alors de gauche radicale et élue sur un programme interventionniste et populaire, arrive au pouvoir. La confrontation entre Wolfgang Schäuble et Yanis Varoufakis, le ministre des finances hellène, est rude. L’Allemand ne veut rien lâcher : il est même prêt à éjecter la Grèce de la zone euro pour préserver sa « stabilité ». De cet homme d’État allemand, c’est d’ailleurs les Grecs eux-mêmes qui sans doute en parlent le mieux. À l’instar du réalisateur Costa-Gavras et son film Adults in the room (2019) qui dépeint avec brio la tragédie économique grecque et la débandade de Syriza au pouvoir face à la troïka européenne… et à celui que l’on reconnaît dans le film par sa rigidité néolibérale et son fauteuil roulant.

CONTINUITÉ LIBÉRALE ALLEMANDE

Le 12 octobre 1990, deux balles fauchent Wolfgang Schäuble au cours d’un meeting politique. Cet attentat commis par une personne souffrant de troubles psychiatriques et qui le vise directement, lui sectionne la moelle épinière, le laissant paraplégique. Le drame n’entrave pas sa vie politique, déjà bien lancée. Parlementaire depuis 18 ans, il a déjà été coordinateur du groupe de la CDU/CSU – l’alliance de droite démocrate-chrétienne historique – entre 1981 et 1984 et a intégré le gouvernement 3 ans plus tard. Pas à n’importe quelle poste : l’un des plus importants, celui de ministre fédéral avec attributions spéciales et directeur de la chancellerie fédérale, directement sous les ordres du n° 1 du gouvernement, Helmut Kohl. Celui-là même avec qui François Mitterrand s’est engouffré dans la mal nommée « construction » européenne. En 1990, un mois avant l’attentat qui le prendra pour cible, Wolfgang Schäuble signe même la réunification de l’Allemagne pour le compte de la partie ouest, la RFA. Entre 1989 et 1991, il est ministre de l’Intérieur, occupant ce rôle entre 1989 et 1991.

CONTINUITÉ LIBÉRALE ALLEMANDE

Le 12 octobre 1990, deux balles fauchent Wolfgang Schäuble au cours d’un meeting politique. Cet attentat commis par une personne souffrant de troubles psychiatriques et qui le vise directement, lui sectionne la moelle épinière, le laissant paraplégique. Le drame n’entrave pas sa vie politique, déjà bien lancée. Parlementaire depuis 18 ans, il a déjà été coordinateur du groupe de la CDU/CSU – l’alliance de droite démocrate-chrétienne historique – entre 1981 et 1984 et a intégré le gouvernement 3 ans plus tard. Pas à n’importe quelle poste : l’un des plus importants, celui de ministre fédéral avec attributions spéciales et directeur de la chancellerie fédérale, directement sous les ordres du n° 1 du gouvernement, Helmut Kohl. Celui-là même avec qui François Mitterrand s’est engouffré dans la mal nommée « construction » européenne. En 1990, un mois avant l’attentat qui le prendra pour cible, Wolfgang Schäuble signe même la réunification de l’Allemagne pour le compte de la partie ouest, la RFA. Entre 1989 et 1991, il est ministre de l’Intérieur, occupant ce rôle entre 1989 et 1991.

A LIRE AUSSI : Règles budgétaires de l’UE : comment la France a reculé face à l’Allemagne

Wolfgang Schäuble est aussi le symbole d’une continuité libérale allemande, président de la CDU entre 1998 et 2000, successeur d’Helmut Kohl et prédécesseur d’Angela Merkel, dont il aura été ministre pendant douze ans. Son premier portefeuille sous la chancellerie de cette dernière, entre 2005 et 2009, est encore l’Intérieur. Avant d’être économique, la rigueur a donc été civile. À ce poste régalien, Wolfgang Schäuble se démarque par une main de fer, en particulier dans le contre-terrorisme. Interdiction aux suspects de détenir un téléphone (portable et fixe), détention de sûreté, création d’un « Guantanamo allemand » et réflexions sur des exécutions extrajudiciaires : autant d’idées émises par l’homme et critiquées par une partie de la population. En 2007, une campagne de presse associative est lancée à son encontre. Elle est pour le moins ironique et s’intitule « Stasi 2.0 », en référence à la police secrète de la RFA… l’Allemagne de l’Est, « communiste », une « idéologie » contre laquelle il s’est pourtant toujours érigé.

AUTOPSIE D’UN ORDOLIBÉRAL

Quelques années plus tard, tenant les « cordons de la Bourse » allemands, il se fait inflexible sur le plan budgétaire, d’abord en Allemagne. Il faut croire que ça plaît, le Père la rigueur recueillant alors 72 % d’opinions favorables. Une popularité qui s’explique, alors, bien : l’économie allemande repose, entre autres, sur une faible inflation pour préserver l’épargne-retraite d’une population vieillissante.

Et cette fermeté économique s’impose donc aussi au niveau européen. Au moment de la crise grecque, il s’oppose à tout allègement de la dette grecque, les méprisant – « nous ne pouvons avoir confiance dans [leurs] promesses » – et requérant toujours plus de privatisations pesant des dizaines de milliards d’euros. À rebours des choix du peuple antique.

À notre égard non plus, Wolfgang Schäuble n’est pas des plus tendres. « La France serait contente que quelqu’un force le Parlement, mais c’est difficile, c’est la démocratie », déclare-t-il en 2015. Et d’ajouter : « Si vous en parlez avec mes amis français, que ce soit Michel Sapin ou Emmanuel Macron, ils ont de longues histoires à raconter sur la difficulté à convaincre l’opinion publique et le Parlement de la nécessité de réformes du marché du travail. » On connaît la suite : lois Travail, injustices fiscales et austérité budgétaire. En 2017, il appelle à voter Emmanuel Macron. « Y aurait-il donc des ingérences qui sont condamnables et d’autres qui sont acceptables ? », s’interrogeait Marianne à l’époque.

Vissé à son siège (politique), il poursuit sa carrière en devenant président du Bundestag de 2017 à 2021. Entre-temps, en 2018 au congrès de la CDU, il soutient Friedrich Merz, un homme d’affaires. Une fin de règne refermée par un soutien au monde de l’argent, dont le mur existe toujours pour freiner la souveraineté nationale.

Leave a reply