75 ans de l’OMS : Dakar invite à repenser l’architecture internationale de la santé

0
155

(APS) – Le 75ème anniversaire de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) constitue une opportunité de repenser l’architecture internationale de la santé, a estimé mercredi à Genève (Suisse) Dr Marie Khémess Ngom Ndiaye, la ministre sénégalaise de la Santé et de l’Action sociale.

‘’Le 75ème anniversaire de l’OMS nous donne ainsi l’occasion de repenser l’architecture internationale de la santé, notamment dans le cadre de la lutte contre les pandémies’’, a souligné Mme Ndiaye.

Elle intervenait dans le cadre du débat général à la 76ème assemblée mondiale de la santé qui se tient à Genève depuis le 21 mai. Elle se poursuit jusqu’au 31 mai dans la capitale hélvète.

‘’S’il est vrai que des avancées décisives ont été réalisées dans l’amélioration de la santé des peuples, il convient de reconnaitre que des défis énormes se posent encore de nos jours’’, a relevé la cheffe de la délégation sénégalaise à cette rencontre internationale.

« Les urgences de santé publiques continuent de peser sur nos Etats membres. Les systèmes de santé, même les plus résilients, ont été fortement éprouvés par la pandémie de Covid 19’’, a fait remarquer Dr Marie Khémesse Ngom Ndiaye.

Elle a souligné que des millions d’enfants n’ont pas accès aux vaccins infantiles de base dans le cadre des services de santé de routine.  »En plus l’accès aux vaccins (…) constitue, hélas un luxe pour des populations qui sont ainsi exposées à certaines maladies’’, a regretté l’ancienne directrice de la Santé.

Devant un panel d’experts et de personnalités diverses, la ministre sénégalaise de la Santé a fait part de l’engagement du Sénégal  »dans les discussions en cours, pour l’adoption d’un instrument international de l’OMS pour la préparation et la riposte aux pandémies, de même que le renforcement du Règlement sanitaire international’’.

En ce qui concerne la lutte contre les épidémies, elle a précisé que ‘’le Règlement sanitaire international (2005) a renforcé les capacités des Etats membres affectés à faire face à ces fléaux’’.

‘’Mon pays estime que ces deux processus doivent accorder une priorité à l’équité, notamment dans l’accès aux vaccins et dispositifs médicaux, le transfert de technologie et le partage de connaissance’’ a affirmé la ministre.

« Des populations entières ont été sauvées de la cécité des rivières, et d’autres maladies tropicales négligées comme la dracunculose, leur permettant ainsi d’entrevoir l’avenir avec beaucoup d’optimisme’’, a signalé Dr Ndiaye.

Elle a rappelé que les actions de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme ont permis de réduire fortement la vulnérabilité des populations, notamment les moins nanties.

« Des millions de vies ont été sauvées, des handicaps évités, des femmes enceintes protégées, et des millions d’enfants immunisés grâce à la vaccination’’ a fait valoir l’officielle sénégalaise dans la déclaration du  Sénégal à la 76ème assemblée de l’OMS.

Elle a réaffirmé la poursuite « des efforts par Dakar dans l’atteinte de la couverture sanitaire universelle, à travers l’Agence de la Couverture maladie universelle, la réduction des maladies non transmissibles, notamment le cancer du col de l’utérus, la lutte contre la mortalité infantile dont le taux a sensiblement baissé ces dernières années’’.

De même, la ministre de la santé a rappelé les « actions  menées dans la cadre de la lutte contre le paludisme, avec une baisse des cas graves, entre 2016 et 2020, de l’ordre de 48, 6% et du nombre de décès liés au paludisme pour 29,1% ».

« Actuellement, le Sénégal est en phase de finalisation de son dossier de certification pour l’élimination du trachome et de l’onchocercose’’, a-t-elle assuré devant l’Assemblée de l’Organisation mondiale de la santé.

Selon elle, après 75 ans l’OMS demeure une « institution essentielle à la promotion de la santé et du bien-être dans le monde ».

Leave a reply