Morts de manifestants à Dakar et Ziguinchor : Seydi Gassama exige du parquet une autopsie des corps

0
641

Seydi Gassama exige du parquet de Dakar et de Ziguinchor pour qu’une autopsie soit faite sur les corps des personnes décédées hier, à l’occasion de la manifestation interdite de l’opposition. Il soutient que l’autopsie est la première étape de la vérité. Par ailleurs, le directeur exécutif de Amnesty international section Sénégal demande la libération immédiate et sans condition des leaders de l’opposition. Il s’exprimait sur les ondes de Sud FM (radio privée).

Seydi Gassama recommande du procureur de Dakar et de Ziguinchor de faire une autopsie sur les corps des personnes décédées lors de la manifestation interdite de Yewwi. Prenant l’exemple des personnes décédées au mois de mars 2021, pour lesquels le type de mort avait été établi  par des médecins généralistes, il exige qu’un médecin compétent soit diligenté pour effectuer l’autopsie.

« Nous demandons que les corps des personnes décédées soient autopsiés parce qu’au mois de mars 2021 malheureusement, parmi les personnes qui sont décédées, beaucoup n’ont pas été autopsiées par un médecin compétent. C’est des médecins généralistes, à la demande du procureur, qui ont constaté le décès et ont remis les corps aux familles pour l’inhumation. L’autopsie est la première étape de la vérité et le fait de remettre le corps sans autopsie montre déjà la volonté du parquet de ne pas faire la lumière sur ces cas. Et donc, nous interpellons directement le procureur de Dakar et celui de Ziguinchor, pour leur dire qu’il n’est pas question que des corps soient remis aux familles sans qu’il y ait autopsie. C’est une exigence et il faut que l’autopsie ait lieu », tonne-t-il sur les ondes de Sud Fm.

Par ailleurs, le directeur exécutif d’Amnesty international section Sénégal demandera la libération immédiate et sans conditions des détenus politiques et tous les leaders de l’opposition.

« Nous demandons la libération immédiate et sans condition de Mame Diarra Fam, de Déthie fall, Ameth Aidara et tous les leaders de l’opposition qui ont été arrêtés, qui sont des gens qui exerçaient leur droit constitutionnel de manifester de façon pacifique. C’est un droit garanti par la constitution, garanti par les traités internationaux. Et dans aucun État démocratique on n’arrête des personnes qui manifestent pacifiquement. Donc, nous demandons qu’ils soient libérés immédiatement et nous disons au parquet que nous n’accepterons pas qu’on fabrique d’autres charges pour pouvoir les maintenir en détention », a soutenu M. Gassama.

Ousmane Goudiaby (stagiaire)

Leave a reply