(Vidéo) Absence de sanctions : l’exemple de la Lonase et du Coud

0
266

Créées respectivement par la loi N°66-23 du 1er février 1966 et la Loi n° 1987/43 du 23 décembre 1987, le Centre des Œuvres Universitaires de Dakar et la Loterie Nationale Sénégalaise se sont tristement rendues célèbres à causes des différents scandales de gestion relevés par des corps de contrôles. De l’Inspection générale d’Etat (Ige) à l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac) en passant par les rapports de l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP) et de la Cours des comptes, tous ces organes ont épinglé la gestion de beaucoup de directeurs généraux qui se sont succédés à la tête de ces structures, sans que cela n’aboutisse à des sanctions pénales. Sudquotidien.sn, en collaboration avec OSIWA, pointe du doigt deux structures de l’État qui incarnent par essence l’impunité et la mal gouvernance au Sénégal. Extrait de la vidéo.

Lien de l’intégralité de la vidéo : Absence de sanctions : l’exemple de la Lonase et du Coud

Pour ce qui est de la Lonase, on peut citer le rapport de la Cour des comptes pour l’année 2002-2003 qui a épinglé la gestion de l’ancien Directeur de cabinet du président Sall. Abdoul Aziz Tall (1997 à 2000) auteur de malversations portant sur 422, 60 millions dépensés dans l’achat de « billets pour le pèlerinage à la Mecque sans autorisation budgétaire, pour des bénéficiaires inconnus. Dans un rapport remis au chef de l’Etat en 2013 portant sur la vérification administrative et financière de la LONASE, l’Inspection Générale d’Etat (IGE) a révélé des détournements de deniers publics sous le magistère de l’ancien Directeur général, Baïla Wane (Mars 2006-Décembre 2010) portant sur des montants supérieurs à trois (3) milliards de FCFA.

Auparavant, c’est l’Armp qui a relevé dans son rapport d’audit sur la période 2010 et rendu public en 2012, des faits de surfacturation de l’ordre de 978 173 794 F Cfa dans la gestion de Baïla Wane. Démis de ses fonctions par le régime du président Wade, il sera arrêté par la suite avant d’être placé sous mandat de dépôt. Mais, en la faveur de l’arrivé au pouvoir de l’actuel chef de l’Etat, il a été par la suite libéré avant d’obtenir un non-lieu suivi d’une nomination comme ministre conseiller du président de la République, après son adhésion au parti au pouvoir, l’Alliance pour la République.

Le COUD (Centre des Œuvres Universitaires de Dakar)

De même que la Lonase, l’histoire du Centre des Œuvres Universitaires de Dakar (Coud) a été marqué par plusieurs scandales de gestion, depuis sa création en 1966. Le dernier date de 2017 sous le magistère de l’actuel ministre de l’Enseignement, de la recherche et de l’innovation, Cheikh Oumar Anne qui a été à la tête du Coud du 31 Juillet 2014 à sa nomination en avril 2019. Dans leur édition du Lundi 4 septembre 2017, nos confrères de Libération qui cite le rapport d’exécution budgétaire des établissements publics, des agences et structures administratives similaires ou assimilé en date du 31 mars 2017, ont révélé qu’une ardoise de 10 milliards de F Cfa a été découverte au Coud.

Loin de s’en tenir là, Libération a également fait état de la consommation à un temps record de trois mois de la dotation réservée à la prise en charge des dépenses de personnel estimées à 1 765 292 559 francs CFA. L’éclatement de ce nouveau scandale intervient moins de deux après la publication du rapport 2014-2015 de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac) qui a épinglé la gestion du même Cheikh Oumar Anne à la tête du Coud. En effet, selon les enquêteurs de l’Ofnac,, le Directeur du Coud, a accordé pas moins de 454 millions FCFA de subventions « irrégulières » entre 2014 et 2015. Cependant, nonobstant ces accusations, Cheikh Oumar Anne va obtenir de la part de l’actuel chef de l’Etat une promotion avec à la clé une nomination dans le gouvernement en avril 2019. Des accusations que le mis en cause a toujours réfuté non sans menacer de porter l’affaire devant les juridictions compétentes.

Il faut souligner toutefois que les cas supposés de malversations au Coud n’ont pas commencé avec Cheikh Oumar Anne. Certains de ses prédécesseurs ont été également pris la main dans le sac de la mal gouvernance des ressources de cet établissement public. Il s’agit entre autres de Sitor Ndour et son prédécesseur, Ibrahima Guèye dit « Iba Gueye) rappelé à Dieu en 2016 pour ne citer que ceux-là. Tous deux, ont laissé beaucoup de casserole au Coud sans jamais être inquiété par la justice. Conséquence, aux yeux de beaucoup de sénégalais, le Centre des Œuvres Universitaires de Dakar et la Loterie nationale sénégalaise sont l’incarnation de la mauvaise gestion et de l’impunité totale au Sénégal.

Nando Cabral GOMIS

Leave a reply