A Dubaï, le paradis fiscal des biens mal acquis africains

0
382

Une fuite de données révèle l’ampleur du patrimoine immobilier détenu par les proches de nombreux chefs d’État africains dans cette oasis du Golfe. Des villas de luxe, des gratte-ciel huppés, des biens dont la valeur atteint des dizaines de millions

(SenePlus) – L’enquête « Dubai Unlocked » menée par Le Monde a révélé une fuite de données confidentielle exposant le patrimoine immobilier substantiel détenu par les proches de nombreux chefs d’État africains dans l’émirat de Dubaï. Ces acquisitions de biens de luxe, souvent en décalage avec leurs fonctions officielles, soulèvent des interrogations sur l’origine douteuse des fonds utilisés.

Au Gabon, l’influente Marie-Madeleine Mborantsuo, ex-présidente de la Cour constitutionnelle, fait l’objet d’une enquête française pour « blanchiment de détournement de fonds publics ». Selon Le Monde, « 3M » et ses enfants auraient dépensé près de 6 millions d’euros en 2013 pour acquérir plusieurs propriétés à Dubaï.

En Guinée équatoriale, les fils du président Teodoro Obiang, Pastor et Teodorin, ainsi que le beau-frère Candido Nsue Okomo, disposent d’un riche patrimoine immobilier à Dubaï, évalué à plus de 14 millions d’euros pour ce dernier. Une enquête espagnole soupçonne M. Nsue Okomo de blanchiment dans une affaire de corruption.

Au Congo-Brazzaville, la belle-fille de Denis Sassou-Nguesso, Nathalie Boumba-Pembe, a acheté une villa de 3,5 millions d’euros en 2018. Son mari, le puissant ministre Denis Christel Sassou-Nguesso, surnommé « Kiki le pétrolier », est soupçonné de détournements liés à la société pétrolière nationale. Le ministre de l’Intérieur Raymond Zéphirin Mboulou a également investi plus de 5 millions d’euros dans l’immobilier dubaïote.

Au Tchad, l’ex-beau-frère du président Idriss Déby, Mahamat Hissein Bourma, a acquis des biens d’une valeur de 14 millions d’euros à Dubaï, coïncidant avec des acquisitions suspectes au Canada. Incarcéré, il dénonce d’autres hauts responsables propriétaires à Dubaï.

L’angolaise Isabel Dos Santos, fille de l’ancien président et première milliardaire africaine, confirme avoir acheté un appartement à Dubaï il y a plus de 10 ans. Accusée de corruption, elle vit désormais dans l’émirat sous le coup d’un mandat d’arrêt international.

Pour les ONG, Dubaï sert de « base arrière » pour ces personnalités cherchant à contourner les réglementations européennes sur les biens mal acquis, grâce à un cadre juridique plus laxiste. La lutte contre ces pratiques reste un défi majeur malgré les progrès réalisés.

Leave a reply