A la frontière avec l’Egypte, des familles soudanaises se heurtent à moult difficultés alors qu’elles tentent de se mettre à l’abri des combats qui font rage dans leur pays depuis plus d’un mois. Ces chauffeurs de bus soudanais observent un repos sur le parking du village égyptien de Wadi Karkar, près de la ville méridionale d’Assouan. Ils ont transporté des soudanais fuyant la guerre qui fait rage dans leur pays depuis plus d’un mois. Plusieurs famille peinent pas à franchir la frontière en raison de nombreuses contraintes. « Je rassemble actuellement les Soudanais qui ont été déplacés de Khartoum et qui se sont échappés vers le nord. Au début de la guerre, nous les avons accueillis dans le nord (les régions du nord du Soudan) et maintenant nous les transportons à Assouan », raconte Abdullah Saber, chauffeur de bus soudanais. Hassan Abdul Raheem, chauffeur de bus soudanais abonde dans le même sens. « La situation est vraiment mauvaise parce qu’il n’y a pas de passeports ou de visas. Les gens sont fatigués et coincés à Halfa (ville frontalière de Wadi Halfa). Il n’y a pas de bus. Cela fait 15 jours que nous faisons ce voyage (du Soudan à l’Égypte). » Depuis le début des combats, le 15 avril, entre les forces de deux généraux rivaux, plus de 132 000 réfugiés sont arrivés en Égypte, a déclaré mercredi l’Organisation internationale pour les migrations. « Il y a plus d’un million de personnes déplacées à l’intérieur du Soudan et aux frontières extérieures du pays. S’il n’y a pas un cessez-le-feu immédiat et une cessation de la violence et des hostilités, la situation risque de devenir très sombre pour la population. », alerte Carlos Cruz, chef de la mission de l’Organisation internationale pour les migrations en Egypte. L’exode des soudanais sur cette route est loin de prendre fin. Les généraux Burhane et Daglo peinent encore à enterrer la hache de guerre. Le cessez-le-feu entré en vigueur lundi soir par exemple est violé depuis.

0
585

(APS) – Paul Ejimé, expert en communication et spécialiste des relations internationales, a invité les parties prenantes des élections dans la région ouest-africaine à davantage œuvrer pour des processus électoraux transparents afin de garantir la stabilité politique dans l’espace communautaire.

‘’Les gouvernements des Etats membres de la CEDEAO doivent œuvrer à l’amélioration des processus devant mener à des élections libres, justes et transparentes dans la région’’, a-t-il notamment déclaré.

Intervenant lors d’une conférence internationale consacrée dans la capitale gambienne aux changements anticonstitutionnels, Paul Ejimé, a insisté sur le fait que l’élection constituait une entreprise multipartite qui exige que chaque acteur joue efficacement son rôle.

‘’Il est important de noter que les parties prenantes qui devraient faciliter des élections libres, équitables et transparentes peuvent saper le processus par leur conduite, actions ou inactions’’, a-t-il rappelé.

Le spécialiste des relations internationales a souligné que l’absence d’élections libres, équitables et transparentes était une des principales sources de conflit dans la région.

Il a ainsi fait part de la nécessité pour les pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest de respecter leurs obligations conventionnelles, en déplorant que dans de nombreux cas, les gouvernements censés mettre en place des mécanismes garantissant des élections libres, ‘’’sapent souvent le processus pour des intérêts égoïstes et politiciens ».

M. Ejimé s’est ainsi élevé contre la propension de certains gouvernants à truquer des élections pour conserver le pouvoir à travers la limitation des moyens financiers des commissions électorales, la vassalisation des pouvoirs législatifs et judiciaires, la modification des constitutions et des lois électorales, le rétrécissement de l’espace démocratique et les violations des droits de l’homme.

La pression exercée sur les organes chargés d’organiser ou d’arbitrer les élections et la répression de toute forme d’opposition sapent l’exercice d’élections libres, équitables et transparentes dans l’espace communautaire, a-t-il encore souligné.

Le consultant a dans le même temps déploré que de nombreuses commissions électorales de la région soient tout sauf indépendantes ou autonomes en ayant des membres nommés par le gouvernement et qui les place dans des situations qui ne leur permettent pas de résister aux pressions du gouvernement.

Selon lui, les entraves à un processus électoral transparent pouvaient également provenir des organisations de la société civile, des médias, de l’électorat et des partenaires au développement.

Cela crée une situation qui favorise l’incursion des militaires dans l’espace politique de l’Afrique de l’Ouest, a expliqué Paul Ejimé.

La tolérance zéro de la CEDEAO à l’égard des changements de gouvernement par des moyens anticonstitutionnels est le thème d’une conférence qui s’achève ce jeudi au Centre international Dauda Kairaba Jawara de Banjul.

Quelque 200 participants en provenance des pays de la région ouest-africaine, des juristes, militants des droits de l’homme entre autres participent à cette rencontre annuelle de la Cour de justice de la CEDEAO.

Leave a reply