A La Mecque, le grand pèlerinage des fidèles musulmans démarre avec une pensée pour Gaza

0
210

Malgré la prise en charge du pèlerinage de 2 000 Palestiniens, les autorités saoudiennes ont interdit les manifestations politiques aux fidèles.

Ils sont plus d’1,5 million de musulmans à se réunir, vendredi 14 juin, pour entamer le grand pèlerinage annuel à La Mecque, dans l’ouest de l’Arabie saoudite. Rassemblés au cœur de la mosquée Al-Haram, la grande mosquée, dans la ville la plus sainte de l’islam, les pèlerins accomplissent d’abord le rite du tawaf qui consiste à tourner autour de la Kaaba, la structure cubique noire vers laquelle les musulmans du monde entier se dirigent pour prier. Ils passeront ensuite la nuit dans des tentes climatisées à Mina, une vallée surplombée de montagnes rocheuses située à quelques kilomètres de La Mecque.

Avec la guerre entre le Hamas palestinien et Israël, qui dure depuis les attaques du 7 octobre 2023, les esprits des fidèles musulmans sont tournés vers les Gazaouis. Côté israélien, 1 194 personnes sont mortes depuis ces événements, selon les données officielles de l’Etat hébreu. La riposte d’Israël sur la bande de Gaza a causé la mort de 37 232 morts, d’après le ministère de la santé de la bande de Gaza, administrée par le Hamas.

Une tragédie qui émeut Zahra Benizahra, une pèlerine marocaine interrogée par l’agence France-Presse (AFP). Elle évoque « des images de guerre, de gens déplacés, d’enfants perdus » qui la hantent. « Nos frères sont en train de mourir, nous les voyons de nos propres yeux. » A l’AFP toujours, l’indonésienne Belinda Elham se désole, elle aussi, de cette guerre. « Quand nos frères souffrent, nous souffrons aussi. »

De fortes chaleurs l’année dernière

L’Arabie saoudite a aussi manifesté sa compassion à l’égard de la situation à Gaza. Cette semaine, la monarchie a annoncé qu’elle prenait en charge le pèlerinage de 1 000 Gazaouis parmi les familles des victimes, portant à 2 000 le nombre de Palestiniens bénéficiant de cette mesure. Le ministre du hadj, Tawfiq Al-Rabiah, a également prévenu qu’aucune manifestation politique ne serait tolérée lors de ce grand pèlerinage.

Le hadj, qui consiste en une série de rites codifiés qui se déroulent sur plusieurs jours au cœur de La Mecque et ses environs, est l’un des cinq piliers de l’islam. Tous les musulmans sont censés accomplir le hadj au moins une fois dans leur vie s’ils en ont les moyens. Certains attendent parfois des années pour avoir la chance de faire le voyage, les permis étant attribués chaque année par le royaume sur la base de quotas par pays.

Avec les fortes températures en Arabie saoudite, qui peuvent atteindre les 48 degrés, les rituels risquent d’être éprouvants pour les fidèles. Selon le porte-parole du ministère saoudien de la santé, Mohammed Al-Abdulali, plus de 10 000 cas de maladies liées à la chaleur ont été recensés l’année dernière. Après le drame de 2015, qui avait fait 2 300 morts à la suite d’une bousculade gigantesque, les autorités ont procédé ces dernières années à d’importants aménagements, notamment à la mosquée Al-Haram dont les travaux d’agrandissement devraient s’achever en 2025.

Le Monde avec AFP

Leave a reply