À la Une: en Tunisie, «qu’ils soient en situation régulière ou pas, les Noirs ne sont plus en sécurité»

0
1226

C’est ce que dénonce Le Point Afrique après les propos racistes du président Kaïs Saïed à l’encontre de la communauté subsaharienne dans le pays. Le journal en ligne pointe « des traitements d’un autre âge : injures à caractère sciemment raciste, arrestations arbitraires, expulsions de leurs domiciles, jets de pierre, crachats au visage. Le délit de faciès est devenu la norme », tance l’hebdomadaire, qui s’interroge : « Comment réagirait-on à Bizerte ou à Sousse si des Tunisiens subissaient le même sort en Allemagne ou en France ? »

Au Burkina Faso, Le Pays ne dit pas autre chose, lui qui accuse Kaïs Saïed d’avoir « réveillé les démons du racisme contre la communauté noire »et« l’étincelle qui a déclenché le brasier des violences ».Mais qui dit incendie dit foyer. Et pour le journal burkinabè, les vagues d’agressions et d’arrestations de ces derniers jours finissent par convaincre que « ce racisme aujourd’hui ouvertement exprimé couvait sous la cendre d’un sentiment anti-étrangers latent. Autrement, insiste Le Pays, comment comprendre que la situation se soit aussi vite embrasée avec ces scènes surréalistes de ressortissants subsahariens […] multipliant les appels de détresse ? »

Et Le Point Afrique de tracer un parallèle fort à propos, quelques heures avant la clôture du festival panafricain de cinéma à Ouagadougou : « Ce que les Noirs subsahariens subissent en ce moment en Tunisie fait penser à Scènes de chasse en Bavière […] où l’on voit un pauvre zig, victime des préjugés de tout un village, tenter désespérément d’échapper à la vindicte populaire. »

Un prix lourd de symboles au Fespaco

Le Fespaco où, comme une forme de pied de nez, c’est un film tunisien qui a remporté tous les honneurs. « Une réponse fine au populisme du président » Saïed, c’est l’avis de Le Djély en Guinée, après que le long-métrage Ashkal de Youssef Chebbi a remporté le très convoité Étalon d’or de Yennenga, le plus grand prix de la biennale du film africain. Les prix d’interprétation ont, eux aussi, été attribués aux acteurs du film tunisien Sous les figues, et le jury était présidé par une Tunisienne. À croire, ironise Le Djély, « que le sort a voulu envoyer un message à la Tunisie et aux Tunisiens ; un message qu’ils devraient se hâter de comprendre ». Encore faut-il, ajoute le journal, que Kaïs Saïed « et ceux qui sont réceptifs à son message de haine, soient accessibles à la subtilité qui caractérise le langage de l’art ».

Quant au site Mourya Niger, il constate que les dirigeants des juntes burkinabè et malienne, le capitaine Ibrahim Traoré et le colonel Assimi Goïta, ont préféré « le montage cinématographique du quartier hypermoderne de Ouaga 2000 au front terroriste qu’ils ont promis de vaincre » ;  « un festival où le cinéma est joué et le terrorisme mis en scène » plutôt que « leur mission du front de combat au profit des Burkinabè et des Maliens ».

Exercice d’équilibriste pour Emmanuel Macron en RDC

L’insécurité, Emmanuel Macron lui n’y a pas échappé en visite en République démocratique du Congo, où il a « refusé » d’assumer la responsabilité de Paris dans la détérioration de la situation sécuritaire au Nord-Kivu. C’est le constat d’Actualités.cd à l’issue du déplacement d’Emmanuel Macron à Kinshasa. 24 heures en RDC pour conclure un voyage de quatre jours et une conférence qui « ne s’est pas exactement passée comme [le président Félix Tshisekedi] l’aurait espéré », note le Congo libéré. Et ce notamment parce que « contrairement aux attentes de M. Tshisekedi, la France n’a pas condamné Kigali », accusé par Kinshasa d’attiser les braises de la rébellion du M23.

Malgré tout, impossible pour Emmanuel Macron d’éluder la question. Le président s’est exercé au « funambulisme jupitérien ». C’est ce que titre Aujourd8.net au Burkina Faso. Pour le journal, le chef d’État français avait deux options bien tranchées : « Soit fendre l’armure, soit marcher sur des œufs ; il a choisi la deuxième solution, en évitant toute escalade tribunitienne. » Un véritable « grand écart calculé » dans lequel Emmanuel Macron « renvoie dos à dos et le Rwanda et la RDC, tout en condamnant les guerres de rapines menées en territoire congolais […] et en répétant, selon lui, la solution idéale pour mettre fin à ce brûlot de l’est du pays de Lumumba : cessez-le-feu, cantonnement du M23 et libération des zones occupées ». Justement, ce cessez-le-feu doit entrer en vigueur le 7 mars, alors le président français prend le parti de l’optimisme, conclut Aujourd8.net : « Jupiter termine sa tournée à la vitesse grand V sur cette note d’espérance, celle que tous les acteurs tiennent parole. »

Leave a reply