Site icon Sud Quotidien

À l’ONU, Guterres tacle les pays dans lesquels « les femmes sont punies parce qu’elles portent trop de vêtements »

AA/Nice

Le secrétaire général des Nations unies (ONU), Antonio Guterres, a fustigé mardi, les pays dans lesquels « les femmes sont punies parce qu’elles portent trop de vêtements » et ceux dans lesquels elles le sont « parce qu’elles n’en portent pas assez ».

Devant l’Assemblée générale (AG) de l’ONU, le dirigeant s’est néanmoins réjoui du fait que « grâce aux générations de militantes des droits de femmes, les temps changent ».

« Des terrains de sport aux écoles en passant par les places publiques, les filles et les femmes défient le patriarcat, et triomphent. Je suis à leurs côtés », a-t-il poursuivi à la tribune.

Antonio Guterres assure, en outre, qu’à « travers le monde, les droits des femmes, y compris les droits sexuels et reproductifs, sont réduits voire supprimés, et leurs libertés, restreintes ».

« Les femmes attendent toujours l’égalité des chances et des salaires, l’égalité devant la loi, la pleine valorisation de leur travail et la prise en compte de leurs opinions », a-t-il égrené faisant état de sa détermination « à honorer l’engagement de la Charte en faveur des droits humains fondamentaux ».

Ce discours, dont la première partie a été énoncée en anglais avant qu’Antonio Guterres ne bascule sur le français, apparaît comme un tacle à la France, qui a décidé d’interdire le port de l’abaya en milieu scolaire.

Quitter la version mobile