Abbe Roger sur les fêtes de noël : «Nous célébrons une merveilleuse initiative de Dieu, réalisée pour l’humanité»

0
438

Les chrétiens du monde entier célèbrent Noël, la fête de la nativité, dans quelques heures, ce dimanche 25 décembre. Abbé Roger Gomis, du diocèse de Dakar, suggère, dans le contexte difficile actuel,  de fêter Noël dans la sobriété, la solidarité et le partage,  en ignorant pas les exclus, les laissés-pour-compte, les victimes de notre inférences et les malades laissés sans soins adéquats à cause de leur indigence, les couples et les familles brisés, les enfants victimes d’abus et de maltraitance, etc. en ce sens qu’à travers cette fête de la nativité, «Nous célébrons une merveilleuse initiative de Dieu, réalisée pour l’humanité».

A quelques heures de la célébration de la naissance de Jésus, communément appelé Noël, Abbé Roger Gomis, du diocèse de Dakar, souhaite à tous les fidèles mais aussi à tous les compatriotes une belle fête de Noël, pleine de joie, celle que Dieu donne à tous les hommes de bonne volonté, et qui est au cœur de cette fête. A propos de cette fête, il dira : «Nous célébrons une merveilleuse initiative de Dieu, réalisée pour l’humanité».

«Vous vous rendez compte, poursuit-il, Dieu qui a créé tout l’univers, descend sur terre pour venir à notre rencontre, par Jésus, son Fils, qui prend notre corps, notre visage, pour se faire proche et partage notre vie en toute chose, excepté le péché. Quelle grâce ! Il vient partager notre vie, avec ses joies, ses tracas, ses espoirs. Peut-on espérer mieux ?»

Mieux, prêche le religieux, «A travers Jésus, Dieu jette ainsi un pont entre le ciel et la terre pour nous rejoindre et nous donner le salut et la paix, alors que nous empruntons souvent des chemins dangereux et ténébreux, où nous nous perdons, nous nous blessons et où nous sommes comme des brebis sans berger, dans l’indifférence les uns des autres. Laissons-nous donc rejoindre par Dieu, par l’Enfant de Bethléem et imitons sa manière de se faire proche de nous, en bâtissant des ponts d’amour, de solidarité, de confiance, de justice et de paix entre nous et tous les hommes, particulièrement avec les blessés de la vie, ceux qui sont loin de tout et qui vivent parmi nous».

«NOËL NOUS ENGAGE À DÉMOLIR LES MURS DES INÉGALITÉS, DE LA HAINE ET DE L’ÉGOÏSME, POUR BÂTIR DES PONTS DE COMPRÉHENSIONS, DE PARDON, DE FRATERNITÉ, D’AMOUR VRAIS»

Appelant les fidèles à donner sens à leur sens, à leur vie dans un contexte assez difficile, il confiera que «Noël est, en réalité, un événement qui doit donner sens à notre vie. En effet, l’irruption de Dieu dans la vie des hommes ne s’est pas faite sans difficultés. «Il n’y avait pas place pour eux», raconte l’évangéliste en parlant de Joseph et Marie qui cherchaient un endroit pour les accueillir, alors que la Vierge devait enfanter. Ils se retrouvent finalement dans une étable, avec l’enfant Jésus couché dans une mangeoire d’animaux».

Pour Abbé Roger Gomis, «Cela nous interpelle au cœur de cette fête de Noël et nous suggère, dans le contexte difficile actuel, de célébrer dans la sobriété, la solidarité et le partage. Nous ne pouvons pas célébrer Noël en ignorant les exclus, les laissés-pour-compte, les victimes de violence de toutes sortes et de notre propre indifférence, les malades laissés sans soins adéquats à cause de leur indigence, les couples et les familles brisés, les enfants victimes d’abus et de maltraitance… Nous ne pouvons célébrer Noël en restant enfermés dans nos ghettos, les cercles restreints de nos familles et de nos amis, vautrés dans nos zones de confort. Noël nous engage à démolir les murs des inégalités, de la haine et de l’égoïsme, pour bâtir des ponts de compréhensions, de pardon, de fraternité, d’amour vrais».

«NOËL NOUS DIT QUE LA SOLUTION N’EST PAS DANS LE REPLI SUR SOI… MAIS DANS L’OUVERTURE À DIEU DANS LA PRIÈRE, LA SOLIDARITÉ, LA CONSTRUCTION DE LA PAIX SOCIALE…»

En réponse aux inquiétudes que vit le monde avec de graves crises : économique, financière, sociale, sanitaire… Abbé Roger se dit convaincu qu’au cœur de toutes ces crises, «Noël arrive pour susciter l’espoir et raviver notre espérance pour un monde nouveau. Et ce n’est pas un rêve ! «Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu une grande lumière », écrit le prophète Isaïe. Cette lumière nous est apportée par l’Enfant de Bethléem présent parmi nous. Ouvrons-lui grande la porte de notre cœur, pour devenir à notre tour des porteurs de lumière et d’espérance. Il me semble que dans le contexte actuel de notre monde, les chrétiens ont une mission particulière à mettre en œuvre. Celle de partager sans délai et sans répit à tous les hommes le message de qui Noël nous dit que la solution n’est pas dans le repli sur soi, le manque de confiance qui se creuse dangereusement entre nous mais dans l’ouverture à Dieu dans la prière, la solidarité, le respect mutuel et la promotion du bien commun, la construction de la paix sociale avec l’engagement résolu et sincère de tous. Car si la paix est un don de Dieu, elle est aussi le fruit des efforts des hommes, des femmes, des jeunes et des enfants».

JEAN PIERRE MALOU

Leave a reply