Abdoulaye BATHILY passion de liberté (Par Vieux Savané)

0
132

En refermant « Passion de liberté », le livre de Abdoulaye Bathily, on  est comme attendri par le déroulé d’une vie qui n’a pas toujours été tendre avec l’auteur. Celle d’une enfance  bercée par les travaux champêtres, les  courses de chevaux, les grands espaces et dont la trajectoire, bousculée par les rêves du père, va emprunter des chemins abrupts. Il devra s’instruire, aller à l’école. Obligé alors de s’éloigner  du cocon familial, il se retrouvera  à poser son baluchon à Bakel,  loin de  Khérisinghané (Plateau du bonheur) , village saisonnier où les habitants de Tiyabou allaient camper  pour y cultiver la terre, le temps de la saison des pluies. Soumis à la précarité de l’exil, Bathily va devoir se construire en faisant face aux affres d’une vie à la merci des humeurs de sa famille d’accueil. Heureusement qu’il est des rencontres qui réorientent des parcours en les mettant en relation avec de bonnes personnes susceptibles de leur donner ainsi l’opportunité de construire un destin. Alors qu’elle faisait entrevoir au jeune Bathily des chemins pavés de difficultés, la vie se révèle  pleine de surprises en revenant à de meilleurs sentiments,  se faisant plus câline, domestiquée par l’empathie et la générosité de rencontres habitées par le souci pour autrui. Désormais, faisant sien le rêve de son père, après plusieurs  escapades où se dessinait une certaine désinvolture, là où beaucoup  de ses camarades  d’enfance  avaient été visités par la déscolarisation, les sirènes de l’émigration, il réussit, en dépit d’un « parcours cahotique », à s’en sortir par la magie de sa bonne étoile. Réussite à l’entrée en 6e , admission à l’Ecole militaire préparatoire africaine (EMPA) de Saint-Louis. C’est là, à Bango, que le jeune Bathily  découvre « pour la première fois le sentiment de l’unité et de la diversité  de l’Afrique ».

Son engagement dans une grève en classe de première, pour réclamer de meilleures conditions de vie et d’étude, sera sanctionnée par une exclusion en avril 1966, en pleine année scolaire. Et vive la Galère ! Il va devoir survivre, refuser la fatalité, le renoncement. Trébucher  parfois, sans jamais s’affaler à même le sol, puiser au contraire dans ses réserves pour dérider le fatum et lui ôter  ce  côté sombre de l’acharnement pour celui étincelant de défricheur d’avenir. Il ne saurait en être autrement  puisqu’ « il n’y a pas de citadelles imprenables, il n’y a que des citadelles mal assiégées ». Quitte à faire couler par tous les pores de sa peau « des larmes de sueur ».

Difficile et salvatrice expérience du malheur à l’instar de celle vécue lors du décès de ce père si présent dont il avait conscience qu’il « n’avait pas besoin de chagrin mais d’espérance ». Un autre moment absolument bouleversant, celui du basculement  au plus près de l’intime , dans la soudaineté et la brutalité de l’inattendu. « Au petit matin Nane meurt et mon monde s’écroule ! ». C’était le 23 mai 2002. On devine l’auteur pétrifié, assommé, dans le brouillard des repères qui se dérobent sous ses pieds. Ainsi a-t-il confié : « Il n’y a pas de mots assez forts, assez justes, de mots suffisamment éloquents pour dire notre douleur, notre souffrance à moi et à mes enfants ».

Ouvrage biographique. Ouvrage historique voire ethnographique, « Passion de liberté » rend compte de l’odyssée politique d’une jeunesse guidée par ses rêves, engagée dans le combat pour la souveraineté et l’émancipation des peuples. Il évoque par ailleurs les différentes péripéties de la mise en orbite de la démocratie sénégalaise. Loin d’avoir été un long fleuve tranquille, elle s’est édifiée autour  de femmes et d’ hommes qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes.
Au passage,  Abdoulye Bathily attire l’attention sur la face sombre de Sekou Touré, l’homme du référendum de 1958, dont la répression  a fait entre autres nombre d’exilés guinéens  parmi lesquels l’écrivain Camara Laye, l’historien Boubacar Barry.

Soutenu par la mémoire prodigieuse de l’auteur,  « Passion de liberté » se lit avec bonheur,  surtout en cette période de notre histoire commune livrée au bruit et à la fureur, loin  des confrontations d’idées et de l’engagement désintéressé.

* Khérisinghané, mot soninké signifiant : Plateau du bonheur.

Présence Africaine. Mai 2022. 724 pages

Leave a reply