Accès à la commande publique : le casse-tête des artisans sénégalais

0
240

Le secteur de l’’artisanat joue un rôle essentiel pour le développement économique et social du pays. Toutefois, celui-ci peine à avoir un accès facile sur le marché public. Un casse-tête qui appelle à une volonté politique du gouvernement selon les acteurs. Hier, lundi, lors de l’ouverture de l’assemblée générale du Réseau des chambres de métiers de l’artisanat de l’UEMOA, qui se tient à Dakar, Issa Dieye, président de l’Union nationale des chambres de métiers  demande à l’Etat, de faciliter l’accès, tout en confiant totalement la commande publique aux artisans.

« Les artisans peinent à avoir des marchés », c’est l’affirmation faite hier, lundi par le président de l’Union nationale des chambres de métiers. « Quand je prends l’exemple du Burkina Faso dans le cadre de la commande publique, ils ont signé un protocole d’accord entre la chambre nationale de métiers et leur Etat, du fait que les artisanats burkinabés capitalisent toute la commande publique. Mais, c’est différent qu’ici au Sénégal, certes on nous avait octroyé 15% de la commande publique, mais, c’est très difficile pour l’accès des artisans, vue la lourdeur de passation de marché », a expliqué Issa Dieye, président de l’Union nationale des chambres de métiers (UNCM), par ailleurs, premier vice-président du Réseau des chambres de métiers de l’artisanat de l’UEMOA.

Issa Dieye, qui s’exprimait lundi, lors de l’ouverture de l’assemblée générale du Réseau des chambres de métiers de l’artisanat de l’UEMOA à Dakar, demande aux autorités de confier la commande publique aux artisans. Et de déclarer : « Je veux vraiment qu’ici au Sénégal, qu’on copie le modèle Burkinabè, à ce que l’Union nationale des chambres de métiers et l’Etat du Sénégal signent un protocole d’accord. Ce qui va donner instruction aux différents ministères, aux différentes directions que leurs commandes soient passées par l’Union des chambres de métiers, qui est l’interlocuteur des artisans auprès des pouvoirs publics. »

A l’en croire, « Si toutefois, on réussit vraiment de capitaliser toute la commande publique avec beaucoup d’argents parce que nous importons beaucoup de matériels, ici au Sénégal, les artisans peuvent fabriquer tous les besoins de l’Etat en termes de la commande publiques », assure le premier vice-président du Réseau des chambres de métiers de l’artisanat de l’UEMOA.

En revanche, à l’instar des acteurs de l’union nationale des commerçants du Sénégal…, Issa Dieye et Cie souhaitent aussi que le chef de l’Etat les reçoive. Et le président de l’UNCM d’indiquer : « Le président de la République, Bassirou Diomaye Diakhar Faye a rencontré le secteur privé, il a rencontré l’union nationale des commerçants du Sénégal… mais jusqu’à présent, il n’a pas encore rencontré les artisans du Sénégal. Et vraiment nous lui lançons un appel que nous les artisans nous jouons un rôle important pour le développement économique et social du pays et nous voulons lui rencontrer pour lui donner des propositions. »

« J’en suis persuadé que l’Etat, ce qu’il veut dans le cadre de l’éradication de l’emploi et l’employabilité des jeunes, dans le cadre de l’éradication du fléau de l’émigration clandestine, il ne peut pas le régler autrement qu’à travers le secteur de l’artisanat », a conclu M. Dieye.

Ousmane GOUDIABY

Leave a reply