Accident d’hélicoptère en Iran : qui est Mohammad Mokhbér désigné par Khamenei comme président par intérim?

0
236

Après l’annonce de la mort du président Ebrahim Raïssi dans un accident d’hélicoptère, le vice-président de la République d’Iran, à ce poste depuis 2021, prend la tête du pays pour une durée maximale de cinquante jours, dans l’attente d’une nouvelle élection.

Après la mort du président iranien Ebrahim Raïssi, décédé dimanche dans un accident d’hélicoptère selon les médias, le premier vice-président, Mohammad Mokhber, prend l’intérim avant l’organisation d’une nouvelle élection. Celle-ci devra se tenir dans les 50 jours, selon la Constitution iranienne.

L’article 131 de la Constitution de la République islamique prévoit que, «en cas de décès, de destitution, de démission, d’absence ou de maladie d’une durée supérieure à deux mois du président», c’est «le premier vice-président qui assumera les pouvoirs du président». Ce processus doit avoir «l’approbation du Guide suprême», précise l’article, alors que l’ayatollah Ali Khamenei est la plus haute autorité du pays et son chef d’État.

Dirigeant d’entreprise

Le futur président par intérim, Mohammad Mokhber, 68 ans, a été nommé par Ebrahim Raïssi comme premier vice-président en août 2021, après la présidentielle. Il est né à Dezfoul dans la province du Khouzestan (sud-ouest), où il a occupé plusieurs postes officiels. Il a été aussi dirigeant d’entreprises et a présidé depuis 2007 la Fondation de l’ordre de l’Imam (Setad).

Cette fondation a été établie à la fin des années 1980 afin de gérer les propriétés confisquées à la suite de la Révolution islamique de 1979. Elle est devenue au fil des années un important conglomérat économique d’État avec des parts dans les différents secteurs, y compris la santé.

Depuis la révolution de 1979, le président est nommé pour quatre ans, renouvelable une fois consécutivement. Secondé par plusieurs vice-présidents, il est chargé de nommer et de diriger le Conseil des ministres car le poste de premier ministre n’existe pas en Iran.

Le Figaro

Leave a reply