Accompagnement des petites et moyennes entreprises : 804 Pme financées en 2022 avec un encours global de 350 milliards FCFA

0
667

Le ministère du Commerce, de la consommation et des Pme  a organisé hier, mardi 3 janvier, un atelier de partage sur les recommandations issues des travaux préparatoires des concertations sur l’amélioration de l’accès aux financements des Pme. Prenant part à cette rencontre, le directeur national de la Bceao Ahmadou Al Amine Lo a  annoncé qu’en 2022, 804 Pme ont bénéficié de financement, avec un encours de 350 milliards Fcfa,  contre environ 250 milliards en 2019, soit un accroissement de 32% en glissement annuel.

En 2022, 804 Pme ont bénéficié de financement, avec un encours de 350 milliards Fcfa, contre environ 250 milliards en 2019, soit un accroissement de 32% en glissement annuel. L’annonce a été faite par le directeur national de la Bceao Ahmadou Al Amine Lo qui s’exprimait hier, mardi 3 janvier, lors d’un atelier de partage sur les recommandations issues des travaux préparatoires des concertations sur l’amélioration de l’accès aux financements des Pme. Il  a ajouté aussi qu’un pic de financement avoisinant 600 milliards Fcfa  a été enregistré en mars 2022. Il pense que la souveraineté alimentaire ne peut être atteinte sans la contribution des TPE, les PME, les PMI et même le secteur informel. Selon lui, le gap à combler dans ce domaine est important au regard du déficit commercial du Sénégal en matière de transactions avec l’extérieur portant sur les produits alimentaires de consommation courante. Ainsi M Lo informe que la Journée de Diffusion de la Balance des Paiements du Sénégal pour l’année 2021 et des projections sur l’année 2022, organisée il y a juste une semaine par la BCEAO, a fait ressortir que  les importations de produits alimentaires de base sont en hausse continue, atteignant 950,6 milliards en 2021 et projetées à 1.201,9 milliards en 2022 et 1.258,9 milliards en 2023. « Une répartition de ces importations est  marquée par des denrées de consommation courante qui sont produites localement mais dont les achats à l’étranger sont à des niveaux très élevés : le riz pour environ 1,2 millions de tonnes et 262 milliards FCFA en valeur, le sucre pour 137 mille tonnes et 47 milliards FCFA en valeur, le lait pour 26 mille tonnes et 37 milliards FCFA en valeur : des importations de blé pour plus de 900 mille tonnes et 149,5 milliards FCFA comparées à une production importante de céréales tels que le maïs et le mil », a-t-il fait part. Au total, poursuit-il, des sommes estimées respectivement à 688 milliards FCFA et 786 milliards FCFA ont été dépensées respectivement en 2021 et 2022 en importations de ces produits ainsi que de l’huile de cuisson et des autres préparations alimentaires. Selon le directeur national de la Bceao, cette propension à importer au détriment de la consommation de produits locaux de même nature constitue un véritable obstacle au développement et à la compétitivité de nos PME qui n’arrivent pas à suffisamment tirer profit d’un marché domestique dynamique voire du vaste marché communautaire de l’UEMOA et de la CEDEAO. Afin de faire face à cette situation, il a souligné la nécessité  de mettre en place un cadre de dialogue entre les consommateurs, les commerçants et les producteurs pour une meilleure promotion de notre économie.

NDEYE AMINATA CISSE

Leave a reply