Accords signés avec le gouvernement : les 5 syndicats du G7 clarifient leur décision

0
1144

Face à la presse ce lundi 28 février 2022, les cinq syndicats d’enseignants du G7 (SIENS, SELS, UDEN, SELS/A, SNELAS/FC) ont clarifié les fondements de leur décision prise vendredi dernier, au sortir de la rencontre de négociations avec le gouvernement et qui a permis de lever le mot d’ordre de grève.

« L’accord du samedi 26 février 2022 a permis d’engranger des avancées historiques aux enseignants de tous les ordres d’enseignement et collèges électoraux (instituteurs, professeurs, inspecteurs) en matière de rémunération. Il a été aussi inclusif et a intégré les différentes fonctions et positions dans le système éducatif, tout en gommant durablement le profond malaise qui impacte négativement le rendement du secteur », a déclaré le secrétaire général du Sels, Hamidou Diédhiou.

Selon les enseignants, cet accord a permis de faire les « avancées significatives » suivantes : « la revalorisation de la prime scolaire au profit des instituteurs, instituteurs adjoints et contractuelles à 210% (de 25000 à 80000 F Cfa), le relèvement de l’indemnité d’enseignement de 50% à 60%, l’augmentation de l’indemnité de contrôle et d’encadrement à 100%, l’augmentation de l’indemnité de recherche documentaire et de surcharge horaire perçue par les PES, PEM, PCEMG et corps assimilés à 114%, la revalorisation de l’indemnité liée à la fonction dirigeante, la défiscalisation de l’indemnité de logement, de la hausse du point d’indice de 5 points (de 51,43% à 56,43) ».

« En signant cet accord, les cinq syndicats du G7 ont exprimé sans équivoque qu’ils ont entendu le cri d’angoisse de ces milliers d’élèves et de parents, bref, de toute la communauté traumatisée et inquiète », a tenu à préciser Hamidou Diédhiou.

A en croire les syndicalistes, le travail de négociation va se poursuivre pour trouver des solutions durables pour la sortie de crise de l’école publique sénégalaise. Les perturbations des enseignements qui ont duré plus de deux mois, ont eu des impacts négatifs sur le quantum horaire. Mais pour les syndicalistes, le ministère de l’Education nationale va tout faire pour que le reste de l’année puisse être optimisé.

Marième DJIGO

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :