Adama Lam, président du Cnes : « Arrêtons de faire de nos entreprises nationales des sociétés de sous-traitance »

0
650

Le président de la Confédération nationale des employeurs du Sénégal, Adama Lam invite les pouvoirs publics « à cesser de faire des entreprises nationales sénégalaises, des sociétés de sous-traitance pour des multinationales étrangères ce, en leur facilitant l’accès à la commande publique.

Le président de la Confédération nationale des employeurs du Sénégal, Adama Lam, n’agrée pas le sort réservé des entreprises nationales en faveur des entreprises étrangères. Il l’a fait savoir ce jour à Dakar lors d’un atelier conjoint avec l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp), portant thème : « Défis et enjeux de l’opérationnalisation des régimes de préférences accordés au secteur privé dans la commande publique communautaire des pays de l’Uemoa ».

A ce propos, il dit ceci : « Il nous faut arrêter de faire de nos entreprises nationales, leur des sociétés de sous-traitance pour des multinationales étrangères, en accordant une plus grande accessibilité à la commande publique ».

Selon Mr Lam : « Cette rencontre constitue une occasion pour le secteur privé et l’administration centrale, de ‘’poser un regard attentif et constructif sur la performance du système de la commande publique au Sénégal, en termes de niveau d’intégration des biens et services de notre secteur privé dans les prestations, les fournitures et les travaux communautaires ».

A l’en croire ledit atelier va « permettre d’engager des réflexions stratégiques approfondies sur le contenu communautaire de la commande publique des pays de l’Uemoa et d’enclencher des actions planifiées devant conduire à une large diffusion et à une mise en œuvre efficace des dispositions préférentielles communautaires, ainsi que celles de la ‘’Banque mondiale’’ ».
Il ajoutera : « L’intensité d’utilisation de biens et services communautaires pour satisfaire la commande publique au Sénégal et dans les autres pays de l’Uemoa, constitue le levier indispensable au sein de notre communauté sous-régionale, pour l’intégration commerciale, l’intégration des capacités productives et celle des travaux d’infrastructures ».

A noter qu’au titre des années 2020-2021, la commande publique a mobilisé plus de 2500 milliards de francs CFA.

Le Dg de l’Armp d’admettre qu’ il est unanimement admis aujourd’hui, qu’il y a « nécessité de renforcer la participation du secteur privé dans les investissements à long terme dans notre espace », non sans rappeler que cette participation est consubstantielle à la révision de nos procédures de passation et d’exécution des marchés publics pour atteindre l’efficience dans un contexte de raréfaction des ressources.
Revenant sur la portée de la rencontre de ce jour, il dira : « L’organisation de cet atelier avec le secteur privé national, vise trouver les voies et moyens de renforcer nos entreprises à travers la commande publique. Saluant les résultats obtenus en termes de parts de marchés des entreprises nationales, Saer Niang fait savoir qu « entre 2020 et 2021, leur part de marché correspond à 67% du volume des marchés, en participant seules ou en constituant des groupements avec des entreprises étrangères ».
Malgré cela, il est d’avis que ce taux certes satisfaisant, est toujours en deçà de nos objectifs, au regard des grands enjeux que sont l’existence d’un secteur privé fort, l’emploi et l’employabilité des jeunes, des femmes et des personnes vivant avec un handicap.
Sur ce, il a annoncé la mise en œuvre prochaine par l’ARMP d’un projet dénommé ‘’Small Business Act’’, dont l’objectif est ‘’d’accompagner les entreprises’’, notamment, celles dirigées par’’ cette frange de la population’’.
En outre, il a laissé entendre que des régimes préférentiels sont accordés aux entités classées économiquement faibles, dont les groupements d’ouvriers, les coopératives d’artisans ou d’artistes et les artisans individuels.

Mme Innocence Ntap Ndiaye, a pour sa part indiqué le développement harmonieux de nos Etat est à ce prix, pour rivaliser avec les plus grandes firmes internationales.

JEAN PIERRE MALOU

Leave a reply